Playlist « Play it loud ! »

En cette matinée un peu grise et pluvieuse par intermittence –mais après les grosses chaleurs estivales, qui irait s’en plaindre ? -, je peux me consacrer à cette courte playlist, toutes fenêtres fermées –mais vitres vibrantes– afin d’augmenter un peu le volume…

Parfois, écouter un peu fort est tout-à-fait réjouissant, et c’est dans cette perspective que j’ai construit cette playlist : des prises de son qui peuvent tirer profit d’une écoute à haut volume, de telle sorte que mes oreilles tirent profit de nouvelles enceintes que je n’avais pas encore testées dans ces conditions, alors qu’elles sont installées depuis plusieurs semaines, mais ceci est une autre histoire ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Evidemment, ces prises de son quelquefois très démonstratives et parfois truffées d’effets –ajout de réverbération artificielle, rotations de phase…- d’instruments  dont certains sont amplifiés  n’ont le plus souvent rien à voir avec le naturel des meilleures prises de son de musique classique, mais, à vrai dire, ce n’est pas le propos, et elles sont toutes, dans leur genre, très réussies !

Souvenir de vacances

Il y a dix jours, déjà… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Je suis toujours aussi positivement étonné par la qualité des photos de l’iPhone, y compris à la tombée de la nuit, quand la lumière commence à manquer un peu ! Du coup, le reflex sort de moins en moins souvent de son sac…

Playlist « Mendelssohn a de la chance » !

Parmi mes compositeurs fétiches, il me semble que c’est Felix Mendelssohn-Bartholdy qui est le mieux servi par les disques récemment parus ; en particulier, les approches « historiquement informées » ont beaucoup apporté à sa cause, en proposant des lectures le plus souvent claires, transparentes et relativement vives, ce qui n’exclut pas totalement une vision parfois romantique.
Il se trouve justement que, selon les avis de ses contemporains, Mendelssohn, qui fut un remarquable chef d’orchestre, fondait lui aussi ses lectures sur l’acuité rythmique, la lisibilité et la vivacité. Ces dernières années, j’ai notamment pu découvrir les très belles versions de Fey / Heidelberg –mon chouchou-, de Heras-Casado / Fribourg ou encore de Manze / Orchestre de la NDR, toutes versions fondées sur ces mêmes préceptes.

Aujourd’hui, donc, à l’écoute, une nouvelle et excellente intégrale des symphonies par un ensemble de l’ex-Allemagne de l’Est, tout-à-fait remarquable –quelle ville française de moins de 200 000 habitants pourrait proposer un orchestre de cette tenue ?-.
Les tempos sont un peu moins vifs que chez Fey ou Heras-Casado, le chef laisse un peu plus respirer les phrases –les mouvements lents sont magnifiques, cf. extrait-, mais les textures sont tout aussi transparentes. C’est, une fois encore, très beau, et il est difficile de ne pas aimer cette musique si bien écrite, si élégante et qui, contrairement à une légende longtemps entretenue, ne manque assurément pas de profondeur !

Oui, Mendelssohn a de la chance !

Playlist « Redécouverte enthousiasmante » !

Je vous avais déjà parlé un peu, ici et , de ce singulier pianiste autrichien Friedrich GULDA, pianiste classique extrêmement talentueux mâtiné d’un pianiste de jazz contrarié, qui e fit passer auprèsès de nombreux mélomanes français pour un dangereux iconoclaste –c’était en revanche une véritable star en Allemagne et en Autriche, son pays natal, où ses interprétations de Beethoven restent considérées comme des références de premier plan-.

Je réécoute aujourd’hui le coffret –cliquer sur l’imagette de droite pour la voir en plus grand– par le versant des concertos pour piano, sachant que l’achat dudit coffret, qui est malheureusement d’une grande pauvreté éditoriale, valait très prioritairement pour les sonates pour piano, restituées dans d’excellentes conditions techniques. Cependant, je n’avais à ce jour que très rarement écouté les concertos dans cette version, et très distraitement encore…

J’avais tort : une écoute plus concentrée de ce corpus, très bien enregistré en 1972,  procure en effet beaucoup de satisfactions ! Friedrich Gulda, clair, vif et souvent brillant, se montre d’une liberté totale et, d’une certaine manière, il préfigure, avec une technique supérieure, certaines lectures historiquement informées, et l’accompagnement de Horst Stein, chef possédant un métier indéniable, ne nuit en rien à ces interprétations enthousiasmantes ! –Cliquer sur l’image pour voir en plus grand les pochettes d’origine-.

