Un robot pas à jour !

Parfois, l’intelligence artificielle et les robots font preuve de « bêtise » et, surtout, d’absence totale du plus élémentaire discernement.
Ainsi, chaque année depuis 5 ans au moment de la rentrée scolaire, la boutique en ligne la plus célèbre me rappelle d’acheter des manuels scolaires de seconde, parce qu’un jour, j’en avais commandés pour mini-Nain, qui, à cette époque, entrait effectivement en seconde.

Cela étant, le robot doit penser qu’il est spécialement peu performant scolairement –or, depuis, il a eu son Bac brillamment, puis un BTS et s’oriente vers une poursuite d’études en université ou dans une école d’ingénieurs…– et qu’il a donc quintuplé cette classe, puisqu’il me recommande systématiquement les mêmes manuels depuis cette date…

Il reste encore quelques progrès à faire en la matière. Etonnamment, les recommandations musicales qui me sont proposées sont autrement plus pertinentes et résister à la tentation bien plus difficile ! Ma wishlist s’allonge déraisonnablement –même si je reste assez raisonnable pour ne pas céder…-.

Lecture en cours. Les Innovateurs.

Parmi mes lectures en cours figure ce très intéressant et remarquablement instructif ouvrage, qui se lit comme un roman sans en être tout-à-fait un : « Les innovateurs », de Walter Isaacson. Il raconte « comment un groupe de génies, hackers et geeks a fait la révolution numérique », au travers d’une suite de portraits de personnages plus ou moins passés à la postérité. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

L’histoire débute au milieu du 19me siècle avec la construction de « la machine à différences » de Charles Babbage et les pensées visionnaires d’Ada Lovelace –fille du poète Byron– quant aux possibilités offertes par l’utilisation de cette machine analytique, pour laquelle elle écrivit ce qui constitue vraisemblablement le premier algorithme de programmation jamais conçu.

Elle se poursuit avec le passage en revue de toutes ces machines successives, sur fond de cryptologie militaire -machine de Turing- et de luttes implacables entre fortes personnalités -comme lors de l’invention, primordiale, du transistor, marquée par une belle querelle d’ego- pour créer le premier « ordinateur » répondant totalement aux cinq critères définissant cet objet entré dans les usages : • électronique • numérique • programmable • capable de résoudre les quatre opérations mathématiques élémentaires • capable d’exécuter des programmes enregistrés en mémoire.

La première réalisation répondant totalement à l’ensemble de ces critères fut l’ENIAC –Electronic Numerical Integrator And Computer-, opérationnel à partir de février 1946, construit par une équipe de chercheurs américains à des fins militaires : il devait être capable de calculer des trajectoires balistiques. Il possédait une puissance de calcul très supérieure aux autres machines électromécaniques conçues à la même époque, bien que ne fonctionnant pas en mode binaire –il utilisait le système décimal-.
C’est aussi à l’ENIAC que l’on doit le concept de « bug » : les papillons de nuit –bug = insecte– attirés par la lumière et la chaleur de ses tubes venaient s’y griller, déclenchant des pannes nombreuses –les lampes étaient montées en série-.

On entre alors dans la seconde moitié du 20ème siècle, le développement du transistor permet une miniaturisation sans cesse accrue, puis la construction de circuits intégrés, qui accroît encore cette miniaturisation, autorise peu à peu l’émergence des « ordinateurs personnels », favorisée, le croirez-vous, par la culture hippie et le flower-power !

Parallèlement, des recherches sur la mise en réseau des terminaux, à des fins militaires –projet ARPAnet– va rapidement conduire la création d’internet, sous l’impulsion notamment de Joseph Licklider, ingénieur et psychologue.
Le reste est histoire mieux connue, jalonnée de personnages charismatiques comme Steve Jobs, Bill Gates Richard Stallman, Gordon Moore ou Linus Torvalds, sans négliger la dimension collective ayant permis l’émergence des principales innovations énoncées.

C’est toute cette longue saga, passionnante et plutôt bien écrite, que vous pouvez retrouver dans ce livre relativement copieux –600 pages– et souvent passionnant !

