Le retour du roi

Garry Kasparov, affectueusement surnommé « L’ogre de Bakou », revient, au moins ponctuellement, vers le jeu d’échecs qu’il avait abandonné pour se lancer dans la politique, ce qui ne lui a guère réussi dans son pays et lui a même valu quelques jours d’emprisonnement et autres brimades, dans un état où le statut d’opposant est loin d’être simple…

Dernier vrai génie du jeu non nourri à l’intelligence artificielle, dont il accompagna et favorisa l’émergence, son retour fait d’autant plus sensation qu’il sera opposé à la jeune garde des joueurs actuels, qui ont tous appris à jouer en mobilisant cette forme d’intelligence.

Son jeu plutôt agressif et tourné vers l’offensive, fondé sur l’intuition et une préparation théorique qui, à l’époque, allait très au-delà des standards alors connus, résistera-t-il aux assauts de ces plus ou moins jeunes pousses prometteuses ?

L’événement se déroule à Saint Louis, aux Etats-Unis, dans le cadre d’un tournoi de « Blitz » –parties rapides– et il promet d’être intéressant ! L’an dernier, lors d’un match exhibition, il avait littéralement écrabouillé, lors d’une partie rapide, le n°2 mondial, Wesley So, totalement dépassé par l’agressivité et les intuitions de l’Ogre de Bakou –qui avaient aussi déstabilisé ponctuellement les commentateurs de la petite vidéo ci-dessous, un peu pantois semble-t-il devant cette performance !-. Sans doute ce format de parties rapides lui convient-il mieux, à 54 ans, pour exprimer son talent resté unique dans le monde des échecs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.