Easter eggs : la notule de Pâques

Les « Easter Eggs » sont des « petits programmes dans le programme », cachés et accessibles, généralement, par le biais d’une combinaison de touches, réalisés avec plus ou moins de facéties par les développeurs d’une application. Certains sont très simples, d’autres beaucoup plus élaborés, et leur recherche s’apparente à une véritable cueillette de Pâques, d’où, d’ailleurs, leur nom.

Le « widget » Météo du « Dashboard » de Mac OS X, par exemple, en comporte un relativement simple, qui vous permet de voir, très rapidement, l’ensemble des pictogrammes météorologiques à votre disposition. Il suffit de saisir la combinaison de touches [cmd] + [alt] en cliquant sur le symbole météo de votre widget pour faire apparaître le lieu « Nowhere », autrement dit « Nulle part », puis de poursuivre cette opération pour faire défiler les différents pictogrammes. C’est bête, mais ça vous détendra une minute ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

D’autres Easter Eggs sont nettement mieux cachés et plus facétieux. Les créateurs d’Adobe Photoshop cachent une image dans les informations d’accueil, renouvelée à chaque version. Pendant longtemps, elle mettait en scène le « chat électrique ». Désormais, les choses sont plus variées : lutins, lapins et autres créatures… Pour y accéder, il suffit d’appeler l’aide tout en appuyant sur la combinaison de touches [cmd] + [alt].
L’Easter Egg le plus drôle, selon moi, et celui qui m’a le plus amusé lorsque je prenais quelques minutes de pauses entre deux alignements de blocs au millième de centimètres, c’est celui qui est contenu dans Quark XPress. La suppression d’un bloc d’image en activant une combinaison de touches faisait apparaître un « alien » qui détruisait le bloc dans une explosion de couleurs.
La guerre InDesign – XPress vit apparaître également une guerre des programmeurs en matière de gimmicks : chez Adobe, ils firent apparaître un « gentil alien » caché dans l’interface de gestion d’impression, et chez XPress, en guise de réplique, un deuxième alien encore plus méchant fait désormais exploser le premier alien originel… –Cliquer sur l’image pour voir ces fonctions cachées en plus grand-.

Joyeuses Pâques et bonne cueillette !

Un avis de tempête et WordPress s’enrhume !

Hier soir, avis de forte tempête en provenance de Météofrance : nous attendions des rafales jusqu’à 130 km/h, mais, finalement, plus de peur que de tuiles envolées ou d’arbres tombant sur les voitures ! Peu de dégâts en milieu urbain au petit matin ! Sauvés !

En revanche, ces grands vents ont fortement enrhumé WordPress –l’outil qui sert à faire ce blog– qui ne voulait plus exporter de fichiers musicaux et me l’annonçait par le biais de ce message fort laconique.

J’ai ainsi passé une –petite– partie de la nuit à essayer de voir pourquoi et j’ai fini par comprendre, d’une part, et par trouver une solution, ce qui est encore mieux, d’autre part !

Evidemment, la solution temporaire utilisée par le biais d’extraits d’un service de musique en ligne ne convenait que moyennement, et je n’envisageais pas de l’adopter autrement que comme un pis-aller.

Alors voilà : il se trouve que les mises à jour de WordPress s’effectuent automatiquement si on le paramètre ainsi, ce que j’ai fait parce que c’est pratique et que, généralement, ces mises à jour sont longuement testées avant diffusion et qu’elles contiennent des mises à jour de sécurité plutôt bienvenues. Mais, la dernière fournie semble avoir engendré un nombre conséquent de problèmes plus ou moins importants, dont celui que j’évoquais ci-dessus. Evidemment, ce bug a été l’objet d’une remontée sur de nombreux forums d’entraide et, s’il semble aléatoire, il est répétitif chez ceux qui en sont atteints. Dont moi ! qui me retrouvais à la fois rassuré –ce n’est pas une panne trop sérieuse– et embêté –il fallait que je trouve une solution de contournement-.