Bug ou suicide ? Quand l’IA se rebiffe…

Bug ou suicide ? Tout dépende de l’idée qu’on s’en fait selon le point de vue auquel on se place, n’est-ce pas ?
La question reste ouverte et la lecture de ces deux articles -l’un ici, et l’autre – permettra, justement, de conjuguer deux points de vue, très différents de ton et d’esprit, sans apporter toutefois de réponse tranchée.
C’est Asimov, là-haut, qui doit bien se marrer ! –Troisième Loi d’Asimov : « Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi. »

En attendant, et pour commencer la journée de manière vivifiante –ou tonitruante, puisque tout dépend du point de vue selon lequel on se place…-, vous pouvez toujours découvrir l’extrait sonore en lien avec cette notule. Le groupe est archi-connu, la chanson nettement moins !

IA : comment ce qui devait arriver arriva

Et bien voilà, celui qui aurait mieux fait de se taire a été battu par l’intelligence artificielle dans le dernier jeu de plateau qui échappait encore –un peu, mais de moins en moins depuis l’an dernier déjà-. AlphaGo a donc battu Ke Jie, numéro un mondial du Go, après avoir « écrasé » l’an dernier Lee Sedol, ex-numéro un mondial…

Ke Jie affirmait pourtant qu’une défaite contre l’intelligence artificielle était exclue, mais avait cependant, dans un premier temps, refusé de lutter contre elle. Il s’était donné,  néanmoins, toutes le chances de l’emporter : temps de réflexion accru à 3 heures pour chaque joueur –contre 2 x 2 heures seulement l’an dernier-, une tactique visiblement empruntée à l’observation des tactiques de l’intelligence artificielle, mais cela n’a pas suffi… Deux matches, jeudi et samedi, pourraient cependant lui permettre de prendre sa revanche ! En Chine, ils n’en sauront cependant rien…

Les plus patients des lecteurs –non chinois– ou les quasi-insomniaques comme moi peuvent suivre toute la partie sur la vidéo proposée ci-dessous… Attention, ça dure un peu longtemps, mais c’est passionnant et les commentaires sont de qualité ! La partie proprement dite commence vers 35 minutes dans la vidéo.

IA : l’homme est de moins en moins de chose…

Souvenez vous : j’évoquais hier l’intelligence artificielle consultable par télépathie sur un ton badin et, l’an dernier, vers la fin de l’hiver, je vous proposais de suivre en plusieurs épisodes et en direct la chute de l’un des grands champions de go face à AlphaGo, intelligence artificielle conçue par l’homme, mais s’entraînant désormais face à elle-même pour approfondir son savoir !

Il se trouve que presqu’en catimini, c’est le numéro 1 mondial de ce jeu qui a été battu, récemment, trois fois en trois parties par ce même AlphaGo. Comme cela s’est passé très discrètement et que ce jeu intéresse peu en nos contrées, la presse n’en a guère parlé. Mais, visiblement, la machine a encore fortement progressé à force de s’entraîner contre elle-même !

Pour comprendre le concept de réseaux journaux et de « deep learning » qui prévaut à son fonctionnement, je vous propose de regarder cette petite vidéo, très bien réalisée et fort explicite.

Un autre article montre tout aussi intéressant montre que, désormais, ce sont aussi d’autres travers fort humains qui émergent avec l’apparition d’une intelligence artificielle performante !

Le GO fait chauffer le Mac !

GobanTrop réfléchir fait chauffer mon Mac –mais concernant ma cervelle, ça va !-. Après environ une heure, nous en étions arrivés là –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, et comme rien d’autre en tournait en arrière-plan –même pas de musique-, je pourrais en déduire que ce temps de réflexion a agité les neurones du microprocesseur –température intérieure : 43°C, alors que d’habitude, elle est stable autour de 39-40°C…-. En même temps, il fait désormais beau et chaud, ceci est plus susceptible d’expliquer cela !

De toute manière, à la fin, c’est toujours l’ordinateur qui gagne, puisque je débute presque totalement à ce jeu… Mais, aux échecs, en mode « Blitz », je gagne encore très souvent presque toujours !

Intelligence artificielle : fonctionnement et perspectives

DiablotinQuizCette petite vidéo, très intéressante –le site « Science étonnante », de David Louapre est une mine d’informations à caractère scientifique présentées avec clarté et pédagogie– nous explique à la fois la problématique générale de l’intelligence artificielle –vidéo entière-, mais également le fonctionnement plus spécifique qui a permis à AlphaGo de gagner au jeu de GO contre l’un des tout meilleurs joueur au monde –à partir de 8 minutes environ-, au-delà de la seule puissance brute, suffisante aux échecs par exemple.

Notamment, on apprendra qu’une part intuition est désormais envisageable pour la machine, et que c’est ce concept qui reste à appréhender plus avant…

Du Go à X-Files comme du coq à l’âne

Hier soir, en rentrant, je me suis précipité pour regarder la fin de la deuxième manche entre Alphago et Lee Sedol, dont j’avais entamé le visionnage très tôt le matin, et que j’avais dû quitter pour aller travailler… C’est vraiment passionnant, et les commentaires aident à comprendre au mieux ce qui se passe sur le goban et à essayer d’élaborer une stratégie. A l’inverse de tous les pronostics initiaux, la machine a encore gagné ! Avec tout cette histoire, qui se prolongera demain matin dès 5 heures, je n’ai même pas eu le temps d’écouter la plus petite oeuvre musicale, puisqu’aujourd’hui, je m’y suis mis également, pour essayer de battre mon ordinateur. Comme je suis quasiment novice à ce jeu, évidemment, je n’ai pas gagné ! Et ça va à l’encontre d’à peu près toute logique propre aux échecs, du coup, cela ne m’aide guère, au contraire !

J’ai proposé à CookingCat de nous inscrire dans un cercle de Go, elle m’a regardé avec de drôles d’yeux et ne comprend pas qu’on puisse rester des heures devant un plateau… Pfff…

DiablotinGo

Après tout ça, il me restait néanmoins assez de temps pour regarder les épisodes 10.5 et 10.6 de X-Files, et je peux vous annoncer que la fin de 10.6 laisse présager un 11.1, ou alors je ne m’y connais pas ! Pour achever en beauté la série, la fin de 10.5 aurait d’ailleurs très bien convenu, avec un instant de sérénité dans le pré/jardin jamais rencontré à dire vrai dans cette série. Au demeurant, les deux épisodes étaient très bons, et on a même découvert les deux agents qui, potentiellement, succéderont à Mulder et Scully lorsqu’ils partiront en retraite vers 15.5 ou 15.6 !

Nouvelle victoire pour l’IA

Ce matin, tôt, on pouvait suivre le match tant attendu entre AlphaGo, intelligence artificielle capable de calculs complexes et dotée d’une mémoire vertigineuse, et Lee Sedol, considéré comme l’un des plus forts joueurs du monde au 21ème siècle, et qui avait annoncé que dans ce match constitué de 5 manches, il envisageait de pouvoir gagner 5-0 assez facilement.

LSedolGoEt bien  c’est raté : il vient de perdre la première manche, au terme d’une fort belle partie, que vous pouvez retrouver intégralement en lignele début est un peu haché, mais toute la fin fonctionne très bien, les commentaires par un grand professionnel du jeu aident à comprendre les enjeux et sont tout-à-fait faciles à comprendre, même pour un néophyte-. Esthétiquement parlant, le plateau, en fin de partie, était très beau à observer et le champion humain s’est dit à la fois surpris du niveau de jeu de la machine –qui a, semble-t-il, accompli d’énormes progrès en quelques mois– et très déçu de sa défaite ! La suite demain matin, même heure –5 heures, heure française-.

Et puisqu’on parle de GO, mon intelligence, qui fonctionne par analogie, me conduit à vous proposer ce petit extrait…

IA : on n’arrête plus le progrès !

JeuGOQuelques jours après la notule sur le robot qui résout très très vite la réalisation des six faces du Rubik’s cube, un nouvel article très intéressant nous apprend que même au GOune sorte de gagne-terrain sur plateau, où il s’agit en quelque sorte de placer des jetons de manière stratégique pour avoir plus de terrain que son adversaire : j’y ai joué très rarement et avec beaucoup moins de plaisir qu’aux échecs !-, jeu très ancien et réputé quasiment insoluble pour un ordinateur face à un humain, la machine peut désormais battre –et à plate couture-, un champion reconnu ! Pour vous donner une idée de la chose de manière visuelle, rien de mieux que de regarder le film « Les trois royaumes« , de John Woo, où l’on en voit une assez belle transposition dans les stratégies militaires chinois de l’Antiquité : c’est assez remarquable –et très éloigné, par exemple, des légions romaines de la même époque– !

C’est instructif à lire, et cela atteste des progrès réalisés en matière de stratégie de programmation ! Si les ordinateurs sont désormais imbattables aux échecs par n’importe quel humain, il semble que cette nouvelle norme soit très prochainement transposable au GO également ! Que va-t-il nous rester  😯 ?