Derrière le brouillard sonore…

Erich_KleiberIl s’en passait de bien belles, au Teatro Colon de Buenos Aires, en ce mois d’août 1940. On y donnait « Die Walküre » dans une distribution de rêve, avec un très grand chef, Erich KLEIBER, papa du célèbre Carlos dont je vous ai parlé ici, en exil en Argentine après avoir quitté l’Allemagne dès 1935, puis l’Europe en 1937. Là, il fit régulièrement venir quelques-uns des plus grands chanteurs européens pour des représentations prestigieuses, jusqu’à la fin de la guerre.

LawrenceIl fouette ce soir-là un orchestre très moyen pour en tirer le meilleur et livre une version d’un allant, d’un dramatisme et d’une énergie absolument prodigieux. Il est, en outre, entouré d’un casting excellent, avec notamment une Marjorie LAWRENCE de rêve, enflammée dès son entrée sur scène –très difficile à réussir : la voix est fortement sollicitée à froid– et qui va rester cette Walkyrie belle –assez loin des matrones que l’on avait coutume de voir alors-, jeune, avide de vivre, durant tout l’opéra. Une carrière trop courte que la sienne, abrégée par une vilaine maladie qui la laissera handicapée dès le milieu des années 40…

C’est magnifique, c’est livré avec flamme et passion et c’est malheureusement très mal restitué –mais au moins, le témoignage existe…-. Je ne résiste pas à vous en livrer deux très brefs extraits, qui s’enchaînent -le début de l’acte II-. Laissez-vous tenter, ça vaut vraiment le coup d’aller au-delà du brouillard sonore, réel, pour découvrir cela –même si ce n’est pas très confortable-.

Une réponse sur “Derrière le brouillard sonore…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.