Playlist « Bain de jouvence »

La playlist du jour est connotée « Hard-Rock » et retour aux sources de ce que j’écoutais à la fin des années 70 et au début des années 80, lorsque j’étais encore adolescent. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Chaque album me raconte une petite histoire ou évoque pour moi un chouette souvenir : le premier et le dernier de la liste, je les avais ramenés, en 33T, de mon tout premier voyage à Londres –un vrai périple d’une douzaine d’heures avant l’arrivée du TGV et du tunnel sous La Manche-, dans le cadre d’un voyage linguistique scolaire –avec deux ou trois amis, nous avions passé presque tout le séjour sur Carnaby Street, arpentée de long en large, et je n’étais pas peu fier, à l’époque, d’exhiber le premier, à mon retour, car il n’était pas encore disponible en France -.

L’excellent double LP live de Scorpions, enregistré à Tokyo, je l’avais eu gratuitement chez mon disquaire de l’époque, grâce à ma carte de fidélité toute recouverte de tampons –un album gratuit tous les dix albums achetés-, et j’ai toujours beaucoup aimé ce disque, notamment pour la guitare en feu d’Uli Jon Roth –cf. portrait du guitariste, qui jouait encore sur Fender Stratocaster en ces temps reculés, datant peu ou prou de cette époque à droite ! En revanche, je zappe systématiquement le solo de batterie de la chanson « Top Of The Bill », puisqu’il s’agit d’un exercice auquel je n’ai jamais trouvé le moindre intérêt dès lors que cela excède un break de quelques secondes…-.

Le premier album de Trust, qui détonna quelque peu dans la France giscardienne d’alors, a bien survécu au poids des ans, même s’il manque d’un titre complètement majeur –pour cela, il faudra attendre le second et son tube « Antisocial »-.

Bref, un chouette bain de jouvence, et une playlist écoutée un peu fort, pour en profiter au mieux ! 

Devinette de janvier : la solution !

Les propositions de solution à la devinette du mois de janvier étaient, en définitive, assez éloignées de la bonne solution : le guitariste que l’on entend dans cet extrait est Eddie Van Halen, guitariste du groupe Van Halen, et l’extrait provient de leur second album, simplement intitulé Van Halen II –1979, très bon, mais beaucoup moins connu que leur premier-.
Certes, le guitariste est beaucoup plus connu pour ses prouesses à la Fender Stratocaster, mais il ne dédaigne pas, ponctuellement, la guitare acoustique.

La chanson, intitulée « Spanish Fly« , est en fait assez proche, dans la façon de jouer, du morceau « Eruption » paru sur leur tout premier album –excellent d’ailleurs-, qui fit sensation à l’époque de sa sortie, avec l’utilisation, notamment, de la technique du tapping. Sur ce premier album, d’ailleurs, le jeune –à l’époque– virtuose s’était déjà illustré à la guitare acoustique sur cet excellent titre livré en extrait.

Playlist « So British » et autres considérations

Suite à la lecture de cette notule, prolongée via les commentaires ici, je me suis, par association d’idées, concocté cette playlist « So British », tout en lisant chaque jour –plutôt assez tard le soir, du fait du décalage horaire-, dans le quotidien The Guardian, les dernières nouvelles relatives aux palabres des Commons face au Brexit, qui avancent cahin-caha vers le n’importe quoi… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand, et sur l’extrait pour l’écouter ! -. Pour ceux que cela intéresse un peu, outre ce quotidien auquel l’accès est totalement gratuit, donc, je les renvoie vers la lecture de cet excellent blog consacré exclusivement à ce dossier.

Hormis le premier album présenté, plutôt ancien, mais qui propose des versions relativement festives de ces pièces de circonstances, comme leur appellation le laisse deviner, les trois autres sont tous récents, très bien enregistrés et proposent des interprétations remarquables de chacune des oeuvres envisagées –et les livrets accompagnant ces CD ou SACD sont tous très instructifs-. Une vraie belle playlist, donc, tout au moins à mes oreilles, qui permet de découvrir par ailleurs des oeuvres très rares d’Imogene Holst –la fille de Gustav Holst, auteur des fameuses « Planètes »-.


Aujourd’hui, nous sommes allés choisir un chat à adopter à la SPA locale. L’idée nous trottait dans la tête depuis quelques temps déjà, et nous avons trouvé une jolie petite chatte tricolore d’environ deux ans, toute petite –2,3 kg-, a priori assez timide mais très câline : reconnaissant en nous de vrais amis des chats, elle s’est laissée manipuler sans difficulté et devrait arriver à la maison dans le courant de la semaine prochaine.