Il se trouve miraculeusement qu’une extension permet d’ajouter des fichiers à partir du serveur ! Encore fallait-il transférer les fichiers sur le serveur, et dans le bon répertoire ! WordPress faisant tout automatiquement, cela faisait longtemps que j’avais abandonné mon gestionnaire FTP, et il a fallu que j’en retrouve un –à la jolie icône de palmipède jaune– puis que je retrouve mes identifiants d’accès vers le serveur –comme je suis parfois assez convenablement organisé pour ce genre de choses, ce fut assez rapide-. Au demeurant, il est assez facile de se repérer ensuite dans la structure des fichiers –cliquer sur l’image de droite pour voir comment ça se présente-, assez sommaire pour un blog qui reste modeste et qui est organisé chronologiquement. Aussitôt dit, aussitôt fait, et tout semble fonctionner à nouveau comme je le souhaite, mais avec une petite goutte d’huile de coude supplémentaire ! OUF !

Et, pour vous le prouver, la petite musique tout-à-fait adaptée à la rédaction de cette notule vous est proposée juste après !

Aujourd’hui, j’ai testé macOS Sierra

Hier soir vers 19h30 –heure française– OS X, qui succédait à MacOS X, est mort, et remplacé par macOS Sierra ! Le nom change, le reste change assez peu en définitive ! Après installation, tout reste à peu près comme avant en termes d’interface utilisateur –et heureusement, parce qu’il fallait changer à chaque fois ses habitudes, on n’en finirait plus…-. Grosso modo, on trouve donc toujours un bureau avec des dossiers contenant des fichiers ! Etonnant, non ?

siri_macLe truc nouveau et un peu rigolo de ce nouveau système d’exploitation, c’est Siri pour Mac, qui permet de commander, un peu, son ordinateur avec la voix, et tout cela de manière très polie. Parfois, ça marche vraiment bien, comme le montrent les deux copies d’écran –cliquer sur les images pour les voir en plus grand– : ainsi par exemple, j’ai demandé à écouter les Rolling Stones sur iTunes et l’ordinateur a obéi promptement, me proposant une liste assez habilement constituée.

itunes_siri

Parfois, cependant, les résultats obtenus vont du « Je n’ai pas compris votre demande » à des choses un peu absconses, parce que : soit je prononce mal, soit l’ordinateur est un peu dur de la feuille ! Pour le reste, pas de bug constaté pour le moment avec les logiciels de la vie courante. Même Aperture, que je n’ai pas encore réussi à remplacer, continue à fonctionner !

Test de connexion : c’est bizarre !

DiablotinQuizJe voulais en avoir le coeur net : avec Chrome, le ping, ou délai de latence –11ms– est  excellent, et nettement meilleur qu’avec Safari –27ms-, où il n’est que très bon. Il faudra qu’on m’explique le pourquoi du comment…
A contrario, Safari est très économe en ressources consommées, quand Chrome semble éminemment dévoreur en la matière…

Je sais bien qu’à ce bon niveau-là, tout cela n’est pas excessivement important, mais j’aimerais bien comprendre pourquoi, malgré tout !

TestConnexion2Edit tardif : en la matière, rien n’est simple et tout semble décidément très relatif ! Avec un autre service de test, Safari a un ping meilleur –3ms– que les autres navigateurs –4ms-, les autres valeurs étant par ailleurs tout-à-fait cohérentes…

Cliquer sur l’image pour voir en plus grand ces drôles de résultats…-.

In memoriam. Le souvenir des vieilles choses

Ici, je vous parle d’un temps que les plus de trente ans auront du mal à appréhender ! En faisant du rangement dans mes tiroirs pleins de nouilles et de vieilleries, j’ai retrouvé –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– :

VieilesChosesInf

un lecteur SyQuest EZ135 en SCSI, avec ses cartouches, qui ne peut plus me servir à rien, puisque l’interface de connexion –le haut de gamme de l’époque, bien supérieur au port parallèle des PC d’antan– est totalement obsolète depuis plus de quinze ans !
SCSIPortAvec un port SCSI, on pouvait chaîner 7 éléments sur le même port d’un ordinateur, il fallait simplement attribuer un numéro d’ordre à chaque élément et terminer la chaîne par un « bouchon terminateur » –cliquer sur l’imagette pour voir à quoi ça ressemblait-.
Ainsi, sur le même port étaient branchés le SyQuest, un graveur de CD Rom et un scanner. C’était un excellent outil de sauvegarde, à une époque où un disque dur n’excédait pas quelques centaines de Mo. Il me reste même quelques cartouches, dont je ne peux malheureusement rien faire, mais si je les mets dans le lecteur, l’ensemble semble fonctionner parfaitement –et même silencieusement-. J’ai gardé un bon souvenir de cette chose, les cartouches fonctionnant comme de petits disques durs de 135 Mo, et non comme des disquettes, au contraire de l’autre chose que j’ai retrouvée, qui est donc…

