La radio de été des blogueurs, s.8

Comme chaque année depuis 2010, la radio de l’été des blogueurs vient égayer en musique vos vacances ou vos activités estivales. La saison 8 débutera, avec un peu de retard, à compter du 26 juin. Vous pourrez même écouter les différents titres de cette radio sur le blog, dans le mini-lecteur de la barre de menus.
Vous trouverez l’intégralité des règles du jeu chez Lolobobo, initiateur de ce sympathique concept ! Il est très facile d’y participer !
Pour mémoire, voici les choix que j’avais effectué lors de mes précédentes participation :
Saison 4 • Saison 5 • Saison 5 Bis • Saison 6 • Saison 7

Quant à cette année, je vous propose un morceau reposant, mais très beau et d’une absolue sérénité. J’ai un attachement très particulier avec le pianiste Emil Gilels, les lecteurs réguliers de ce blog le savent. Outre une virtuosité et une sonorité exceptionnelles, il s’agit du tout premier concert de musique classique auquel j’ai pu assister, fort jeune : il était venu à Strasbourg en décembre 1979, et je m’intéressais depuis plusieurs années à la musique classique, un grand nombre de mélomanes côtoyant le cercle familial. Je l’ai revu ensuite, toujours à Strasbourg, en 1983, où il apparaissait déjà très fatigué et malade, mais toujours aussi remarquable –des Etudes symphoniques de Schumann de rêve-.

 

De tous les pianistes que j’ai vus et entendus en concert-et il y en a eu pas mal…-, il fut sans conteste le plus impressionnant, non par la taille, puisqu’il était plutôt petit, mais par la puissance et la beauté du son de son piano, qu’il maîtrisait à la perfection. Dans Beethoven, il était un architecte puissant, marmoréen, et dans Liszt ou Schumann, il offrait des visions d’une noblesse exceptionnelle.
A titre anecdotique, je me souviens que sans effort apparent, le son de son piano remplissait facilement de grandes salles, alors que, peu de temps après, Murray Perahia, par exemple, eut bien du mal à faire entendre son Beethoven aux derniers rangs de la même salle, alors même qu’il semblait s’employer très physiquement pour le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.