I don’t want to live forever

LemmyKilmisterOn s’y attendait un peu depuis quelques années déjà et la nouvelle fait les choux gras des quotidiens de ce jour : Lemmy Kilmister, dit Lemmy, est mort hier.

Vu la vie de patachon qu’il menait depuis si longtemps, il a atteint l’âge canonique de 70 ans, ce qui est plutôt pas mal pour quelqu’un qui disait « I don’t want to live forever », après avoir brûlé la chandelle par tous les bouts. Un article à lire ici vous en dira plus sur les légendes urbaines qu’il a drainées depuis un vingtaine d’années. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Personnage lucide et très intéressant à écouter en interview –gouailleur sans aucune morgue, refusant de se poser en modèle pour qui que ce soit-, baiseur frénétique mais sans attache, chanteur-hurleur qui regardait le ciel et bassiste vrombissant –très efficace, au style à peu près unique et hyper-physique tant il écrasait les cordes de sa Rickenbacker pour jouer des accords en rythmique frénétique ce qui n’est guère fréquent à la basse, saturation à fond sur l’ampli-, il était l’âme du groupe Motörhead, que l’on a coutume de décrire comme un groupe de heavy metal : c’est peut-être ce qu’il est devenu, mais lorsque je l’écoutais encore régulièrement, adolescent, c’était juste un très bon groupe de hard-rock parmi d’autres.

Ace_of_SpadesAvec Lemmy maintenant et Jack Bruce il y a peu de temps, c’est bien la lignée des bassistes-chanteurs qui semble s’éteindre petit à petit : restent désormais Mark King et Sting, mais ce dernier ne joue quasiment plus de basse dès lors qu’il n’est pas avec The Police.

Pour découvrir Motörhead, rien de mieux selon moi que « Ace Of Spades », album déjà ancien -1980- et d’approfondir avec « No Sleep ’Til Hammersmith », live énergique de 1981, époque où le groupe était dans sa meilleure formation, en trio. Ces deux-là ont longtemps rugi sur mes anciennes platines !

3 réponses sur “I don’t want to live forever”

  1. Vvvoouiiii, en effet. On peut même l’entendre chanter dans ce groupe ici –tu es obligé de me croire sur parole sur ce coup-là, car on ne reconnaît pas encore son chant ultérieur…– : https://www.deezer.com/track/3363271
    Hawkwind continue d’ailleurs à tourner de nos jours et depuis 1969, mais c’est devenu plus un concept de « Space Rock » qu’un groupe, vu que les musiciens n’arrêtent pas de changer : c’est un vrai casse-tête pour s’y retrouver !!!

    1. J’ai un seul album de Hawkwind – In Search Of Space. (1971) Lemmy est arrivé dans le groupe à cette époque, mais n’apparaît sur cet album que dans les bonus de la réédition (et donc pas sur le mien), et sur un seul titre : Silver Machine. En fait il appairait sur l’album suivant : Dormi Fasol Latido…

      Mais c’est vrai que pour s’y retrouver avec Hawkwind, il faut faire un organigramme 🙂

      Tiens, un autre personnage à fait parti de Hawkwind, un écrivain SF/Fantasy Anglais assez fou : Michael Moorcock…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.