Playlist « Découverte sur le tard »

Je dépiaute depuis hier matin un volumineux coffret acheté il y a bien longtemps –c’était bien avant la « crise sanitaire »– dans un bac à soldes allemand pour une bouchée de pain –moins d’un euro par CD– et que je n’avais presque pas écouté autrement que par bribes distraites depuis son achat.
Alors que je suis généralement très attiré par la musique en provenance d’Outre-Manche, Benjamin Britten est un compositeur, et, accessoirement un pianiste de belle renommée, que je connais très mal, et sa découverte méritait une écoute un peu attentive ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand

A priori, la majorité des versions proposées dans ce coffret sont généralement excellentes si j’en crois les différents avis glanés ici ou là, et le coffret fut salué par la critique spécialisée à sa sortie en 2009. Comme je n’ai aucun recul par rapport à la musique du compositeur, je les crois sur paroles –et je n’en ai pas d’autres pour comparer, quoi qu’il en soit– !

De ce que j’ai pu écouter de cette copieuse anthologie à cette heure –les suites pour violoncelle, le long ballet « Le Prince des pagodes », le concerto pour piano et le concerto pour violon (très virtuoses dans les deux cas), et les « Matinées musicales »-, c’est souvent très intéressant et inscrit dans un style tout-à-fait personnel et plutôt incisif, loin pourtant des audaces sérielles alors fréquemment en vigueur. Je vais poursuivre encore quelques temps, petits à petit, la découverte de ses autres oeuvres symphoniques ou de musique de chambre.
Les opéras, qui constituent une large part de la production du compositeur, viendront pour plus tard : j’aurai sans doute un peu de temps à consacrer à la lecture de leurs livrets durant les vacances à venir si les prévisions d’une météo assez maussade se confirment…

En attendant, de bien belles heures en perspective !

Insolite !

Ce qui devait arriver arriva : rouler sur une piste cyclable en voiture, au bout d’un moment, ça coince –et ça coûte cher, accessoirement…- ! A vélo, en revanche, ça passe largement et cette piste est même très agréable ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Des goûts et des couleurs…

Les sonates pour piano de Beethoven

Parfois, un diagramme vaut mieux qu’un long discours… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

And my winner is : ce n’est pas une surprise, vous le saviez déjà si vous lisez régulièrement ce blog !  Par leurs, j’ai hésité à créer une sixième colonne, dans laquelle j’aurais classé le seul Alfred Brendel…

Mes premières intégrales de ce corps pianistique fondamental, à la lointaine époque du 33 tours, furent celles de Friedrich Gulda chez Amadeo et celle de Claudio Arrau chez Philips –elles étaient offertes, d’un volumineux coffret de 13 LP, pour l’achat des concertos pour piano-.
Je suis resté très attaché à la première nommée, et moins à la seconde, qui est pourtant régulièrement citée comme «version de référence» par de nombreux critiques musicaux et mélomanes : je la trouve pour ma part relativement sombre et austère, et la prise de son est certes belle, mais le bruit des ongles du pianiste sur le clavier me dérange profondément, sans compter qu’il respire parfois assez fort dans le micro !

Pour les amateurs de cet immense corpus pianistique, la revue Diapason en propose une intéressante «analyse» dans un numéro récent, et leur «classement» est très différent du mien, mais leurs propositions ne sont fondées que sur des enregistrements du domaine public.

Albums en série, Part 17

8 grands albums live

Parmi tous les albums live, voici 8 de mes préférés, à écouter et réécouter !

Comment, me direz-vous ? Pas d’albums des Cure dans ce palmarès ? C’est que tout simplement, les meilleurs concerts de mon « second groupe favori » sont également disponibles pour la plupart en DVD et que j’aime beaucoup, en sus, les regarder !
De plus, je n’ai gardé, quand c’était possible, que des live aisément disponibles officiellement, alors que j’ai, dans ma discothèque, de nombreux « concerts privés » à la disponibilité très aléatoire et au son parfois un peu difficile, notamment des Rolling Stones et des Cure –et que pour ces derniers, ils sont souvent bien meilleurs que leurs albums live officiels-.

Comme toujours, cette série est hautement contestable, mais certains de ces albums ont acquis un statut mythique !

Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Playlist « En général, je n ‘aime pas… »

En général, je n’aime pas beaucoup Stravinsky, sauf –exception qui confirme la règle– ses premiers ballets, tous écrits avant la première guerre mondiale, entre 1910 et 1913 : Petrouchkaici dans sa réduction pour piano d’une virtuosité redoutable, cf. extrait ci-dessous-, L’oiseau de feu et Le sacre du printemps.
Toutes ces oeuvres s’incrivent dans la « période russe » du compositeur, et s’appuient sur des contes ou légendes du folklore national. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Comme je ne suis pas du genre à punir mes oreilles, et même si j’apprécie beaucoup de faire de nouvelles découvertes –ce pour quoi je n’ai malheureusement guère de temps en ce moment…-, la playlist de ce jour est donc consacrée aux rares pièces de ce compositeur qui trouvent mérite à mes oreilles. Par la suite, en effet, Stravinsky s’orienta vers des oeuvres « néo-classiques » ou sérielles qui ne m’enchantent guère et ne retrouva jamais, au moins à mon avis, le même niveau d’inspiration…

Playlist courte et intense

La playlist de ce jour est très courte, puisqu’elle est consacrée, dans deux versions très différentes, aux « Trois Fragments de Wozzeck » : trois pièces orchestrales extraites de l’opéra d’Alban Berg. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Oeuvre d’une intensité dramatique exceptionnelle et d’une profondeur émotionnelle puissante, Wozzeck est l’un de mes opéra favoris, voire mon préféré. Ces deux versions sont tout-à-fait excellentes, et très complémentaires : sombre et presque distanciée pour Antal Dorati, dans un antique album enregistré –de manière exceptionnelle– en 1961; à l’inverse, Giuseppe Sinopoli joue à fond la carte post-romantique d’une lente déploration, qui culmine dans le troisième fragment –cf. ci-dessous-.

Playlist « Sublimes pattes de mouche… »

Aujourd’hui, profitant d’un temps de répit bienvenu et d’un jour pluvieux de fête nationale, je révise La Marseillaise l’ultime sonate pour piano de Beethoven à travers trois éclairages fort différents et très complémentaires, pour une oeuvre que l’on serait bien en mal d’épuiser ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Les deux premières versions présentée sont phénoménales pour des raisons très différentes –la première d’une ardeur et d’un abattage juvénile, la seconde pour sa noirceur insondable-, mais dans un son relativement précaire, la troisième version est fort belle aussi –presque paisible et décantée-, dans une belle prise de son. Ce qui vous vaut le titre de cette notule vous est présenté sur l’imagette de droite –cliquer sur icelle pour l’agrandir : ça vaut vraiment le coup d’oeil ! -.

Vous pouvez retrouver la première de ces versions ici : ENJOY !

L’écriture de Beethoven, inclinée vers la droite, n’est guère appliquée, et les corrections et autres ratures, voire trous dans la page, sont innombrables. « Beethoven n’était pas un compositeur qui avait une belle écriture. Il écrivait comme cela lui venait, raturait, ses pensées changeaient et il continuait ainsi […] » (Stefan Weymar, musicologue attaché à l’institut Brahms).
Outre ses partitions plus ou moins griffonnées, le corpus des pattes de mouche du compositeur est abondant et disparate : correspondances, cahiers de conversations –parce qu’il était sourd, il se faisait écrire les questions et répondait parfois par écrit-, billets épars d’intérêt très « domestique » à l’intention de son personnel de maison dont il n’était jamais satisfait et qu’il traitait régulièrement d’âne, carnets « d’idées » –le compositeur avait également une âme d’archiviste…– . Tous ses écrits –dont la qualité calligraphique s’est notablement dégradée au fur et à mesure du temps– laissent apparaître le tempérament explosif de Beethoven : un feu d’artifice sur papier !

Playlist « Ex-jeune loup prometteur »

La playlist de ce jour est consacrée à quelques-uns des excellents albums que le jeune chef américain Lorin Maazel réalisa pour la firme allemande Deutsche Grammophon avec l’orchestre philharmonique de Berlin à l’aube de sa carrière, à la fin des années 50 et au début des années 60. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Lorin Maazel a connu un destin assez singulier : début à la tête d’un orchestre à 8 ans pour diriger rien moins que la « Symphonie Inachevée » de Schubert, star de la baguette particulièrement appréciée du « grand public », il a suscité un quasi-rejet presque viscéral -et assez difficilement compréhensible pour moi- de la part du cercle bien plus étroit des mélomanes –au moins en France– mais une vraie admiration, voire parfois de l’adoration de la part des musiciens d’orchestre, qui lui ont toujours reconnu une maîtrise technique exceptionnelle et une mémoire fabuleuse.

