Playlist « Cette année-là » – 1982

Nous en étions restés aux agapes de l’autre jour, avec cette recette traditionnelle d’ici revisitée à la mode d’ailleurs –mais on ne sait d’où en réalité– : une jolie réussite gustative, à renouveler, mais pas forcément à l’occasion d’une fête d’ailleurs… –Cliquer sur l’imagette pour la voir en plus grand-.

La playlist du jour est associée à des souvenirs forts pour cette fois. Pêle-mêle, on y retrouve :
– une tournée mondiale durant laquelle je vis pour la première fois ce groupe, à Paris ;
– une tournée européenne d’envergure nettement moindre durant laquelle je vis ce groupe pour la première fois ;
– l’un des trois LP que je ramenais de mon premier voyage à Londres ;
– mon premier CD de musique classique à l’heure où ce support en était à ses tout premiers balbutiements.

Van Halen – Women And Children First
The Cure – Breakdown, Live Strasbourg 1982
Beethoven – Symphonies n°5 et n°6 « Pastorale » – OP Berlin, Karajan
The Rolling Stones – Live In Leeds Rounhay Park
Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand et remettre de l’ordre dans ces propositions-.

Essai culinaire non traditionnel

Aujourd’hui, dans la perspective des fêtes de fin d’année à venir –elles approchent en réalité à grands pas : le grand sapin de Noël local est déjà en place ! -, je commence à penser aux futures agapes et je vais me lancer dans la confection d’une choucroute non traditionnelle mais, je l’espère, suffisamment goûteuse pour être proposée en auguste société : une choucroute aux volailles et au Monbazillac. Ce qui changera quelque peu de la traditionnelle –et incomparable– choucroute impériale aux onze viandes, mais également à la choucroute de la mer proposée il y a quelques années.
Pour cela, j’ai été chez mon volailler préféré afin qu’il me prépare :
– des saucisses de canard ;
– des saucisses de volailles ;
– des suprêmes de pintade ;
A Noël, pour faire bonne mesure, il n’est pas exclu que je rajoute des filets de poulet ou de dinde, mais aujourd’hui, loin trop n’en faut.
J’ai pas ailleurs acheté du chou à choucroute en quantité suffisante pour deux ou trois personnes –que je vais cuisiner à la graisse de canard et non pas à la graisse d’oie-, quelques rattes du Touquet et une bouteille de Monbazillac. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Connexion optimale, enfin !

Cette après-midi, j’ai enfin rénové tout le réseau domestique, qui, depuis un bon moment, fonctionnait un peu au ralenti : la fibre 1Go souscrite n’était pas au mieux de ses performances en ethernet, je n’avais qu’un débit limité au quart du maximum théorique annoncé, soit environ 200 à 250 Mbps en ascendant et en descendant –ce qui est somme toute déjà très correct-.

La connexion WiFi étant sensiblement plus rapide, je soupçonnais la rallonge de 15 mètres d’être un peu abimée, toutes les autres causes ayant été peu à peu méthodiquement exclues, mais j’avais un peu la flemme de confirmer tout cela, le câble passant à travers les murs et transitant dans un réduit très encombré qui nous sert de débarras et qu’il fallait d’abord désencombrer…

Bref, aujourd’hui, je me suis enfin décidé à tout rénover de fond en comble : achat d’un nouveau câble ethernet catégorie 8 de 15 mètres, et de câbles plus courts de catégorie 7, ainsi que de 2 switches 1Go permettant de faire un réseau correct desservant toute la maison.

Et, à la fin youpi tralala, ça fonctionne à la hauteur de mes attentes !