… un lecteur de disquette Iomega ZIP 100 : les cartouche de ce lecteur –USB, et donc exploitable-, qui fonctionnaient comme de « super-disquettes » permettaient d’accueillir 100 Mo de données. J’en ai une douzaine, je ne sais même plus exactement ce qui y figure, mais je vais m’empresser de vérifier. Je pense qu’il s’agit essentiellement de vieux fichiers Quark XPress que je ne pourrai pas ouvrir avec les versions actuelles du logiciel, mais peut-être y-a-t-il des sorties PDF de ces fichiers ? J’ai même retrouvé une disquette « Transfert imprimeur » !

Entre les deux, la guerre a fait rage, et ils ont assez longtemps accompagné certains des Macs présentés ici. Des deux, j’ai toujours préféré le SyQuest, beaucoup plus rapide et solide, mais il était beaucoup moins répandu, plus cher, et m’a donc peu servi d’outil de transfert. Evidemment, tout cela est maintenant archi-obsolète, en cette époque de clé USB bien plus pratique et moins chère !

Quoi qu’il en soit, une grande partie de tout cela et des tonnes de nouilles de câbles, vont partir à la déchetterie illico ! En attendant, et puisque Sardequin présentait son Dock encombré hier, presque incidemment, en voulant nous présenter son chatbois, voici le mien, beaucoup plus réduit ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-. Une jolie frise pour achever cette notule sans quitter tout-à-fait sa problématique !

DockiMac

Jouons avec la base de données du blog

Aujourd’hui, j’ai essayé d’alléger un peu la base de données du blog en entrant directement, prudemment et méticuleusement dans MySQL pour y effectuer quelques requêtes de nettoyage.

BdDSQL

C’est assez intrigant, mais ça a fonctionné, et j’ai allégé la base d’un petit quart –en supprimant notamment toutes les lignes de code liées à l’antispam des commentaires : il y en avait 1602, mais également les quelques 2200 lignes liées aux « brouillons », puisque WordPress effectue  automatiquement, puis périodiquement, une sauvegarde automatique de chaque message publié dès lors qu’on commence à le rédiger, et en garde une trace dans la base de données-. Cela étant, je n’y retournerai pas trop souvent, cela n’a rien de convivial !

Playlist « Mes guitar heroes » et avis de décès

Mes « guitar heroes » ont généralement la virtuosité peu ostentatoire mais se promènent sur leur manche avec aisance et élégance, au gré des gammes pentatoniques qu’ils parcourent et agrémentent de leur petite note bleue. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-. Ils cherchent plus le feeling adéquat et la beauté des sonorités que la vitesse d’exécution ou le verbiage musical, qui sont deux denrées que je ne cherche pas particulièrement, même si elles peuvent impressionner les oreilles un peu naïves. Et ils jouent si possible sur Gibson Les Paul, profitant du son charnu qu’elle permet –même si certains utilisent aussi une Fender Stratocaster-.

Eric Clapton se montre étonnamment sobre sur l’album live de George Harrison, John Mayall réduit ses trois guitaristes fétiches –Eric Clapton, Peter Green et Mick Taylor– au rôle d’accompagnateurs de luxe sur ce drôle d’album. Les deux autres permettent d’entendre dans de bonnes conditions deux des tout meilleurs guitaristes de slide guitare : Duane Allman et Mick Taylor. Les quatre albums sont évidemment chaudement recommandés, même si le dernier est difficile à trouver.

Playlist17012016

Ce matin, j’ai appris que le tout premier site consacré au Mac et au monde Apple a tiré sa révérence vendredi soir. Même si je ne fréquentais plus que de loin en loin, il constitua à l’époque, une mine de renseignements techniques, avec en particulier un forum d’entraide très convivial, au moment où la santé d’Apple laissait particulièrement à désirer et où Système 7.5.x occasionnait parfois bien des galères !

