Playlist « Vieilles cires »

Petit à petit, le quotidien se réinstalle et reprend ses droits même pour mes oreilles, et malgré un emploi du temps chargé, et quelque peu chamboulé par les événements récents –voyage à Paris annulé en cette fin de semaine, par exemple, le salon du numérique auquel je devais participer étant reporté-.

Ce soir, une playlist qui crachote mais case de réelles beautés ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Playlist19112015

Playlist seconde chance

C’est dimanche, le temps ne manque pas, depuis ce matin, pour donner une seconde chance à des disques auxquels j’ai toujours eu du mal à accrocher… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Playlist1110201

En cours de repêchage : le Schumann de Claudio Arrau, qui m’avait toujours profondément rasé par le passé : je dois vieillir… C’est quand même mieux que dans mon souvenir, et surtout, je connais désormais beaucoup mieux le compositeur qu’auparavant, ceci expliquant sans doute cela.

Les autres, ça reste très « bob bof bof » : le Bach par Keith Jarrett –au clavecin-, je crois que je n’ai jamais entendu moins bon dans cette oeuvre. C’est propre techniquement, parfois maniéré et chichiteux,  dans une drôle de prise de son –ECM fait des choses magnifiques en jazz, mais là, c’est très bizarre-; le Bruckner de Bernstein surexpose la partition, à mon avis au moins; et le Beethoven de Mitsuki Uchida, très apprécié lors de sortie, ne m’a jamais convaincu : c’est très beau, très bien enregistré et très peu révélateur du Beethoven que j’aime.

Playlist pour rester jeune

Celle-ci, elle aurait également pu s’appeler « Playlist retour aux sources », ce sera pour une autre fois  😉 ! –Cliquer sur l’image pour la voir en grand-.

Playlist10102015

Simplement, il s’agit de quelques-uns de mes tout premiers CD, achetés entre 1983 et 1985, à une époque où les ventes commentaient à croître, mais restaient encore très inférieures en volumes à celles des 33 tours… En ces temps-là, les CD étaient encore des trésors précieux, et leur exposition en magasin était assez étonnante : chez l’agitateur culturel, une photocopie de la pochette sous plexiglass trônait dans les bacs, et le CD vous était remis à la demande, le vendeur vous accompagnant à la caisse avec l’objet –vu le prix : 132 francs de l’époque, soit l’équivalent de 40€, à coût constant et en tenant compte de l’évolution de l’indice des prix et du pouvoir d’achat :  il devait avoir trop peur qu’on parte avec en courant…-. Pour ce prix-là, de nos jours, on peut avoir un gros coffret d’une quinzaine de CD : qui a dit que le disque était un produit de luxe ?

HitachiDA800Quant au prix des premiers lecteurs, la valeur à coût constant de mon premier modèle équivalait à  2372€… Quand on sait qu’un bon lecteur d’entrée de gamme qui fait déjà beaucoup de belle et bonne musique est désormais inférieur à près de 10 fois cette somme, on reste songeur… –Cliquer sur l’image pour voir mon premier lecteur de CD en grand-.

Chez le disquaire où j’allais régulièrementpremier disquaire de France, si si ! et une équipe de conseillères passionnées et pointues, très compétentes-, c’était un peu moins cher en définitive, puisqu’avec une carte de fidélité, on avait droit à un achat « gratuit » tous les dix achats… Et les CD étaient bien mieux mis en valeur, mais sous clé également –sauf que j’avais le droit de les écouter longuement avant achat, et même de les écouter sans les acheter  :mrgreen: Pourtant, l’évolution du réseau de l’agitateur culturel et la disparition progressive des 33 tours lui valurent une extinction lente mais inéluctable : ils ne vendent plus, aujourd’hui, que de très beaux instruments de musique, des partitions et des billets de concert-.

Playlist courte -et une histoire-

Un retour « at home » tardif après une longue journée laborieuse, suivie d’une sortie impromptue, ont considérablement raccourci la playlist prévisionnelle que j’avais élaborée hier. Du coup, elle fut réduite à quelques grands classiques, dans des interprétations anciennes, mais pas démodées ! –Cliquer sur l’image pour la voir ne plus grand-.

Playlist28092015

Je ne sais pas si ça s’annonce mieux aujourd’hui… Tombé du lit avant l’aube, je n’ai pas prévu de rentrer très tôt ! Avant le lever du soleil, et suite à la lecture du blog de Sardequin parlant de chansons engagées, j’ai écouté cette jolie chose, dont je vous parlais il y a fort longtemps sur feu mon ancien blog, et qui raconte cette histoire.

World turned upside down

In sixteen forty nine, to St George’s Hill

a ragged band they called the Diggers came to show the peoples’ will

they defied the Landlords, they defied the laws
they were the dispossessed, reclaiming what was theirs
« We come in peace » they said, to dig and sow

we come to work the lands in common and to make the wastegrounds grow

this earth divided, we will make whole

so it will be a common treasury for all
The sin of property, we do disdain
no man has any right to buy and sell the earth for private gain
by theft and murder, they took the land
now everywhere the walls spring up at their command
They make the laws, to chain us well
the clergy dazzle us with heaven or they damn us into hell
we will not worship, the god they serve
the god of greed who feeds the rich while poor man starve
We work, we eat together, we need no swords
we will not bow to the masters or pay rent to the lords
we are free men, though we are poor
you diggers all stand up for glory stand up now
From the men of property, the orders came 
they sent
the hired men and troopers to wipe out the Diggers’ claim
tear down their cottages, destroy their corn
they were dispersed, but still the vision lingers on
You poor take courage, you rich take care
this earth was made a common treasury for everyone to share

all things in common, all people one
we come in peace, the orders came to cut them down

Le juste prix ?

