Playlist « Quinte flush royale »

Entre 1968 et 1972, les Rolling Stones firent paraître une succession de 5 albums d’un niveau de qualité si élevé qu’on cherche en vain, à ce jour et dans l’histoire de ce genre, à égaler… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

C’est cette « Quinte flush royale » –• Beggars Banquet, 1968 • Let It Bleed, 1969 • Get Yer Ya Ya’s Out, 1970 • Sticky Fingers, 1971 • Exile On Main Street, 1972– , écoutée dans l’ordre, qui accompagne et accompagnera cette fraîche matinée dominicale. Les trois premiers ont bénéficié d’un remastering SACD/CD magnifique au début du millénaire, qui rend encore mieux justice à la qualité exceptionnelle de la musique; les deux derniers ont également été remastérisés assez soigneusement lors de leur réédition en version « anniversaire » à l’occasion de leur 50 ans.
« Get Yer Ya Ya’s Out » existe en deux version : album simple originel et triple album dans lequel on retrouve l’ensemble de la setlist des concerts de 1969, mais également les « premières parties » : Ike & Tina Turner et BB King. Non non, vous ne rêvez pas, le « vieux monsieur du Blues » ouvrait, à cette date, les concerts des Rolling Stones !

A l’écoute de cette « Quinte flush royale », le titre de « Greatest Rock’N’Roll Band In The World » que l’on commença à attribuer au groupe, en 1969, n’apparaît pas du tout usurpé !

5 réponses sur “Playlist « Quinte flush royale »”

  1. Tiens, je viens d’affiner ma base de données vinylesque, avec quelques requêtes supplémentaires. 19 albums des Rolling Stones, dont les 5 de ta quinte royale !

    Bon, en même temps, j’en ai en plusieurs pressages, entre les pressages US, le pressages « l’Age d’Or des Rolling Stones » etc… D’ailleurs il faut que je réactualise ma liste sur Discogs, elle n’est pas à jour.

    Et le Beggars Banquet, je l’ai avec la pochette Blanche, version censurée de la pochette originale. Et le Stickies Fingers, avec sa fermeture éclair fonctionnelle ! Tous dénichés en vide-greniers !

    PS : Blog toujours en panne, OVH aux abonnés absents, je crains fort de devoir réinstaller WordPress, et j’avoue ne pas vraiment savoir par ou et comment commencer !

  2. A partir de Their Satanic Majesties Request -décembre 1967-, les albums UK et US étaient identiques -et les pressages Decca UK supérieurs aux pressages London US-. Quant aux pressages de la collection française « L’âge d’or… », ils étaient assez médiocres, mais la collection est intéressante pour les textes et photos des livrets intérieurs…
    L’intérêt de la pochette « blanche » de Beggars Banquet, c’est la superbe photo du banquet à l’intérieur de la pochette dépliée 😉 ! http://www.inside-rock.fr/Beggars-Banquet Et l’intérêt principal, c’est la musique contenue sur le disque 😀 !!!

  3. Si on m’obligeait à écouter une suite de cinq albums, j’écouterais Face to Face (1966), Something Else (1967), The Village Green Preservation Society (1968), Arthur, or the Decline and Fall of the British Empire (1969), Lola versus Powerman and the Moneygoround, Part One (1970), par the Kinks.
    Mais à la réflexion, je choisirais plutôt des albums que j’ai jusqu’à aujourd’hui moins écoutés que ceux des Kinks : ceux de Yo La Tengo. Vu la qualité constante de Yo La Tengo depuis Painful (1993) jusqu’à leurs productions récentes, il se pourrait que je trouve une suite royale de cinq albums, peut-être plus.
    Je pourrais aussi essayer avec PJ Harvey…
    Et Elvis Costello and the Attractions…
    D’autres qui ne me viennent pas à l’esprit pour l’instant peut-être ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.