Petit périple européen…

• France, Boulogne-Sur-Mer. On connaissait déjà, pour avoir rapidement fait le tour ces derniers années et nous être promenés sur les remparts en 2010, mais on n’y avait encore jamais logé. C’est chose faire cette année, via la célèbre plateforme de réservation en ligne entre particuliers, qui s’avère redoutablement efficace pour trouver rapidement un lieu de villégiature !
La ville n’est pas si jolie que ça, alternant de belles maisons typiques et des immeubles très vilains, qui se côtoient sans grand souci esthétique. Le centre ville, en revanche est assez beau, beaucoup de marbre un peu partout, mais aussi des voitures qui circulent jusque dans l’extrême-centre historique, ce que je déteste ! Surtout, la ville n’est absolument pas faite pour les cyclistes : elle est construite sur deux collines qui surplombent la mer, les rues sont donc en très fortes pentes –de 7% à 10% pour les connaisseurs, qui se succèdent en enfilades– : on aura vu un seul courageux durant notre court séjour !
J’avais visité la basilique en 2006, elle semblait presqu’en ruine, depuis, elle a été très bien rénovée et il ne pleut plus à l’intérieur. La visite est agrémentée de nombreuses panneaux pédagogiques plutôt bien réalisés et très informatifs. –Cliquer sur les images pour les voir en plus grand-.

• Traversée de la Belgique et du Luxembourg. Les autoroutes sont assez bien entretenues malgré leur gratuité, et le personnel -parfaitement multilingue- est réellement très affable sur les aires de repos –très fréquentées au Luxembourg, où les cigarettes sont moitié moins chères qu’en France : c’est donc un lieu de passage obligé ! -. Evidemment, le maillage territorial très dense de la Belgique rend le trajet moins ennuyeux que la traversée des Ardennes et de la Meuse côté français. Ici, on va de ville en ville –Arlon, Namur, Charleroi, Mons, Tournai– que l’on contourne de plus ou moins près. Ça donne envie de faire quelques visites dans les temps à venir : après tout, ce n’est pas si loin !

• Gastronomie. Déjà, cette année, j’ai mangé les meilleures frites de ma vie ! Je ne raffole pas excessivement de ce plat d’accompagnement, et, en général, je ne finis jamais ma « portion » : là, elles étaient simplement parfaites ! Je suis aussi tombé sur un magnifique « Potje de la mer » : trois poissons –lotte, dorade et saumon– cuits lentement à basse température et servis froid en gelée citronnée, c’est absolument délicieux et frais, d’autant plus appréciable par temps de forte chaleur ! J’ai dévoré avec intérêt, passé le temps de la découverte, une copieuse marmite de moules au sablé de Wissant –fromage local– : un accord a priori bizarre mais très réussi !

• Suisse. A peine de retour, nous avons repris la route pour rejoindre la Suisse, le temps de déposer la fille de TheCookingCat à l’aéroport : pour nous, c’est encore moins loin que la Belgique, et Bâle par ailleurs bénéficie d’un magnifique musée. la circulation en ville est assez particulière, du fait d’une remarquable extension du réseau de tramway, dont on croise ou longe les rails très fréquemment. Tout y respire une certaine opulence typiquement suisse –et les prix de tout y sont en conséquence ! -…

Voyage class’éco…

Nous avions tenté l’expérience « au petit bonheur la chance » l’an dernier lors de notre trajet retour, et on s’en était plutôt bien tirés… Cette année, en diablotin prévoyant, j’ai dressé un plan de route « class’éco » de notre trajet vers les vacances. Comme on longera la côte plus longtemps en arrivant du nord et non de l’est, nous aurons plus d’occasions de faire de jolis clichés des falaises anglaises : les derniers, vraisemblablement, avant le Brexit ! Après, ce seront des photos post-Brexit !

Grâce à cette alternative –en vert sur la carte-, qui nous permet de ne quasiment jamais quitter les autoroutes ou les « voies rapides » , on ne roule guère plus longtemps –± 6h30– et on fait à peine plus de kilomètres que traditionnellement –en pointillés noirs sur la carte-, mais on économise 84,60€ d’autoroute aller-retour, soit à peu près deux repas au restaurant… Il n’y a pas de petit profit, et je préfère les dépenser ici que là !!!

De choses et d’autres : considérations inessentielles !

Finalement, contrairement à ce que j’indiquais hier, nous partirons quelques jours –même pas une pleine petite semaine– à la mer, face aux côtes anglaises, puisque j’ai réussi à trouver un lieu d’accueil a priori sympathique via une plate-forme en ligne bien connue et qui s’est fortement développée depuis quelques années, tant et si bien qu’une loi de régulation porte son nom… Un peu de changement d’air et de paysages, voilà qui devrait nous ravir après une année bien chargée !

