The lost recordings : miraculeux !

C’est un magnifique colis qui est arrivé dans ma boîte aux lettres, hier, contenant notamment le superbe coffret objet de cette notule.

A Amsterdam, ville qu’il chérissait et où il joua très souvent, Emil Gilels donna, tout au long de sa carrière, des récitals où il livrait à un public de connaisseurs le coeur de son répertoire : beaucoup de Beethoven, presqu’autant de Brahms, de Liszt, de Prokofiev et de Chopin, à peine moins de Mozart ou de Scriabin, Ravel, Bach et quelques pièces de circonstance venant en bis à la fin des récitals.
A priori, il n’en restait guère de traces, jusqu’à la parution de ce merveilleux coffret –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, il y a peu de temps : 5 récitals pour piano enregistrés dans la salle du Concertgebouw d’Amsterdam, à l’acoustique remarquable. Les bandes ont été retrouvé récemment et nettoyées avant de sortir sous la dénomination « The Unreleased Récitals… » .

Dès sa sortie, le coffret a trusté les prix de la presse spécialisée européenne, et il ne serait guère étonnant qu’il obtienne le Ballon d’Or 2018 Gramophone Award 2018 section « Récital historique » ! Le contenant est superbe –coffret très joliment présenté, livret plutôt abondant, comportant des photos rares et de très bons textes tant sur le pianiste que sur les oeuvres-, le travail de remastering de bandes radios un peu anciennes est si remarquable qu’on a peine à croire qu’il s’agit d’enregistrements datant de 40 ans environ –à peine un peu de souffle analogique à très haut niveau, mais alors, on dépasse très largement le cadre d’une écoute domestique-.

Quant au contenu, on se situe au plus haut niveau, y compris en mesurant le pianiste à lui-même ! Tous les concerts datent d’avant sa grave crise cardiaque de 1981, qui le laissa amoindri physiquement : les concerts plus tardifs proposent la même énergie, la même beauté de sonorité, la même envergure intellectuelle, mais comportent parfois quelques scories techniques –pas très graves, ni importantes, au demeurant-. ici, on a tout ce qui singularise ce prodigieux pianiste, la virtuosité encore vertigineuse en plus !

Bref : que du bonheur ! Et, un bonheur ne venant jamais tout seul, le colis comportait un autre petit miracle, dont je vous entretiendrai plus tard !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.