Playlist en attendant la pluie

Hier, premier jour de l’automne selon mon calendrier, c’était encore un peu l’été –grand beau soleil et températures tout-à-fait clémentes-, mais de la pluie est annoncée pour aujourd’hui : ce n’est pas encore le cas, et le ciel n’est même pas gris à cette heure. Comme je me suis levé fort tôt –5:54 selon mon réveil, qui avance un peu…-, j’ai déjà eu le temps de m’adonner à cette agréable playlist matinale, écouté un peu plus fort qu’en sourdine, mais pas assez fort cependant pour réveiller tout le voisinage ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Que des choses connues : deux symphonies de Prokofiev tirée d’une intégrale convenable –je ne connais pas assez pour avoir de nombreux éléments de comparaison– et deux concertos pour piano de Beethoven dans cette version « allégée » fort avenante au demeurant. J’en suis arrivé à l’écoute de quelques sonates de Beethoven dans la version mythique, paraît-il, de Sviatoslav Richter –à peu près aussi vachard et peu amène, dans ses propos sur ses collègues, que le pansu Celibidache– : c’est globalement très bien, mais pas aussi mythique que ce que j’ai pu en lire ici ou là cependant.

A midi, je vais me confronter à un nectar des dieux, j’ai acheté hier une bouteille de grand cru de Kaeffekopf de vendanges tardives, vin blanc d’Alsace assez peu connu, dont la production est relativement limitée et circonscrite à la commune d’Ammerschwir –ça se prononce comme ça se lit…– ! Que du bonheur !

Nouvelle rencontre fructueuse avec un bac à soldes

Je n’avais acheté encore aucun CD en 2018, espérant pouvoir profiter des soldes pour effectuer quelques trouvailles plaisantes. C’est chose faite cette semaine, à tout petit prix –moins cher que deux paquets de cigarettes achetés en Allemagne– avec deux coffrets d’oeuvres –achetés en Allemagne aussi ! – que je connaissais déjà, mais assez mal. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Précisons d’abord que ces deux coffrets bénéficient de prises de son modernes, à défaut d’être toujours très agréables : micros qu’on dirait placés dans l’orchestre pour le Prokofiev, avec une stéréo très marquée et assez peu de profondeur; prise de son typique des années 70 pour le coffret Nielsen, un peu globale et présentant un étagement des plans sonores parfois bizarres.

Quant au contenu, il paraît que les Nielsen ont longtemps fait référence –il s’agit de la première, et longtemps la seule, intégrale enregistrée des symphonies du compositeur-, et c’est en effet plutôt pas mal, même si bien des orchestres actuels me semblent jouer mieux que l’orchestre symphonique de Londres de ces années-là : on va dire que l’enthousiasme du chef et l’engagement des musiciens vient palier certaines errances vraisemblablement dues à la quasi-découverte de certaines de ces oeuvres… C’est en tout cas mieux que l’autre version que j’avais de cette intégrale. Vous en trouverez même un petit extrait en fin de notule.

Il me souvient également avoir lu il y a longtemps dans une « encyclopédie de la musique », et entendu lors de mes études, que Prokofiev était le plus grand musicien russe du 20ème siècle. On pourrait à peu près dire la même chose de Stravinsky –que je n’aime guère– ou de Shostakovich… Je ne connaissais pas toutes ses symphonies, mais j’ai toujours aimé ce que j’ai abordé chez ce compositeur : opéras, musique pour piano, ballets… Ce que j’ai pu entendre rapidement de ses symphonies me semble prometteur, moins paroxystique et plus fin que Shostakovich, et très bien orchestré. Il semble que cette version ait été très diversement accueillie, les avis sont divergents : ça va de l’honorable à l’excellent.

Je ne suis, pour ma part, pas déçu par ce beau coffret et, au demeurant, ni l’un ni l’autre ne viendront déparer ma discothèque, tout en me permettant d’élargir modestement mon répertoire !

Playlist russe

Est-ce parce que la révolution russe soviétique d’octobre 1917 « fête » ce mois-ci son centenaire que je me suis lancé ce matin dans une playlist russe ? Ce serait alors totalement inconscient, je ne viens de m’en rendre compte que maintenant ! Au demeurant, hors Shostakovich, absent de cette liste, et Prokofiev, un peu, les musiciens écoutés ce matin n’ont pas, ou guère, été marqués par cet événement ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

C’est évident pour Tchaïkovsky et Rimsky-Korsakov, tout-à-fait morts en 1917. Du premier, je me suis tourné vers des interprétations très idiomatiques de deux de ses oeuvres les plus célèbres, assez rares dans nos contrées mais vraiment excellentes. Du second, j’ai retenu le très coloré et expressif « Schéhérazade », oeuvre contenant de réelles beautés orchestrales et ici  interprétée avec opulence et beaucoup de couleurs.

La mort de Prokofiev passa totalement inaperçue dans un premier temps : il est décédé le même jour que Staline ! Musicien peu politisé, ayant passé une partie de sa vie en « occident », il s’inscrivit presque toujours en marge des « courants soviétiques ». Sa cinquième symphonie est très solide formellement, riche thématiquement et rythmiquement, et, comme toujours chez ce musicien, très bien orchestrée. L’album écouté ce jour est l’un des tout meilleurs disques enregistré par le chef, mais de loin pas son plus célèbre !

Enfin, « Le sacre du printemps » de Stravinsky est une oeuvre idéale, dans sa sauvagerie et ses contrastes dyamiques, pour tester les chaînes HiFi ! Hors cela, je ne l’aime pas tant que ça : dans le cadre d’une écoute domestique, elle fait assez peu sens, il faut vraiment aller l’écouter au concert… Quoi qu’il en soit, cette version est très réussie et très bien enregistrée –cf.extrait ci-dessous-. Et l’ensemble permet de passer une très agréable matinée !