Comme je suis assez souvent sur la route ces dernières semaines, j’ai eu l’occasion d’étrenner assez longuement ma nouvelle voiture –près de 4000 km depuis un peu moins de deux mois, sachant que je n’ai pas roulé durant la période des fêtes de fin d’année
Le tout-automatique -allumage des phares et autres feux en fonction de la luminosité, mise en oeuvre des essuie-glaces selon l’intensité de la pluie…- est très confortable, et la voiture s’avère sobre comme un chameau -une consommation réelle moyenne de 4,4 l/100 km, pour des trajets comprenant 1/3 de ville, 1/3 d’autoroute et 1/3 de routes nationales ou départementales- : mon portefeuille apprécie beaucoup, lui aussi !


Rappel : il reste une devinette en attente de solution, c’est ici !

Teutonic Chaos !

Hier soir, sur Arte, on pouvait voir -ou revoir : ça a déjà été diffusé il y a quelques années- le concert de Rammstein à Paris lors de leur longue tournée du début des années 2010. Le plus surprenant, en fait, c’était pour moi la présence d’un public si nombreux, en France, pour ce groupe, témoignage d’un engouement dont je ne me doutais pas –et le public semblait très bien connaître les différentes chansons interprétées-.

Pour ma part, je connais ce groupe est-allemand –à l’époque de sa création, mais ce critère (politique et culturel) reste encore assez profondément ancré chez certains de ses membres– depuis très longtemps, et, si sur scène, le décorum et la scénographie tombent parfois dans l’outrancier, j’aime assez certains de leurs albums, aux ambiances plus variées qu’ilm’y paraît de prime abord.

Récompense méritée… mais tardive

Ils étaient éligibles depuis 2004, avaient déjà été sélectionnés au moins deux fois auparavant, et leur non-nomination était assez régulièrement dénoncée par leur pairs ou la presse spécialisée comme un petit scandale… C’est officiel désormais, les voilà intronisés dans ce « temple de la renommée du Rock’n’Roll –même si tous les nombreux membres qui ont, un jour ou l’autre, composé le groupe, n’ont pas été retenus pour pénétrer le saint des saints…– !

Un jour – Un album

Ce disque –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– est un petit miracle ! Outre que l’oeuvre constitue, à mes oreilles du moins, la plus belle des symphonies de Mendelssohn, et, sans doute, la plus belle du répertoire des débuts du romantisme musical, elle trouve ici une version d’une beauté diaphane et d’une vivacité rythmique exceptionnelle.
L’album est extrait d’une non moins magnifique intégrale des symphonies et des symphonies pour cordes de Mendelssohn –l’un de mes coups de coeur 2018– par l’orchestre symphonique de Heidelberg, tout jeune orchestre créé en 1994 par le chef Thomas FEY au sortir de ses études, essentiellement consacrées à l’interprétation « historiquement informée » du répertoire classique et des premiers romantiques : ensemble, ils ont notamment enregistré de fort belles symphonies de Haydn et de Beethoven.

Dans l’interprétation des symphonies de Mendelssohn, cette intégrale s’avère pionnière dans cette veine vive, transparente et allégée, mais elle a fait quelques émules depuis. Par ailleurs, les symphonies pour cordes, oeuvres de jeunes du compositeur, trouvent enfin une interprétation totalement idéale, qui fait qu’on les écoute avec plus de plaisir que de curiosité –c’est, très généralement, de l’excellente musique !-.

Malheureusement, l’état de santé actuel du chef –grave accident cérébral en 2014– l’a éloigné, depuis cette date, des podiums et autres estrades, et les projets discographiques sont, depuis, en suspens.

On se console avec cet album remarquable, en écoute ici, pour le confort sonique, ou, en extrait sur la vidéo ci-dessous -écouter ce qui se passe grosso modo entre les 10ème et 12ème minutes et la superbe mise en évidence des voix secondaires : c’est unique dans toute la discographie de l’oeuvre !

Devinette acoustique

En guise de devinette –la dernière, qui date d’il y a près de trois mois, était restée sans solution-, débutons l’année avec un petit morceau de pyrotechnie acoustique ! Je vous propose d’écouter le petit morceau ci-dessous et d’essayer de deviner de quel guitariste, connu, il s’agit. C’est plus facile qu’il n’y parait, le style tant assez reconnaissable.

La performance, au demeurant, puisqu’il s’agit plus de cela que d’un chef-d’oeuvre musical, s’avère parfaitement maîtrisée !  A vos claviers ! 

Histoire de pochette, suite

Pour comprendre cette notule, il vous préalablement retourner lire celle-ci, un peu ancienne –mais j’ai parfois de la suite dans les idées…-.

