Playlist « détente des oreilles »… et autres considérations !

Playlist02112014Beeth-BernstPour commencer la journée de manière agréable… –Cliquer sur l’image pour la voir en grand-.

Une petite playlist de musiques d’un abord facile, pour la détente des oreilles, qui ont été bien sollicitées hier, une grande partie de la journée, avec l’écoute attentive de ça, qui est bien, mais pas fulgurant. –Cliquer sur l’image pour la voir en grand-…

Hier, zoliMac a subi son lifting d’automne et j’ai remis de l’ordre dans mes sauvegardes, qui en avaient bien besoin –disque dur Time Machine saturé, éparpillement de données sur plusieurs disques durs, vérification des sauvegardes les plus anciennes…-. J’ai retrouvé d’anciens travaux dont je me souvenais à peine, réalisé avec d’antiques versions –du siècle dernier– de Quark XPress -de la 3.1 à la 3.32-, Illustrator et Photoshop. J’ai même retrouvé le premier fichier que j’avais commencé à réaliser de ma discothèque, en 1993, mais je ne pouvais plus l’ouvrir –fichier Claris Works 2.1, format obsolète...-. Une ambiance fin de siècle, donc  😛 !

IDInterfaceN’empêche que le travail de composition dans XPress n’était pas moins rapide qu’aujourd’hui, sauf pour ce qui touche à la manipulation d’images et à l’export PDF, mieux intégrés désormais dans les logiciels PAO actuels, mais au prix d’interface assez lourdingues, comme celle d’InDesign actuellement –Cliquer sur l’image pour voir en grand à quoi ça ressemble-, par exemple… Et je pouvais me contenter de 12 à 16 Mo de Ram : inimaginable aujourd’hui !

3 réponses sur “Playlist « détente des oreilles »… et autres considérations !”

  1. L’interface la plus lourdingue c’est pour moi Adobe Photoshop Element… J’ai acheté ce soft il y a quelques temps… c’est d’une lourdeur invraisemblable… En plus le soft (acheté pourtant sur AppleStore Français) est en anglais… ce qui est pour moi un peu un handicap.

  2. Et encore, Photoshop Element, ça reste du « grand-public » relativement accessible… Plutôt performant, d’ailleurs. Mais comme l’interface est directement dérivée de Photoshop, c’est en effet assez « chargé » en définitive -même si très puissant, du moins pour son grand frère-.
    En fait, avec tous ces logiciels drivés du monde pro, le travail avec les raccourcis clavier est inévitable pour être efficace, sinon, on se perd dans les sous-menus et les boîtes de dialogue : l’avantage du Mac, c’est que ces raccourcis-claviers sont généralement identiques d’un logiciel à l’autre, ce qui évite de devoir tous les mémoriser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.