Tribulations ferroviaires !

Le train, quand ça marche, c’est rapide, sûr, relativement confortable eu égard au temps qu’on est sensé y passer –sauf pour les très grands aux très grandes jambes-… Ça, c’est dans un monde idéal !

Hier, sans doute vendredi 13 oblige, ça n’a été du tout le cas ! Et un voyage de 4h30 s’est transformé en transhumances pendant près de 7h30 ! Tout avait bien commencé, pourtant, jusqu’au moment où « un colis mystérieux sur la voie » a nécessité l’intervention d’un service de déminage et engendré une vingtaine de minutes de retard : le chef de train nous a cependant assuré que nous ne raterions pas notre correspondance à Roissy-Gare, d’autant que nous étions plus de 200 personnes attendues dans ce second train et que le changement pouvait s’effectuer en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. Sauf qu’en arrivant à Roissy, le second train est parti en nous abandonnant sur le quai.

Et c’est là que la galère a commencé : pas de solution alternative à nous proposer et des interlocuteurs SNCF se défilant les uns après les autres –sauf le service de sécurité, appelé en renfort à cause du foin que nous provoquions…-. Comme en plus la gare est moche et loin de tout et que la grève la RATP avait conduit à une indisponibilité de taxis –pour rejoindre la gare de Marne-La-Vallée et envahir le TGV suivant-, nous voilà bien coincés !

Après une heure de palabre au moins, on nous a proposé une solution à peu près satisfaisante : transport en RER vers la Gare du Nord –en pleine grève de la RATP, un grand moment de promiscuité était assuré-, puis translation vers la Gare de l’Est à pied, et places assurées à bord d’un train vers Strasbourg, pour arriver près de trois heures après l’horaire initialement retenu.

Sinon, le séminaire de cette année était mieux que celui de l’an dernier : meilleur hôtel –et donc pas de nuit blanche– et meilleurs restaurants !

2 réponses sur “Tribulations ferroviaires !”

  1. Dans le même esprit d’aventures, jeudi de la semaine dernière, Laurette à mis presque 4h pour faire Marseille Aix en Provence en bus. Des incendies en bordure d’autoroutes ont paralysé toute la circulation. Résultat, plus de 80 km de bouchons sur les autoroutes et nationales entre Marseille et Aix et Marseille et Marignane ! Partie à 18h elle est arrivée à 21h50 à Aix ! Il y a 40 km entre les deux villes !

  2. Pour prendre le TGV tout les jours, ou presque, je touche du bois ! Je dois bien admettre que dans la majorité des cas, les retards n’excède pas les 5 min et que dans l’ensemble, j’arrive à l’heure au boulot ou à la maison ! mais quand cela se met à merder, alors là, cela devient vite galère ! très galère 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.