En fait, et contrairement à ce que j’en écrivais à l’époque, le recyclage de la pochette du jour, initialement prévue pour illustrer le premier enregistrement numérique de « La flûte enchantée » ne fut pas du tout mal vécu par tout le monde, et, en tour cas, pas par Bernstein.

Bien sûr, le chef américain ne savait pas, alors, que l’illustration qu’on lui proposait en guise de couverture de son enregistrement de « L’oiseau de feu » de Stravinsky était en fait un recyclage, mais il s’en montra très satisfait et affirma qu’il avait rarement vu un graphiste comprendre aussi bien le contenu de la musique qu’il devait illustrer ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Quant au contenant, vous pouvez le découvrir ici, c’est une très bonne version de cette oeuvre, pour peu que l’on aime la musique de Stravinsky, ce qui n’est pas mon cas –c’est un monde que je n’ai jamais compris complètement et je l’apprécie sporadiquement (surtout ses ballets les plus connus), mais sans plus-.

Un jour – Un album !

Album que l’on adore détester ou que l’on n’ose pas avouer apprécier, « Their Satanic Majesties Request » -cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– est, en effet, un drôle d’objet dans la discographie des Rolling Stones, enregistré durant leur « annus horribilis », à savoir 1967.
Il s’inscrit entre l’injustement sous-estimé « Between The Buttons » paru en janvier 1967 et qui vient clore leur « première période » tout en amorçant déjà un premier virage, et le merveilleux « Beggars Banquet » –décembre 1968-, l’album du renouveau en forme de retour aux sources vers les musiques populaires d’Outre-Atlantique.

 

Le déclin physique précoce de Brian Jones, les essais de substances chimiques au sein du groupe et, en corollaire, l’émergence du genre « psychédélique », les séjours en prison de trois de leurs membres –Mick Jagger, Keith Richards, et, pour une durée plus longue, Brian Jones-, le licenciement de leur manager/producteur historique, Andrew Logo Oldham, la varicelle contractée à la fin de l’été par Keith Richards –maladie qui est tout sauf anodine à l’âge adulte-, le retrait provisoire du groupe de la scène –tournées et concerts et les nouvelles possibilités offertes par les instruments électroniques et le travail en studio : autant d’éléments qui conduiront le groupe vers l’enregistrement de cet album curieux, mais très attachant en définitive et doté d’une pochette absolument superbe, avec effets 3D et faux labyrinthe dont on ne sort jamais !

Premier album –et seul album produit par le groupe– à comporter la même playlist dans toute l’Europe et aux Etats-Unis, il est composé de quelques perles éparses –« She’s A Rainbow« , qui fit rapidement le tour du monde et reste l’une des grandes chansons du groupe dans sa veine mélodique; « 2000 Light Years From Home » et son utilisation très intelligente du mellotron, ancêtre du synthétiseur; « Citadel » et son énorme -pour l’époque- riff de guitare-…au milieu de titres plus anecdotiques, mais jamais inintéressants pour peu que l’on se plie au jeu des rythmes africains accommodés à la sauce anglaise –Sing This All Together (See What Happens)-.

Enregistré entre février et octobre 1967, paru officiellement en décembre 1967, l’album connut une fortune critique très diverse, mais un vrai succès public, contrairement à une légende solidement établie : n°3 en Angleterre durant 13 semaines et n°2 aux USA pendant 13 semaines, n°1 en France 4 semaines entre décembre 1967 et janvier 1968  : pas mal pour un album mal-aimé !

Bref : à réhabiliter ! Vous pouvez l’écouter ici dans d’excellentes conditions soniques. Les meilleures rééditions sont celles de 2002 –remastérisée pour le SACD– et de 2018, cette dernière permettant de découvrir les versions stéréo et mono de l’album –cf. ci-dessous-.

Playlist au féminin

Je profite d’un petit moment de répit professionnel pour écouter d’une oreille assez distraite, en télétravaillant, cette playlist consacrée à des artistes du sexe faible beau sexe, ces deux dernières journées ayant été particulièrement chargées, avec des départs tôt le matin et des retours tard le soir… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Nonobstant, je suis rentré juste à l’heure hier soir pour assister, en direct sur le site du Guardian, au vote des députés britanniques sur l’accord de retrait de l’Union Européenne.
Les scrutins à la chambre des Communes sont toujours aussi drôles à suivre –et le « speaker » à poigne actuel, est réellement à poigne ! TheCookingCat, occupée dans une autre pièce, m’a demandé qui gueulait ainsi…-, et le résultat, s’il était attendu depuis plusieurs semaines, surprend cependant par l’ampleur du rejet –202 pour, 432 contre-.

De quoi relancer pour quelques temps l’actualité du Brexit ! Les titres de la presse quotidienne anglaise, ce matin, étaient assez unanimes pour souligner l’ampleur de la défaite…