Crayons de couleur

Aujourd’hui j’ai testé, pour m’amuser un peu, l’application en ligne Palette:ColorizePictures, sur les recommandations de Sardequin. Je voulais notamment vérifier à quel point elle était capable de recréer une image aussi proche que possible de la réalité. Pour ce faire, rien de bien difficile :
– j’ai choisi une photo non post-traitée au format RAW ;
– je l’ai transformée en noir et blanc de manière relativement sommaire, sans trop jouer sur l’équilibre de la lumière ou le contraste ;
– j’ai, pour finir, incorporé la photo en noir et blanc dans le logiciel en ligne –cliquer sur l’imagette de gauche pour la voir en plus grand– ;

Le résultat est tout-à-fait convenable : Miss Moneypenny n’est pas défigurée –les couleurs sont un peu trop saturées et les contrastes un peu trop prononcés cependant– et seul le fond a été assez librement interprété. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Étonnant, non ?

Playlist « En semaine à l’opéra »

Disposant d’un peu de temps ces derniers jours après une période de relative disette pour mes oreilles, j’en ai profité pour écouter –en deux jours quand même– deux opéras que j’apprécie tout particulièrement : l’un très sérieux, l’autre beaucoup plus léger –je vous laisse deviner quelle étiquette colle le mieux à quelle oeuvre…-, dans d’excellentes interprétations et bénéficiant de très bonnes conditions techniques : productions luxueuses dès l’origine et remastering très soigné. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Les deux albums remontent à l’époque où Karajan était surnommé « Europas General Musikdirektor » et cumulait les  postes les plus enviables à Berlin, Vienne et Milan, multipliant par ailleurs les ventes de disques –enregistrements en 1966 et 1960 respectivement-.

« Die Fledermaus » est proposé ici dans sa version « de gala » –une version longue en quelque sorte, où chaque invité pousse la chansonnette-, avec des invités polyglottes prestigieux et l’intégralité des dialogues, relativement abondants et parfois très drôles –l’opéra est une sorte d’immense quiproquo-.

Cerise sur le gâteau, profitant de ces jours ouvrés –et travaillés par d’autres-, j’ai pu écouter tout cela « un peu fort », plus fort en tout cas que le dimanche, sans déranger le voisinage.
Evidemment, c’est assez jouissif et les oeuvres y gagnent beaucoup ! J’aimerais pouvoir écouter plus souvent à des niveaux sonores –assez nettement– plus conséquents !

Iconoclaste en noir et blanc

Ce coffret me faisait de l’oeil depuis sa sortie, à l’automne 2021, mais je remettais sans cesse son achat à plus tard –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-…
Jusqu’au jour où, sur la boutique en ligne française, il avait augmenté de 40%, sans ne jamais plus fluctuer ensuite vers le bas ! Du coup,  je suis allé voir à l’étranger, et c’est sur la boutique allemande que ‘ai pu trouver ce bel objet, pour un prix inférieur de près de 40% par rapport à la boutique française -depuis, il a un peu augmenté Outre-Rhin également, mais avec des frais de port s’élevant à 5,35€ -ils sont passés à plus de 6€ désormais-. Comme, dans le même temps, j’ai réussi à revendre les deux intégrales des sonates de Beethoven que je possédais déjà et qui sont également incluses dans ce coffret, en réalité, il ne m’a quasiment rien coûté…

En revanche, il me procure un immense plaisir ! Outre les sonates de Beethoven, dont ces versions s’inscrivent très haut dans mon panthéon personnel, j’ai découvert un remarquable Ravel, des Chopin étonnamment rigoureux et poétiques –en général, je goûte peu ce compositeur– et même des enregistrements de jazz –compositions originales, d’accès relativement facile pour les auditeurs généralement rétifs à ce genre ; au hasard : moi-, qu’il enregistra à Birdland avec son sextet, reprises de standards célèbres.
Les tout premiers enregistrements de Gulda pour Decca remontent à 1947, quand il n’avait que 17 ans et que la firme anglaise s’était dépêché de lui dresser un pont d’or suite à sa victoire au prestigieux concours international de Genève, et l’on peut découvrir une étonnante 7ème sonate de Prokofiev -deuxième enregistrement de cette oeuvre encore toute jeune- côtoyant du Bach et du Mozart. C’est à cette époque d’ailleurs qu’il noua une amitié indéfectible avec Joe Zawinul, créateur de Weather Report.
Comme les enregistrements ont tous été parfaitement remastérisés, que la présentation est très soignée et que le livret trilingue est tout-à-fait intéressant, mon bonheur est complet !

