Playlist claire-obscure

C’est le week-end, entamé hier après-midi sous un soleil radieux et de fortes chaleurs, qui, malheureusement, sont en train de s’estomper ! Les jours à venir seront orageux… De quoi étudier le passage de ce blog en https ! De quoi bâtir, également, une playlist « claire-obscure », comprenant à la fois oeuvres connues et compositeurs « underground ». –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

« L’Art de la Fugue » de Bach est une oeuvre à laquelle je suis venu assez tard, la première version que j’en avais –pour orgue-, tout juste adolescent, s’avérant profondément aride et donc rédhibitoire à cette date. Depuis, les versions que j’ai découvertes, pour des formations très variées, sont nettement plus aimables, et celle écoutée convient tout-à-fait pour une écoute très matinale –l’oeuvre présente très peu de contrastes dynamique-.

L’oeuvre intégrale d’Anton Webern, qui fut tué par erreur par un soldat américain alors que la guerre était finie et qu’il voulait simplement sortir sur sa terrasse pour fumer une cigarette (sic), est normalement disponible en 3 CD –quatre LP réunis dans un coffret superbement illustré aux temps lointains du 33 tours-.
Le coffret présenté ici, passionnant, comporte 6 disques assez bien remplis et réunit une pléiade de grands noms  ! C’est que, tout simplement, il propose, outre la totalité des oeuvres régulièrement inscrites au catalogue des oeuvres publiées, quantité de pages inédites et hors-catalogue.
Une magnifique anthologie, sous la houlette d’un chef qui chérissait ce compositeur et travailla énormément à sa reconnaissance.
La musique d’Anton Webern est à la musique ce que le Haïku est à la poésie : des ouvres courtes, denses, proches de l’abstraction mais généralement d’une grande profondeur –cf. l’extrait proposé ci-dessous-. Personnellement, j’aime beaucoup.

Les deux autres albums présentent des musiciens bien moins célèbres  le premier –Maximilien Steinberg– est russe, comme son nom ne l’indique pas, et s’inscrit dans une veine post-romantique plaisante mais pas très marquante. Le second, consacré à Witold Lutoslwaski, musicien polonais assez connu, donne à entendre des oeuvres qui restent encore relativement faciles d’accès et bénéficient d’une excellente prise de son.

3 réponses sur “Playlist claire-obscure”

  1. Comme quoi le tabac, c’est mauvais pour la santé ! Désolé, blague de très mauvais goût !

    Question, c’est compliqué le passage en https ? Je me pose la question depuis quelques temps déjà, mais je n’ai pas vraiment osé me pencher plus en détail dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.