Dans la jungle des boutiques en ligne, il y a parfois des affaires à faire… Pour le coup, celle-ci est exceptionnelle, et rien n’explique a priori une telle différence de tarifs dans la même boutique en ligne, mais dans deux pays différents… C’est d’ailleurs le cas, en classique, pour beaucoup de coffrets du groupe Universal. Mais à ce point là ???

BeethGilelsPrix

Evidemment, l’intérêt de ce coffret, joliment présenté, est exceptionnel. Et sa valeur inestimable ! Je vous disais ici tout le bien que j’en pensais –c’est le même, dans une autre présentation-. Mais au prix de la boutique italienne, et même en rajoutant quelques euros de frais de port, ça reste nettement plus accessible et, je vous rassure, le produit est strictement identique : pressage allemand, livret trilingue français – allemand – anglais –et même pas italien…-. Quant au contenu, j’y suis revenu ce matin, suite à mes écoutes d’hier soir : tout cela a un caractère d’évidence !

Petit extrait d’une sonate de jeunesse –la quatrième– dont le pianiste russe fait, déjà, un monument… Le reste est à l’avenant !

Playlist piano only

Au terme d’une semaine chargé, et pour entamer le week-end sous le signe d’une certaine quiétude, je me suis concocté une petite playlist de musique pour piano seul –et composée uniquement de sonates pour piano de Beethoven, dans des visions parfois très contrastée-. Non pas que ces sonates pour piano représentent le sommet d’une « musique tranquille », loin de là même… Mais, malgré tout, c’est reposant à volume sonore modéré… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Playlist25092015

Il y a de donc du très ancien –Solomon, dont je vous parlais ici- et du très récent –la toute jeune Alice Sara Ott, qui fait plus que percer depuis quelques années, et qui s’est frottée à ce monument qu’est la 21ème sonate, avec un certain succès d’ailleurs; mais aussi Nelson Freire, qui n’est plus tout jeune mais enregistre assez peu, et seulement quand il estime avoir quelque chose à dire-. Entre ces deux extrêmes, la vision de Maria Grinberg est originale, très assumée dans ses excès et d’appréciation diverse selon l’humeur du moment.

Petit extrait pour égayer vos oreilles… ENJOY !

Playlist d’hier et autres considérations

C’est la playlist d’hier que je vous expose, et une vraie playlist d’hier puisqu’elle est essentiellement composée de « vieux » disques, dont le plus récent date de 1965 : du vrai 50 ans d’âge, ou plus… Pas tout-à-fait récent, donc… –Cliquer sur l’image pour la voir en grand-.

Playlist03092015

Quant à aujourd’hui, vu le temps perdu dans les bouchons après une journée de labeur bien fournie, il n’était pas propice à des écoutes prolongées… Du coup, j’ai consacré un peu de temps à la cuisine –cuisiner, c’est toujours un vrai moment de détente– et plus de temps à mon défi-lecture, engagé il y a une quelques temps… Pour l’instant, je tiens le rythme !
C’est, depuis la reprise, le premier gros bouchon de ce genre, et, assurément, pas le dernier ! Pour autant, ça ne me manquait pas vraiment !

Playlist de fin de vacances

Beeth_JuilliardHier, je me suis fait plaisir en écoutant les neufs premiers quatuors de Beethoven, qui sont à la musique ce que l’Everest est à l’Himalaya –cliquer sur l’image pour la voir en grand et vous rendre compte que la pochette trahit un cruel manque d’inspiration-…
Il m’en reste encore 7 à écouter avant la fin des congés –soit ce soir-, mais ce ne sera pas possible, ce sont souvent les plus longs et les plus denses, d’un accès plus difficile, qui ne supporteraient pas une écoute inattentive ou déconcentrée…

Un petit extrait pour vous faire une idée…

Du coup, ce matin, pour me détendre les oreilles, je suis passé à des choses un peu plus variées -cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-…

Playlist23082015

Avec un autre petit extrait de cette playlist, très différent du premier…

Auscultons une discothèque

Et hop, une mise en graphique pour commencer –cliquer sur l’image pour la voir en grand-.

DiscoAuscultation

Quelques commentaires :

• comme attendu, Beethoven puis Wagner sont largement en tête en classique, et The Rolling Stones et The Cure en pop-rock : quelle surprise !
• plus inattendu : Mozart est en troisième position en classique ! Le bougre a beaucoup composé –plus de 600 oeuvres répertoriées-, et il suffit de quelques intégrales des symphonies et des concerts pour piano pour faire croître rapidement la courbe… Mahler et Bruckner, à l’inverse,  sont de piètres producteurs ! Quant à Wagner et ses dix opéras effectivement inscrits au grand répertoire…
• cet ensemble représente exactement 50% de ma discothèque –hors récitals, classés à part– à ce jour –et le fichier est quasiment à jour…- : j’aurai voulu le faire exprès que je ne m’y serais pas pris autrement !
• la prise en compte des récitals pourrait changer un peu ce classement : on y retrouve beaucoup de Liszt –chez les pianistes– et de Schubert –chez les chanteurs-.