Préparatifs et galerie de Noël

Où l’on apprend, d’abord, qu’Internet fêtait hier ses 25 ansdéjà ? seulement ? Rarement une invention se sera propagée et démocratisée aussi rapidement, semble-t-il…– et qu’il reste des traces de cette naissance, largement ouvertes au public : l’événement, pourtant, n’a pas fait les choux gras de la presse non spécialisée, et même parmi cette dernière, la nouvelle n’a pas semblé émouvoir les salles de rédaction…

Hier, visite en semi-nocturne du Marché de Noël local, où une foule des grands jours s’était donné rendez-vous… Difficile, donc, de changer d’optiques, dans ces conditions, pour sortir le téléobjectif : seul le 18/55 a servi, les résultats sont dans la galerie de Noël, accessible en cliquant ici ou sur le pêle-mêle juste en dessous.

GelerieNoel2015

PrepaNoelCe fut donc l’occasion, outre la traditionnelle dégustation de l’incontournable couple [vin chaud – bretzel] –note spéciale pour Gilsoub qui s’en plaint : ici, les merguez-frites et autres churros sont interdits à la vente dans le périmètre du Marché de Noël 😉 -, d’une assez longue déambulation dans les rues de la ville, selon un temps idéal dans cette optique, mais aussi de la finalisation des achats de Noël.
Les préparatifs non culinaires sont désormais achevés et le pied du tout petit sapin est maintenant bien garni, en attendant l’acheminement par hotte de certains cadeaux vers leurs destinataires. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Evidemment, je ne vous dirai pas ce qu’il y avait dans ma wishlist, vous l’aurez forcément deviné  :mrgreen: !

Grand nettoyage d’hiver

Maintenance122015Même si la météo n’en laisse rien paraître, nous entrons peu à peu dans l’hiver : l’occasion était donc bonne de faire subir à zoliMac une cure d’amincissement et un grand nettoyage en profondeur, afin  lui permettre d’affronter les frimas qui se profilent –ou pas !-.

apple-imac-21-2012Un tout petit quart d’heure plus tard, et le voilà tout propre et svelte –ici, le nettoyage du cache des police est assez long, parce que j’en teste régulièrement des lots importants…– : ce sont pas moins de 4 Go qui ont été récupérés, suite à cette grande lessive, grâce à un efficace outil qui effectue tout cela de manière transparente et non agressive. –Cliquer sur l’image pour voir en plus grand ce qui est nettoyé-.

Un nouvel essai et un scandale

Hier soir et aujourd’hui depuis une toute petite heure, ayant un peu de temps devant moi, j’ai essayé un nouveau truc, sensé améliorer grandement l’écoute de la musique stockée sur mon ordinateur : AudivanaPlus.

Petit rappel pour ceux qui auraient raté un épisode : à l’heure actuelle, outre un lecteur CD/SACD, j’utilise iTunes + deux bornes Airplay connectées en ethernet et branchées sur deux chaînes HiFi, l’une dans le salon, l’autre dans le bureau. Très honnêtement, l’ensemble fonctionne très bien et délivre une sonorité tout-à-fait satisfaisante pour mes vieilles oreilles, habituées à écouter de la musique dans de bonnes conditions. Mais : il paraît qu’iTunes, c’est le mal ! Avis peu partagé ici, c’est un lecteur qui en vaut bien d’autres et qui s’avère très pratique pour gérer une discothèque « virtuelle » assez conséquente.

Donc, depuis plusieurs mois, AudirvanaPlus me faisait de l’oeil et j’ai décidé de lui consacrer un peu de temps. On passera outre une petite séance de paramétrages relativement aisés pour passer directement aux résultats d’écoute, à partir de quelques échantillons, dont quelques-uns réputés pour leurs prises de son : c’est en effet un pouillème mieux –et notamment un peu mieux défini dans l’aigu-, mais ça semble infiniment moins pratique à l’usage, même si le lecteur proposé, qui adopte le skeuomorphisme, –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– est plutôt réussi en matière visuelle.

AudirvanaInterface

A voir, donc, si je vais l’utiliser plus régulièrement, mais rien n’est moins sûr ! Ou alors ponctuellement, et plutôt pour la chaîne de salon ? J’imagine déjà les réactions outrées des « puristes » qui me diront que j’ai « les oreilles ensablées » ou que « mon système n’est pas assez résolvant », mais peut-être ai-je un peu passé l’âge de ces bêtises 😉 !

Quant au scandale évoqué dans le titre de cette notule, vous en trouverez toutes les données dans cet article. Il paraît que la musique adoucit les moeurs : c’est peut-être vrai, mais pas partout ni pour tout le monde ! Question d’oreille, là encore 🙂 !