Chasse aux trésors !

La carte de Boulogne-Sur-Mer –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– contient un QRCode qui vous permet d’accéder à des chefs-d’œuvre du Street Art. Vous pouvez également accéder directement à la page concernée en cliquant ici.


Evidemment, les oeuvres proposées gagnent largement à être découvertes dans leur contexte : certaines sont de très grande taille, puisqu’elles embellissent l’entière façade d’un bâtiment. Au gré de nos pérégrinations, nous en avons vu une grande majorité, à l’exception de celles du nord de la ville -quartier « Chemin Vert » -.

Surprise menaçante et lugubre

Avec un peu de retard pour cause de vacances, la courte surprise du mois d’août vous est livrée ici.
Outre son caractère surprenant –le chef fut le créateur de l’opéra et la suite qui en est tirée fut spécialement écrite à son intention : il en donne une vision parfois étrangement menaçante et lugubre-, elle contient même une vraie rareté !

ENJOY !

Journal des vacances, 3

Parce qu’une image vaut parfois mieux qu’un long discours :
• une carte de l’ensemble des plages que nous avons visitées au nord de BoulogneSur-Mer, sachant que nous nous sommes également rendus à Hardelot, Stella-Plage et Berck au sud ;
• en rouge sur la carte, les endroits où nous avons mangé toutes sortes de produits de la mer !
Nous avons par ailleurs marché en moyennes 10,8 kilomètres chaque jour –un peu plus que l’an dernier– et je vous épargne la liste des albums que l’ai écoutés au fil des jours, si ce n’est pour vous signaler une infâme –et marquante à ce titre– symphonie n°4 de Schumann par Celibidache lente, énervée et pauvre en couleurs ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Journal des vacances, 2

Mardi 26 juillet – Pêche miraculeuse !

Une météo maussade en début de journée –pluie fine, vent frais– a eu raison de notre bonne volonté et raccourci notre balade dans les rues de Boulogne : nous sommes ensuite restés dans notre gentilhommière jusqu’au milieu de l’après-midi.
Là, le soleil revenu, nous sommes partis pour Audresselles, petit village de pêcheurs pittoresque entre Boulogne-Sur-Mer et Calais, qui doit compter presque autant de restaurants ouverts l’été que d’habitants l’hiver ! Sans être la plus jolie du secteur –mais on bénéficie d’une vue sur l’Angleterre assez exceptionnelle-, la plage d’Audresselles paraît encore relativement préservée d’un tourisme de masse et s’avère très agréable ! Nous avons même découvert  qu’il était possible de louer un blockhaus totalement aménagé, expérience que je juge particulièrement intéressante, au grand dam de TheCookingCat qui ne veut pas en entendre parler… On en reparlera !

Audresselles est également la patrie du flobart, ce bateau de pêcheurs à fond plat et flancs très hauts, que l’on peut assez facilement hâler sur la plage et qui permet de pêcher dans des eaux peu profondes. Nous avions assisté il y a quelques années à la traditionnelle procession du 15 août à Audresselles, qui doit assurer aux pêcheurs locaux une pêche miraculeuse et une vie sauve –La Manche est l’une des mers les plus agitées de l’hémisphère nord-.

– Menu du soir, à Audresselles, donc, dans un restaurant a priori très  réputé : une somptueuse soupe de poissons à la bisque de homard; une exceptionnelle cassolette de Saint-Jacques à l’écossaise –sauce au saumon fumé, à la crème et au whisky– accompagné de brochettes de légumes rôtis et rattes du Touquet.
– Album du jour : Arthur Honegger – Symphonies n°2 et 3 – Philharmonie de Berlin, Karajan.
– Nombre de pas : 10112