Février cahin-caha

Outre un agenda professionnel excessivement chargé durant trois semaines, février m’a vu devoir commencer à m’occuper de vider-rénover l’appartement où nous allons bientôt emménager, ce qui n’est pas une mince affaire ! Evidemment, avec tout cela, mes oreilles sont laissées en déshérence et je n’ai pas eu le temps, non plus, de concocter la moindre surprise mensuelle…

Les derniers week-end nous ont donc vu faire le tour des cuisinistes, pour dessiner des plans, choisir des façades –et TheCookingCat est à la fois exigeante et indécise, ce qui ne facilite pas les choses ! -, harmoniser lesdites façades avec des plans de travail, et, surtout, négocier des prix ! Ça, c’est en définitive beaucoup plus facile que je ne l’imaginais : il suffit de faire établir plusieurs devis et de les soumettre aux concurrents d’en face –il y a quatre ou cinq boutiques dans la même rue de la zone commerciale où nous nous sommes rendus– et, comme par magie, les prix ont une réjouissante tendance à rapidement décroître…


Au bout du compte, nous avons opté pour celui qui avait le mieux répondu à notre demande et qui était le moins médisant sur ses confrères, même s’il n’était pas le mieux-disant en termes de « remises exceptionnelles et matériel offert gracieusement ». On a quand même réussi à négocier une remise de l’ordre de 24%, ce qui pourra sembler beaucoup, mais s’avère assez faible eu égard à certaines remises de l’ordre de 35 à 45% constatées ailleurs. Après six heures –en deux fois quand même-passées chez lui, une jolie cuisine a émergé, permettant à la fois de répondre aux contraintes d’un espace un peu biscornu et d’apporter une touche esthétique et pratique à l’endroit !

Depuis quelques jours, donc, il faut maintenant vider cet appartement de centre ville –3 pièces, 85 mètres carrés, hauteur sous plafond de 3 mètres, soit suffisamment de place pour deux personnes, et une place de parking privé, ce qui est important en ville…– que j’avais acheté il y a 19 ans –encore un an de traites à payer…– et que je louais à mes parents.
Avec l’aide des nains, de leurs copains et d’une camionnette, c’est allé assez vite hier –beaucoup plus vite que ce que j’avais imaginé : ils ont ramené, notamment, un géant de 103 kilos et 1,95 mètres, fort comme un Turc…-, une fois les meubles répartis –ce qu’on donne et à qui, ce qui part à la déchèterie– !

Ne reste plus qu’à faire repeindre les murs et refaire les sols à notre goût –NainJunior, qui, avant de faire des études d’anthropologie et de lettres classiques, a obtenu un BEP de peintre au cours de sa scolarité chaotique, en sera chargé… Il sera assisté de miniNain, qui héritera, en échange de la voiture grand-paternelle– faire quelques petits travaux de plomberie et d’éléctricité, et surtout faire installer la fibre dans le logement –incontournable, et gratuit ! – puis se profilera, déjà, le déménagement !

2 réponses sur “Février cahin-caha”

  1. Quand je vois la vitesse à laquelle les nains et leurs copains ont travaillé pour vider l’appartement -et sans casse, qui plus est, pour ce qui était fragile et qu’ils récupéraient-, ça me rassure un peu pour la suite et le déménagement à venir -les CD et le matériel Hi-Fi et informatique, je m’en occupe moi-même 😉 !… Mais il y a encore beaucoup de travaux en perspective : un peu d’électricité à compléter dans la cuisine, l’évier à démonter, tous les sols et les murs à remettre à notre goût… Bref, que du bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.