Quoi qu’il en soit, ses premiers albums sont tous de très belle tenue : c’est vif –au risque d’une certaine brutalité parfois, comme dans la célèbre 5ème symphonie de Beethoven-, c’est très clair et lisible –l’appui sur les cordes est bien moindre que chez Karajan avec le même orchestre à la même époque-, et d’un engagement que le chef ne trouvera plus toujours plus tard.

Les quatre disques du jour sont issus d’un très intéressant coffret thématique contenant 8 CD –cliquer sur l’imagette de droite pour voir en plus grand de quoi il s’agit-, paru en série économique il y a une quinzaine d’année –à titre anecdotique, bénéficiant d’une erreur d’étiquetage, je ai eu, neuf, pour 9,90€, en compagnie d’autres excellents coffrets de cette très belle collection, tous affichés au même prix de manière erronée…-, lequel coffret, assez copieusement garni,  contient d’autres pépites aussi éclatantes –plusieurs symphonies de Schubert rarement enregistrées à l’époque, d’excellentes symphonies de Mendelssohn, une quatrième symphonie de Tchaikovsky sonore et totalement dépoussiérée de tout pathos, trois visions de Rome et Juliette selon Berlioz, Tchaikovsky et Prokofiev…– qui s’inscrivent assez bien dans la « ligne objective » alors en vigueur chez de nombreux chefs d’Outre-Atlantique.

Playlist « Mozart à l’ancienne »

Le titre de cette playlist peut paraître trompeur : jouer « Mozart à l’ancienne », c’est grosso modo, faire fi des apports du courant « HIP », et non pas jouer Mozart sur instruments anciens ou en formation réduite comme il est le plus souvent de tradition désormais : ici, les albums du jour s’inscrivent dans la plus pure tradition d’une vision large et fondée sur un orchestre relativement opulent. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Les lecteurs les plus anciens de ce blog savent déjà que Mozart ne fait pas souvent partie du répertoire que j’écoute régulièrement et que je ne goûte pas spécialement cette musique je qui me paraît essentiellement belle et aimable mais assez rapidement lassante. Et pourtant, ce n’est pas faute d’essayer temps à autre… Comme aujourd’hui !

• La symphonie 40 trouve ici, à mes oreilles au moins –mais elle a été également, et de manière sans doute surprenante pour les mozartiens les plus aguerris, portée en tête d’une discographie comparée dans je ne sais plus quelle revue il y a assez longtemps…– la plus belle version de la discographie de cette oeuvre. C’est la seule oeuvre symphonique de Mozart que j’écoute un peu régulièrement, au sein d’un corpus abondant mais de qualité très inégale à mon avis.

• La symphonie 41 est sans doute la plus ambitieuse du compositeur : je ne savais même plus à quoi elle ressemblait –hors la fugue finale très connue– avant de la réécouter ce matin –c’est, finalement, mieux que dans mes lointains souvenirs-, dans une interprétation très célèbre tirée d’une fameuse intégrale, qui fut longtemps la seule inscrite au catalogue et y est quasiment toujours demeurée sous une forme ou une autre –cliquer sur l’imagette de droite pour la voir en plus grand– : je n’ai écouté les 34 premières qu’une seule fois sans doute, et je ne compte pas y revenir très souvent : pour le coup, les versions HIP de ces oeuvres « de jeunesse » –sachant que Mozart est mort à 35 ans– me semblent vraiment préférables…

• Enfin, les 20ème et 23ème concertos pour piano sont, de très loin, mes deux préférés de Mozart, qui en composa également beaucoup –là encore, le corpus est abondant et me semble assez inégal, mais d’une qualité cependant plus constante que pour les symphonies-. Je chéris cette version, totalement désuète et surannée sans doute, mais réellement formidable !

Le bonheur du jour, c’est que je peux désormais –enfin ! – commencer à lever le pied professionnellement parlant et envisager de bientôt « penser vacances » après une période bien chargée !

Surprise estivale

Juillet est arrivé presque sans prévenir tant mon agenda reste chargé et même si la météo capricieuse des derniers jours n’en laisse à peu près rien paraître : entre canicules sporadiques et orages de grêle très rafraichissants –qui rendent certains repas en terrasse complètement aléatoires : manger sous la pluie et dans le vent n’est pas une expérience enrichissante ! -, c’est un yoyo permanent !

Ce n’est pas une raison pour autant de négliger de vous livrer la traditionnelle surprise mensuelle, qui vous propose cette fois un artiste un peu passé sous les radars désormais, mais remarquablement talentueux et éclectique. Le tout, généralement, dans des prises de son de démonstration –et avec un bassiste exceptionnel– ! C’est désormais disponible ici.

ENJOY !