Viles considérations matérialistes

Les commerçants locaux doivent être contents, même s’ils affichent parfois des mines moroses : l’inflation en Allemagne est bien plus élevée qu’en France –quasiment le double, et c’est particulièrement marqué dans le Bade-Würtenberg-, et, du coup, nos teutons voisins viennent désormais en très grand nombre faire leurs courses en France, inversant le flux de consommation généralement constaté –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– !

Au-delà de la simple anecdote, cela se ressent réellement dans certains magasins, et plus particulièrement dans les grandes surfaces et les galeries marchandes : l’attente aux caisses est significativement plus longue et les parkings nettement plus remplis. Quant aux stations d’essence, elles sont nombreuses à être en rupture de stock : c’est bien la première fois, depuis plusieurs décennies, que l’essence est moins chère en France !

Et cependant, malgré ce constat, la filiale allemande de la boutique en ligne mondialement connue reste significativement  moins chère que la filiale française en ce qui concerne l’achat de CD, je viens encore de le vérifier. Comprenne qui pourra…

Retour aux sources…

Avec l’installation dans l’automne et histoire de me dégourdir les doigts, je me suis offert il y a quelques temps un nouveau jouet assez sympathique : une basse à diapason court, qui ménage un peu mes petites mains ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Il faut dire que mon ancienne basse, que j’avais prêtée de longue date à Nain Junior, m’est revenue dans un triste état lorsque j’ai voulu la récupérer : housse de transport perdue (!!!), potentiomètre de tonalité hors service, attaches de sangle perdues et, sans doute, manche à rectifier… Sans compter que je lui avais demandé de changer les cordes en nylon par un jeu de cordes métalliques à filet plat, ce qu’il n’a évidemment pas fait !

Bref, beaucoup travail à y effectuer, et , surtout, après mon passage par la guitare, un manche qui me paraissait désormais gigantesque –d’où le passage au diapason court : le manche est plus court d’une dizaine de centimètres et la longueur et le tirant des cordes sont adaptés à cette longue raccourcie– ! Le confort de jeu est excellent, parfaitement adapté à des mains de petite taille et les micros procurent de belles sonorités, d’autant que je gagne la possibilité d’effectuer des réglages plus nombreux et plus précis.

Depuis, je m’y remets avec bonheur et j’ai plusieurs partitions en stock pour faire travailler mes doigts !

Playlist « Mauvais goût »

Je vous le disais déjà ici ou , écouter les interprétations du chef anglais Leopold Stokowksi, pour de nombreux mélomanes et d’encore plus nombreux musicographes « éclairés », c’est mal et signe d’un absolu mauvais goût !

Soit, j’assume , sans m’en sentir le moins du monde coupable, faire preuve de mauvais goût en cette après-midi pluvieuse –on avait fini par oublier la pluie, depuis tant de semaines sans une goutte ! – en m’adonnant à cette playlist comportant de grandes oeuvres du répertoire. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Il n’empêche que la luxuriance orchestrale aux couleurs saturées sied tout-à-fait bien à Shéhérazade de Rimsky-Korsakov, que j’ai entendu des troisièmes symphonies de Beethoven moins héroïques et surtout vivantes que celle-ci et que la seconde de Mahler, compositeur dont il fut un champion très précoce –aussitôt qu’en 1918– est à mes oreilles l’une des toutes meilleures versions de cette oeuvre – dans une optique large de tempo alla Bernstein, mais (sacrilège ! s’exclameront certains) en beaucoup mieux ! -.
Ces enregistrements ont tous été réalisés par un chef octogénaire ou nonagénaire qui conservait encore une énergie de jeune homme et sont tous d’un excellent niveau technique.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer