Histoire de pochette, suite

Pour comprendre cette notule, il vous préalablement retourner lire celle-ci, un peu ancienne –mais j’ai parfois de la suite dans les idées…-.

En fait, et contrairement à ce que j’en écrivais à l’époque, le recyclage de la pochette du jour, initialement prévue pour illustrer le premier enregistrement numérique de « La flûte enchantée » ne fut pas du tout mal vécu par tout le monde, et, en tour cas, pas par Bernstein.

Bien sûr, le chef américain ne savait pas, alors, que l’illustration qu’on lui proposait en guise de couverture de son enregistrement de « L’oiseau de feu » de Stravinsky était en fait un recyclage, mais il s’en montra très satisfait et affirma qu’il avait rarement vu un graphiste comprendre aussi bien le contenu de la musique qu’il devait illustrer ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Quant au contenant, vous pouvez le découvrir ici, c’est une très bonne version de cette oeuvre, pour peu que l’on aime la musique de Stravinsky, ce qui n’est pas mon cas –c’est un monde que je n’ai jamais compris complètement et je l’apprécie sporadiquement (surtout ses ballets les plus connus), mais sans plus-.

3 réponses sur “Histoire de pochette, suite”

  1. Ben justement, le Sacre, L’oiseau de feu et Petrouchka, ça fait partie des ballets du début que j’apprécie assez. Quant au reste : ce n’est pas ma tasse de thé, vraiment !
    Pour le Sacre, j’aime bien la seconde version de Karajan, ainsi que celle d’Ozawa ou de Chailly et, surtout, celle, carrément explosive, de Fedoseyev, assez méconnue. Mais je crois que l’oeuvre supporte pas mal beaucoup d’interprétations très dissemblables. Plus étonnamment, je n’aime pas trop celle de Fricsay, alors que j’apprécie souvent ce chef.

    1. J’ai 2 versions par Boulez, une de Bernstein et une de Lombardi ! En vinyles. Et en CD, une par Boulez ! Après, pareil, pas beaucoup d’autres œuvres de Stravinsky, j’avoue de pas bien connaitre le reste de son œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.