Soirée de gala – Concert Sibelius

Comme annoncé dans la notule précédente, nous nous sommes rendus, hier soir, avec TheCookingCat, au concert prévu, dont le programme et les interprètes suivent.

Arrivés très peu de temps avant la fermeture des portes, nous avons trouvé deux places assises tout au fond de la salle de la grande église faisant office, pour un soir, de salle de concert. Détail qui n’est pas si anecdotique pour la suite de cette notule… En effet, la réverbération du lieu est très importante et explique sans doute en grande partie que le message sonore parvenu jusqu’à nos oreilles ait paru parfois un peu déséquilibré. L’autre explication en étant que l’orchestre compte assez peu de cordes, et que, notamment, les altos sont en petit effectif : on ne les a pas beaucoup entendus durant tout le concert.

Il en a résulté quelques déséquilibres lors d’un Finlandia très solennel où les cuivres, d’où nous étions, couvraient parfois l’ensemble de l’orchestre. Pour autant, la petite harmonie est magnifique et l’entrée du mouvement lent du concerto pour violon fut tout-à-fait superbe, comme d’ailleurs l’ensemble de l’oeuvre, prise sur un tempo très large –ce qui est préférable en ce lieu très résonnant-. Ce concerto, magnifiquement écrit et très virtuose, a donné à entendre un superbe soliste, Shuichi Okada –un nom à retenir– très bien accompagné par un orchestre de très belle tenue, dans une vision essentiellement lyrique qui convient tout-à-fait à cette oeuvre. Magnifique prestation également d’un soliste réellement prometteur, à la très belle sonorité et que l’on a pu admirer en « rappel » dans un extrait de la partita pour violon n°3 de Bach, toute de légèreté et de finesse.

La soirée s’est achevée sur un poème symphonique de Dvořák, « La colombe« , connu également sous le nom de « La colombe sauvage ». Le compositeur n’étant pas de mes favoris, je ne connais l’oeuvre que d’assez loin, mais la version entendue ce soir était d’un très beau lyrisme et chantait très agréablement.

Depuis la dernière fois que j’avais entendu cet orchestre en concert, il me semble qu’il a remarquablement progressé en terme de justesse de ton et de sonorité, notamment au sein de la petite harmonie, vraiment impeccable. Son chef, Etienne Bardon, fut assistant d’Alain Lombard, lui-même assistant de Karajan, dont on connaît la vénération qu’il portait à Sibelius.
Malgré une petite réserve sur la salle peu adéquate, une excellente soirée et un très beau concert !

3 réponses sur “Soirée de gala – Concert Sibelius”

  1. Tiens, c’est marrant, c’est justement ce que je suis en train de faire, mais dans des « moutures » alternatives :
    • « Finland Awakes », qui est en quelque sorte, le « brouillon » qui servit de trame à la version définitive;
    • la version pour choeurs, chantée en finlandais et présentée il y a assez longtemps cic : http://latelierdediablotin.fr/WordPress3/2015/07/playlist-dune-journee-commencee-tard/ -j’aime beaucoup pour son caractère plutôt intimiste et un peu hiératique;
    • et une version pour orchestre et choeurs, assez rare.

  2. Il faut rajouter à la liste énoncée tout-à-l’heure la version pour piano -transcription réalisée par le compositeur himself-; évidemment, l’oeuvre perd beaucoup de ses belles couleurs et de son caractère hymnique, mais ça reste intéressant à écouter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.