Playlist So British

J’aurais pu, si je l’avais déjà eu entre les mains, proposer cet album dans la série « x albums pour découvrir des prises de son de démonstration« , tant ce que l’on entend sur ce disque est exemplaire en la matière, dans des oeuvres qui privilégient les aspects parfois spectaculaires du jeu d’orchestre : masses imposantes, percussions percutantes, explosions dynamiques… Mais je n’ai acquis ce disque que tout dernièrement, et trop tard en tout cas pour l’évoquer dans ce contexte à l’époque. -Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Première considération : le système de formation des musiciens en Grande-Bretagne semble particulièrement performant, parce que l’orchestre des jeunes musiciens que l’on entend sur ce disque est d’un remarquable niveau ! Jamais entendu ce niveau de cohésion et d’intégration chez un orchestre de jeunes en France, où les conservatoires forment des solistes talentueux, mais pour lesquels l’orchestre semble une filière de relégation : ici, la joie de jouer ensemble semble évidente !

Seconde considération : les jeunes Anglais aiment la musique de leur pays et la jouent remarquablement bien ! Si le très célèbre poème symphonique de Richard Strauss est tout-à-fait réussi, il en existe d’innombrables excellentes interprétations, supérieures à celle-ci.
En revanche, « The Planets », de Gustav Holst, trouve ici une interprétation vraiment maîtrisée de bout en bout et absolument superbe. Cette suite de mouvements symphoniques évoque les différentes planètes du système solaire –tel qu’on le connaissait au début du 20ème siècle– et est écrite pour un orchestre très conséquent. D’une certaine manière, l’oeuvre propose les prémices de la musique de film à venir après la seconde guerre mondiale –Star Wars, Le Seigneur des Anneaux…– et s’avère extrêmement suggestive et descriptive.
Si je vous parle de musique anglaise, c’est parce qu’au sein de la quatrième planète –Jupiter, celui qui apporte la joie-, le passage central me semble totalement révélateur de la musique victorienne propose à ce pays, à l’instar de certaines oeuvres populaires d’Elgar. Et, dans ce disque, ce passage en particulier, est peut-être ce que j’ai entendu de plus beau parmi toutes les versions qui peuplent ma discothèque –environ une douzaine à la louche, il s’agit d’une oeuvre que j’apprécie particulièrement-.

Pour vous faire une idée, je vous propose donc d’écouter ce petit extrait. Malgré la compression, une écoute « un peu fort » devrait vous permettre, en outre, d’apprécier la qualité technique de l’enregistrement. Enjoy !

2 réponses sur “Playlist So British”

Répondre à Diablotin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.