Gros colis…

KARA2Je vous vais déjà parlé d’un gros coffret, ici, que j’avais eu en guise de -très beau- cadeau de Noël l’an dernier. Je cherchais à un prix raisonnable son petit frère -cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, consacré à l’ensemble des oeuvres vocales -messes, opéras, oratorios…-, et l’augmentation assez générale de l’objet, en lien avec sa rareté désormais –EMI n’existe plus en tant que telle, rachetée par Warner– m’en avait tenu longtemps éloigné !

C’est désormais choses faite : en Italie -qu’on se le dise-, de nombreux gros coffrets sont en solde avant Noël –en fait jusqu’au 31 décembre– ! Va falloir que je me montre courageux pour résister aux propositions alléchantes qui y sont affichées… M’en vais commencer ma liste de Noël avant que tout soit vendu : j’ai déjà plein d’idées…

La musique qui a présidé à la rédaction de cette notule -pourvu qu’il se trompe…-.

Edit d’une heure après : à ce stade de ma réflexion, j’ai sélectionné, pour la hotte du Père Noël : ça ou ça ou encore ça

L’histoire en jaune !

Tiens, on est en été et les cyclistes roulent autour de la France : ça va donc parler vélo et maillot jaune sur ce blog ? Que nenni, pour cela, il vaut mieux se rendre ici, avec parfois de véritable pépites bien écrites !

LogoDGGÇa va plutôt causer logo, graphisme et histoire (par le petit bout de la lorgnette…). Encore que, l’analogie avec le vélo pourrait être pertinente : si le maillot jaune vient marquer le leadership dans le Tour de France, la fameuse « étiquette jaune » consacre l’éditeur leader en matière de disques de musique classique -ventes réalisées d’une part, notoriété et image de marque d’autre part-. Et pourtant, si la couleur jaune -ancien logo sur fond jaune, bandeau jaune horizontal ou vertical sur chaque pochette- fut très vite adoptée par la marque -de même que le bleu pour Decca ou le rouge, plus tard pour EMI/HMV-, l’utilisation de ce nouveau logo n’était pas gagnée d’avance !

CARTOUCHELe fameux logo n’est en effet paru qu’en 1959, et, au départ, il a fait fuir les graphistes attitrés de la marque : pensez-vous, l’utiliser au sein d’un cartouche qui occupe à lui tout seul près d’un quart de la surface de la pochette d’un disque même en format 30X30, ça ne laisse plus guère de place à la créativité ! Ce cartouche, à l’imitation des frontons grecs, devait symboliser le classicisme et le prestige : tous les albums 33 tours en furent ornés -. Les coffrets, pour leur part, ne portaient que le logo du label, relooké lui aussi. L’utilisation systématique de la fonte Garamond, en capitale ou en italique, rajoutait au prestige de l’ensemble.

Il a donc fallu adapter les anciennes créations, avec plus ou moins de réussite -quelques exemples ci-dessous, classés pour chaque disque strictement dans l’ordre de leur parution-, avant de retrouver, par le biais de jeunes créateurs, de nouvelles façons de faire, qui passaient de plus en plus par la photo des artistes de la marque jaune en pochette, tout simplement : l’arrivée de signatures prestigieuses, au même moment -Karajan, Gilels, Richter, Oïstrakh, Ferras, puis Bernstein un peu plus tard-, facilita bien les choses !

DGG1

DGG2


MugDGGAujourd’hui, le cartouche a disparu des pochettes maison, ne reste que le fameux logo jaune, si célèbre et largement utilisé au-delà du monde de la musique classique, puisqu’on peut le retrouver sur les objets les plus usités au quotidien : la rançon de la gloire !

Musique en deuil

Outre le décès de Tommy Ramone, déjà évoqué, ce week-end aura été marqué par la victoire annoncée -ici même, le 15 juin…– de l’Allemagne en football la mort de Lorin MAAZEL, grand chef devant l’éternel, assez peu moyennement apprécié dans notre pays. Très fin technicien de la baguette -battue extrêmement précise, geste économe-, doté d’une oreille exceptionnelle, il accomplit une carrière très longue, marquée en France par le succès du « Don Giovanni » de Mozart filmé par Losey et celui de « Carmen » de Bizet avec Julia Migenes.

Les français le connaissent plus particulièrement parce que durant de nombreuses années, il dirigea régulièrement le concert du Nouvel An à Vienne, événement régulièrement retransmis en eurovision mondiovision.

Maazel2Pour ma part, ce que je garderai de lui, ce sont plutôt ses enregistrements de jeunesse, réalisés au début des années 60 : des 5° et 6° symphonies de Beethoven nerveuses et dégraissées de tout pathos, des symphonies de Mendelssohn gracieuses et vivantes, une très belle intégrale des symphonies de Sibelius, une remarquable symphonie de César Franck, en petit extrait ci-dessous… Des documents vraiment exceptionnels !

Vers la fin…

Discoth… de mon entreprise de Titan ! Du moins en ce qui concerne la musique classique… A ce jour, j’ai déjà catalogué 1391 CD, il m’en reste à la louche un peu moins de 300 à enregistrer ! J’avais commencé à saisir également les dates des critiques lors de la parution originelle, mais c’était trop long et très fastidieux… Intéressant, néanmoins, pour suivre l’évolution de l’appréciation portée sur telle ou telle interprétation.

Après, il ne restera plus qu’à prendre en compte tous les autres (plus de 700 -officiels, si on ne compte pas les concerts « piratés »- mais moins de 1000, à la louche), mais ça devrait aller bien plus vite, il y a moins d’infos à saisir !!!

Travail de Titan !

J’ai commencé à cataloguer mes CD… Travail de Titan, en effet ! J’en suis, pour l’instant et au bout d’une bonne vingtaine d’heures, à la lettre M en musique classique, sans avoir répertorié les compositeurs qui se trouvent dans des coffrets consacrés à des artistes spécifiques… Ça avance, lentement mais sûrement, et ça me permet de faire des redécouvertes ! L’option de tri, dans Excel, est tout-à-fait bienvenue !!!

Capture d’écran 2014-02-26 à 12.53.30

Pour les jours à venir…

Discoth… j’aimerais bien cataloguer l’ensemble de mes CD, afin d’avoir une vue précise sur les oeuvres que j’ai -les essentielles et les autres…- et faire le point sur l’état des doublons, triplons (voire plus si affinité), au gré des rééditions et achats divers (par doublon, entendre la même oeuvre dans la même version. Une même oeuvre dans une version différente, c’est toujours intéressant, et les sonates de Beethoven, par exemple, que je dois avoir, de mémoire, 16 ou 17 fois, ce ne sont pas des mutliplons  😆 ).

ClarisWorksJ’avais commencé, au tout début de mon entrée dans le monde de l’informatique, un classement, mais il est obsolète : j’avais moins de CD -autour de 700 à l’époque- d’une part, la musique « dématérialisée » n’existait pas encore d’autre part, et, surtout, le fichier ClarisWorks de l’époque n’est plus exploitable !

Gramophone_app_archiveJe cherche donc la meilleure solution… En passionné de l’histoire de l’enregistrement, il serait également intéressant de rajouter, en lien avec ce classement, la date de la critique originale parue à l’époque de la première édition dudit enregistrement… Ça, c’est possible, l’accès aux archives de la revue Gramophone étant ouvert aux abonnés -cela couvre la période 1923-2014, publicités d’époque comprises-, mais c’est fastidieux !!!