Original et -pâle- copie…

D’une oeuvre que j’aime beaucoup, je vous présente d’abord la version « originale », telle que voulue et interprétée par le compositeur. L’enregistrement date un peu -1926-, le style aussi -les cordes-, mais c’est vraiment très bien…

Et puis, voici maintenant, une copie, image de tout ce qu’il ne faudrait sans doute pas faire, sous peine de dénaturer la pensée du compositeur. Il y en a, néanmoins, qui aiment bien.

Le chef -l’un des plus célèbres du 20ème siècle- qui fut invité en Angleterre à cette occasion, ne fut plus jamais invité par cet orchestre, ni dans ce répertoire, ni dans un autre… Il faut dire, qu’il eut un comportement pour le moins très, trop… à l’occasion de cet enregistrement. Une vidéo de la répétition existe, et montre l’ambiance glaciale qui y régna.

Pour entrer dignement…

… dans 2014 et, en guise de bonne résolution, je me suis mis à ça :

eCig

Ça marche, puisqu'à force de "vapoter", je ne fume quasiment plus ! En même temps, j'ai commencé il y a quelques jours seulement… On verra à l'usage ce qu'il en sera exactement. L'avantage, c'est que j'arrive à obtenir assez convenablement un assez bon mélange : le petit chimiste de l'e-cigarette, c'est moi  😆 !

Grande première !

ManSuetoHier, j’ai écouté un disque de jazz-rock en entier ! Au sein de ma discothèque, raisonnablement fournie, le genre doit se résumer à moins d’une dizaine de CD, dont l’écoute intégrale d’une seule traite va au-delà de mes capacités.

C’était souvent bien au début -et, en général, c’est toujours très bien pour tester la qualité d’une chaîne Hi-Fi-, mais décidément, c’est un monde où j’ai bien du mal à entrer. On entend généralement de très bons musiciens, des choses parfois intéressantes dans l’instant, mais également beaucoup de ce que j’appellerai du verbiage gratuit -appui sur une virtuosité ostentatoire qui n’est pas forcément au service de la musique-, sans repère de progression vraiment définissable à mes oreilles. Et encore, c’était un disque facile d’accès dans ce genre…

L’expérience ne sera donc pas renouvelée à cette échelle de si tôt !

… et ses grands lacs…

Une évocation de la Finlande, de ses innombrables lacs et de ses étendues sauvages. Qui mieux que Sibelius pouvait mettre cela en musique ? C’est à la fois épique et sombre, grand sans être grandiloquent…

Sibelius. Symphonie n°2 (1902), Finale.. Philharmonia Orchestra, H. Von Karajan. 29.03.1960

Longtemps mal-aimé en France, Sibelius bénéficie depuis une trentaine d’années d’une redécouverte, grâce au disque essentiellement, car il reste peu joué en concert dans notre pays.

Playlist d’après Noël

Kara_WeissenbergJe profite de mon joli cadeau…

En vrac et de mémoire, j’ai écouté : • avec le Philharmonia -enregistrement des années 50-  : la symphonie inachevée de Schubert, le concerto pour orchestre de Bartok, la première symphonie de Brahms, la quatrième symphonie de Tchaïkovsky; la Mer de Debussy; la rhapsodie espagnole de Ravel; la Water Music de Handel; • avec le philharmonique de Vienne -enregistrements des années 40- : la Pathéthique de Tchaïkovsky; des pièces de Mozart -que je n’aime toujours pas plus que ça…-; les Métamorphoses de Richard Strauss • avec l’orchestre de Paris -enregistrement du début des années 70, l’orchestre avait été récemment créé et Karajan en fut le « conseiller artistique » à la demande expresse de de Gaulle- : la symphonie de Franck; le concerto pour piano de Tchaïkovsky (pianiste : Alexis Weisssenberg), qui fut mon tout premier disque que l’on m’avait offert pour mes six ans… Bref, une jolie playlist d’après Noël !

Entr’agapes

Terrine_BaeckehoffeTous les ans, au moment des fêtes, en reprenant une petite tranche de bûche, on se dit : « On mange trop, en ce moment, demain, un peu de diète s’imposerait… ». Pour poursuivre les agapes le lendemain… Quatre jours que ça dure, et le couvert sera remis la semaine prochaine -l’expression, pour le coup, est tout-à-fait adaptée !!!-.

Il reste encore de quoi faire plusieurs repas composés de Backehoffe après les agapes de l’autre soir, ou à peine la moitié fut mangée. Sortir la terrine du four relevait de l’exploit sportif, elle pesait largement plus de 10 kilos. Et la cuisson -4h30 à feu moyen- fut juste suffisante !

Sous le sapin…

Karajan_EMI_1Ce qui m’attendait cette année : ce magnifique et opulent coffret (88CD), qui ne viendra pas, loin de là, déparer ma collection !

Cadeau_BoiteOuverteIl contient de petites pépites qui étaient éparses un peu partout, au fur et à mesure des rééditions et collections diverses, mais également des oeuvres qui n’avaient jamais été rééditées auparavant, ou qui étaient peu accessibles en import : le chef enregistra beaucoup -sa discographie officielle représente environ 450 CD-, à tous les stades de sa carrière. Les voilà désormais réunies, pour mon plus grand plaisir. L’écoute a modestement débuté hier soir et se poursuit ce matin.

La dernière surprise de Noël, puisque c’est aujourd’hui, se trouve iciQuant à moi, je file dans ma cuisine, où une longue journée m’attend : plus de trois kilos de viande marinent depuis hier et l’épluchage – découpage de plusieurs kilos de pommes de terre et légume m’attendent… Dix personnes viendront déguster un Baekehoffe ce soir, j’ai sorti la terrine « maxi-format », qui rentre tout juste dans un four domestique…

Surprise d’avant Noël -3-

Cadeau_BoiteOuvertePour commencer à préparer les fêtes ! Avec toute cette énergie, la table sera dressée deux fois plus vite 🙂 Et cela vous aidera peut-être à patienter en attendant ce soir… Sous mon sapin, je ne sais pas encore exactement -ma liste adressée au Père Noël était assez courte, mais variée- ce qui m'attend 🙂

C'est donc ici, et c'est forcément bien… Cela circula longtemps sous le manteau, c'est désormais "officiel", bien que jamais publié physiquement. Mystère de la toile… Demain, sous votre sapin, une dernière surprise, de Noël celle-ci.

En attendant, je m'interrogeais hier -entre autres choses- sur la pertinence de la proposition de la commission "Culture" du sénat d'obliger les boutiques librairies en lignes à ne plus avoir le droit de proposer la remise de 5% accordée aux libraires, mais également à imposer la facturation des frais de port. On voudrait pénaliser spécifiquement une boutique que cela ne m'étonnerait pas… Vous me direz que les conditions de travail qui y sont imposées sont des plus pénibles, ce qui est vrai, mais pas spécifique à cette enseigne seulement : le taylorisme a encore de beaux jours devant lui.

Le retour dans les petites librairies de quartier, pour autant, ne me semble pas garanti… Déjà, il faudrait qu'elles aient du stock, et qu'une commande ne traîne pas plusieurs semaines… Et puis, peut-être pourraient-elles vendre quelques livres électroniques, aussi : pour ma part, je ne lis quasiment que ça, actuellement. Gain de place assuré !!!