Juste avant ce départ, il nous faudra aider au déménagement de la fille aînée de TheCookingCat, qui part pour une année comme assistante dans une université américaine : une longue expérience de la chose sera propice aux conseils avisés en matière de chargement et de transport, et je lui ai même trouvé des bras secourables pour le déplacement des objets lourds –à savoir, essentiellement, une machine à laver– ! Et, au retour de notre court périple, il faudra la conduire à l’aéroport de Bâle, d’où décollera son avion.

Hier, j’ai « rentabilisé » mon compte « Prime » de la célèbre boutique en ligne : ils « offrent » un espace de stockage des photos illimité en taille, j’ai donc exporté une centaine de Go dans le nuage, ce qui m’a pris près de deux pleines heures quand même… L’interface en ligne est assez lisible et offre même quelques possibilités de retouche que je n’ai pas testées à cette heure –et cela m’étonnerait, d’ailleurs, que je le fasse, je dispose de bons outils locaux à cette fin-.
MiniNain, pour en avoir discuté avec lui hier soir, restait assez dubitatif sur le modèle économique prôné, se demandant s’il était viable : à mon avis, oui, les choses doivent largement s’équilibrer entre ceux qui profitent des opportunités liées à ce type de compte et ceux qui n’en tirent guère profit : autour de moi, ceux qui en disposent n’utilisent guère les outils en ligne, sauf pour regarder des films.

By the way, notre couloir est fini ! Le peintre a mis plus de temps que prévu, il a même fait venir un collègue pour l’aider tant la tâche était rude ! Après deux jours, ils avaient juste fini de retirer les restes de papier peint et fixé un durcisseur sur le mur. Les trois jours restants, ils ont enduit, lissé, poncé, reponcé, tapissé puis peint et repeint ! A la fin, le résultat est très réussi : les murs et le plafond sont parfaitement lisses et propres ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Ci-dessous, un extrait de l’album qui a accompagné la rédaction de cette notule ! Très chouette, même si le volume d’écoute forcément modéré à une heure très matinale n’aide pas vraiment à en profiter aussi pleinement que je le souhaiterais ! Il fait partie d’une série de trois disques que ce grand chef consacra avec « son » orchestre de San Francisco puis avec celui du Gewandhaus de Leipzig, entre 1987 et 1997, à la musique de cet immense compositeur sans doute trop méconnu de nos jours, et que j’apprécie tout particulièrement, dans tous les domaines qu’il a abordés. –Cliquer sur l’image de la pochette pour la voir en plus grand-.

Notule bourgeoise -et colorée-

Allez ici, et vous comprendrez le drôle de titre de cette notule ! Et , vous en apprendrez bien plus que n’importe quelle légende que j’aurais pu mettre, je n’en ai donc pas mis ! L’ouvrage, au demeurant, est très impressionnant de près, assez monumental de proportions, et mérite la visite.
Pour d’autres photos plus colorées, un autre album est en ligne en suivant ce lien.

Quant à moi, il faudrait que je m’abstienne de prendre des photos avec les lunettes de soleil, la balance des blancs est toujours un peu délicate à régler par la suite…

Mathématiques estivales

Trajet inédit

2002 : c’est le nombre exact de kilomètres parcourus durant ces vacances, y compris le trajet aller-retour ! Ce dernier, afin d’innover et économiser moults euros –46,90 € précisément-, a été l’occasion d’une traversée de la Belgique et du Luxembourg, avant de regagner la France ! –Cliquer que l’image pour voir la carte des contrées visitées en plus grand-.
Je pense que nous avons économisé un peu sur l’essence également, puisque nous avons roulé moins vite que sur les autoroutes françaises… Les autoroutes belges sont assez fréquentées, en assez bon état pour celles que nous avons empruntées, mais les risque d’aquaplaning y sont nombreux et bien documentés -et annoncés préventivement-. Nous n’y avons pas été confrontés, malgré une grosse pluie près de Charleroi…

Jeux de plage : Diablotin : 6 – La plage : 0

J’ai pu jouer quelques parties d’échecs sur la plage, contre des adversaires sympathiques et parfois talentueux. A la fin, j’ai quand même gagné toutes mes parties –dont une assez longue, qui a attiré beaucoup de spectateurs et plein de commentaires bienveillants mais peu éclairés desdits spectateurs…-, et cela m’a permis de bronzer intelligemment ! J’ai aussi aidé un jeune garçon à redresser une situation bien mal engagée en lui conseillant une stratégie d’ensemble un peu offensive : il a même fini par gagner !

Gastronomie locale

J’ai mangé 5 fois des frites, mais c’est quasiment le seul accompagnement proposé dans les restaurants… De plus, elles sont généralement excellentes, bien meilleures que celles qu’on trouve à peu près partout ailleurs ! J’ai aussi mangé 2 fois le meilleur potjevleesch de ma vie, absolument remarquable ! Du coup, je vais essayer d’en cuisiner un aussi bon, mais ce n’est pas gagné ! A cette fin, j’ai quand même ramené de la bière de là-bas : 5 bouteilles, dont 2 de « bière noire », à l’amertume assez marquée –cliquer sur l’image pour goûter cette bière avec les yeux-.

