Playlist « Esprit français »

Le début de campagne électorale, en France, nous ferait presqu’oublier que notre pays est aussi celui où l’élégance et une certaine finesse d’esprit ont longtemps eu cours…
La playlist du jour illustre tout-à-fait cet « esprit français » : une certaine mesure, un classicisme de bon aloi –la fin du dix-septième et le premier dix-huitième siècles-, une élégance certaine de l’éloquence, mais aussi une justesse de ton bienvenue en ces temps de beugleries de tous bords ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand et sur cet extrait paisible pour le vérifier-.

playlist26102016

dantonoperaUn peu plus tard, je m’attaquerai également à « La mort de Danton » –cliquer sur l’imagette de droite pour la voir en plus grand-, un opéra un peu oublié de Gottfried Von Einem (1947) sur un livret allemand de Georg Büchner –qui est aussi à l’origine du livret de Wozzeck, magnifique opéra d’Alban Berg– et suite au visionnage récent du film « Danton », avec Gérard Depardieu dans ce qui pour moi est son meilleur rôle : le premier des gueulards ?
En tout cas, depuis, à l’assemblée nationale, règne un joyeux brouhaha qui ne se dément pas quelle que soit la législature envisagée ! Les séances au Bundestag auxquelles j’ai eu la chance d’assister il y a fort longtemps sont d’un calme olympien, en comparaison !

2 réponses sur “Playlist « Esprit français »”

  1. Plutôt engageant, ce quatuor français, où je retrouve deux vieilles connaissances – le Rebel/Destouches de Hogwood, un peu dépassé aujourd’hui, et l’un des irremplaçables Marais de Savall – et le coup de cœur récent autour de Clérambault; le seul choix « impossible » à mes yeux est Herreweghe dans Lully, le chef flamand n’ayant guère d’affinités avec la musique française et encore moins avec l’opéra — attendons patiemment la lecture de Christophe Rousset annoncée pour le premier semestre 2017.
    Il fait toujours bon rappeler que la courtoisie et la finesse devraient marquer les échanges, en particulier dans le domaine politique, mais il semble bien, hélas, qu’un certain esprit français ait définitivement vécu.

    PS : je ne vois pas de possibilité de s’abonner à l’actualité de voter blog ?

  2. Si si, il y a un lien en bas à droite 🙂 http://latelierdediablotin.fr/WordPress3/feed/

    J’ai trois versions concernant « les Elémens » de Rebel : Hogwood, Goebel et Kallweit. Celle de Hogwood est peut-être la plus « classique », avec une fermeté rythmique plus marquée que les deux autres.
    Il en fut d’ailleurs assez longuement question ici : http://latelierdediablotin.fr/WordPress3/2014/12/les-versions-hip/ et là : http://latelierdediablotin.fr/WordPress3/2014/12/une-autre-solution/ dans les commentaires des deux notules notamment.
    Enfin, la version d’Aramide de Lully a bénéficié d’une analyse enviable ici : http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2006/07/08/235-la-tragedie-lyrique-l-integrale-la-tragedie-en-musique-i-de-lully-a-moreau-charpentier-collasse-colasse et je ne suis pas assez spécialiste de la chose pour en dire le contraire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.