Une ville -encore- à l’honneur

Depuis dimanche, le classement de Strasbourg au patrimoine mondial de l’humanité s’étend à ce que l’on appelle ici « La Neustadt« , à savoir l’extension de la ville hors de ses limites initiales par les Allemands, durant la période 1870-1918.
Le centre-ville historique et la cathédrale –tout le quartier qu’on appelle ici « La Grande-île »-, étaient déjà inscrits au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1988.

Cette extension du centre ville vers le nord-est et le Rhin forme un ensemble architectural cohérent de 90 hectares, longtemps raillé par les habitants, qui y voyaient d’abord essentiellement la trace d’une architecture wilhelminienne un peu grandiloquente –mais très pratique, et proposant un niveau de commodités inconnues dans les constructions françaises de l’époque-.
C’est dans ce quartier qu’on retrouve l’opéra, le Palais de justice et le palais universitaire, notamment. Des bâtiments plutôt cossus et majestueux, bordant de larges avenues qui redessinent la ville et l’étirent vers la frontière.

Il s’agit d’ailleurs de l’ensemble architectural allemand de cette époque le mieux conservé, puisque les grandes villes d’Outre-Rhin furent largement bombardées –et partiellement ou totalement détruites– par les Alliés durant la seconde guerre mondiale.

Au travers de cette extension, l’ensemble du patrimoine désormais classé permet de mettre en évidence de fort jolie manière les traces du passé géopolitique si particulier de Strasbourg, ville de rencontre de multiples influences européennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.