Nouvelles plages

De Calais au Touquet, nous avons nos petites habitudes, mais, cette année, nous y avons un peu dérogé en partant à la découverte de nouvelles plages : pas moins de 4, cette année ! Je n’ai pas compté le nombre de kilomètres effectués à pied sur lesdites plages, les digues ou à travers les dunes, mais, assurément, nous avons marché quotidiennement plusieurs kilomètres. Certains jours, cependant, les promenades sur la plage étaient impossible, pour cause de marée haute. Au demeurant, les coefficients de marée, cette année, étaient assez faibles durant votre séjour : de 57 à 89. J’ai aussi découvert le plus petit « fleuve » de l’hexagone, qui doit mesurer quelques centaines de mètres avant de se jeter dans la mer… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Météo

13 : c’est le nombre de jour de soleil durant ces vacances contre 2 jours de pluie seulement ! Exactement comme cela était prévu avant notre départ. Une nuit, la tempête a soufflé assez fort, mais nous étions bien à l’abri… Néanmoins, la côte anglaise était moins visible cette année que l’an passé, même si j’ai pu ramener quelques photos des falaises blanches d’en face –cliquer sur l’image pourvoir en plus grand des moutons français paissant face à l’Angleterre– ! Un jour, à Wimereux, la mer était si démontée qu’elle partiellement inondé la digue et qu’elle se jetait dans le fleuve : on attend plutôt le contraire, d’habitude…

Blog en mode pause – Considérations estivales

Dans quelques petites heures, nous partirons pour les dunes, les digues, les belles plages face aux falaises anglaises et la gastronomie locale roborative !
Une météo agréable et clémente nous y attend –cliquer sur l’image pour en voir le détail-, assez similaire à celle de l’an dernier si l’on en croit les prévisions, qui s’étaient avérées relativement fiables : peu de pluie, pas de grosses chaleurs, et c’est tant mieux !

Les derniers préparatifs sont achevés si je me réfère à mon ersatz de check-list et un semblant de programmation culturelle est également établi –le festival de piano du Touquet commence un peu plus tard cette année, je n’ai guère eu le choix…, mais je me réserve également la possibilité d’aller voir ce concert, le cas échéant-.
Ne reste qu’à charger modérément la voiture et en route pour six petites heures ! Vraisemblablement, en raison de notre destination, nous échapperons même aux prévisions en rouge et noir de « Bison Futé ».

En attendant, le blog est en pause pour la prochaine quinzaine.

Perspective alléchante !

Plus qu’une semaine d’attente… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand et sur l’extrait sonore qui l’accompagne idéalement…-.

En attendant, je m’affaire tranquillement aux préparatifs : petit entretien de l’appareil photo, et, surtout, chargement de l’iPad en livres et en musique,  j’ai toute une série de lectures de vacances –essentiellement : des romans policiers et une ou deux biographies « politiques »– et d’écoutes en attente…

J’ai complété ma panoplie de vacancier !

Derrière ce titre écliptique se cache l’achat, hier et en occasion, d’un nouvel objectif 55-300, qui vient se substituer, pour le quotidien, au 70-300 que j’utilisais jusqu’alors. Le nouveau est en « état exceptionnel », il n’a servi que moins de dix fois à son ancienne propriétaire et comme il est relativement ancien dans la gamme du constructeur –mise sur le marché en 2010– en ces temps d’obsolescence programmé, il a forcément pas mal décôté depuis sa sortie il y a 7 ans –même s’il reste toujours en vente dans le circuit officiel, son prix neuf a également un peu chuté-. –Cliquer sur l’image pour voir en plus grand ce joli caillou-.

Cela faisait longtemps qu’il me faisait de l’oeil, et j’avais déjà envisagé son achat il y a plusieurs années, mais je reportais cette décision en raison d’autres priorités, puis je m’étais orienté vers le 70-300 dont je vous ai déjà parlé, acheté, celui-ci, pour une bouchée de pain pour cause de liquidation totale ! L’occasion, décidément, fait le larron, dans les deux cas !

Du coup, dans un premier temps, je vais sans doute revendre ou donner le Nikon 55-200 dont je n’aurai plus l’usage. Quant au 70-300, qui n’a pas démérité, je vais le conserver, dans un premier temps, pour la fonction Macro très pratique qu’il propose, et qui est absente sur ma nouvelle acquisition. Mais, pour les longues balades, il restera à la maison : comme il n’est pas stabilisé, l’utilisation des plus longues focales nécessitait utilisation –et donc le transport– d’un trépied, ce dernier étant plutôt lourd et encombrant. Mon sac de photographe est déjà suffisamment plein et pesant pour repas rajouter, chaque jour, une charge supplémentaire. Ce nouvel achat va contribuer à l’alléger.

C’est en effet tout l’avantage du nouveau Nikon 55-300 : il dispose d’une stabilisation qui, d’après ce que j’ai pu en tester rapidement, semble très performante ! A moi les jolies photos de vacances !