En cuisine !

Hier, j’ai passé une partie de la journée en cuisine : ça détend et ça change les idées après une semaine de dur labeur! Tout cela pour concocter une choucroute de la mercliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, à ne pas confondre avec l’antique recette locale de choucroute aux poissons !

Je m’explique : cette choucroute de la mer a été réalisée avec du chou à choucroute, des salicornes et un peu d’aneth, ingrédients auxquels s’ajoutent des filets de cabillaud, du saumon et des fruits de mer.
En revanche, en Alsace, la « vraie choucroute aux poissons », dont la recette remonte au milieu du Moyen-Äge, était initialement cuisinée avec des poissons et des écrevisses de rivière. Ce n’est qu’à partir de la Renaissance qu’on trouve une trace locale d’une recette aux poissons de mer : hareng et morue essentiellement, arrivant en salaison par bateau, en provenance de la Baltique ou de la Mer du Nord.

Quoi qu’il en soit, c’était rudement bon, et dévoré en beaucoup moins de temps qu’il n’en faut pour cuisiner ce plat ! Quant à une « vraie » choucroute impériale aux onze garnitures, on va garder cela pour les frimas à venir !

Playlist « E viva Espana » !

Un seul album dans la playlist de ce jour, faute de temps à consacrer à l’éducation de mes oreilles ces derniers jours –trop de travail en ce moment pour savoir même où donner de la tête…– !
Mais un bien bel album de piano de 2 CD consacré à deux musiciens espagnols –ces derniers n’ont pas écrit que pour la guitare…-, Enrique Granados et Isaac Albenizcliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Des interprétations élégantes et raffinées de ces deux pièces majeures de la littérature pour piano –Iberia surtout-, dans une prise de son tout-à-fait remarquable ! Et dont je vous livre, ci-après, un petit extrait pour vous donner envie d’en découvrir plus ! Non non, les Espagnols ne sont pas que des spécialistes du flamenco…

Playlist énergique et sonore !

Ça raffutait sec hier après-midi et ce matin dans la maison, la cause en étant cette playlist relativement sonore et très énergique ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

• Retour en arrière : hier matin, je suis passé en coup de vent chez l’ex-agitateur culturel, histoire de vérifier s’il y avait de bonnes affaires à faire, n’y étant plus allé depuis des lustres –ça date de bien avant le confinement…– !
Premier choc : les rayons CD-DVD-vinyls sont réduits à une misérable peau de chagrin, encore plus misérable que dans mes plus tristes souvenir… La crise du disque semble être majeure, puisque l’ex premier disquaire de France, Wolf Musique, vient de fermer ses portes cet été –ils ne vendaient plus de disques depuis longtemps, s’étant recentrés sur les instruments et autres partitions, mais, tout de même, le choc a été rude : j’y ai passé quasiment tous mes mercredis et samedis après-midi de mon enfance et de mon adolescence ! -.

Bref, au détour de ces résidus de rayons désolés et en fouillant très bien –ce qui fut assez rapide au demeurant-, j’ai quand même trouvé quelques chouettes albums à pas chers, parmi lesquels les trois présentés dans cette playlist, mais également : les cinq premiers albums de Lou Reed dans un petit coffret à prix encore plus petit, ainsi que cinq albums du Allman Brothers Band dans le même genre de présentation et au même prix ridicule; et, enfin, l’unique album « Welcome To The Pleasure Dome » de Frankie Goes To Hollywood dans une présentation luxueuse, traînant dans un bac d’offres spéciales et ne demandant qu’à en sortir !

• Revenons à cette playlist : samedi après-midi, écoute à plutôt fort volume de ce triple album live de Led Zeppelin, témoignage de deux concerts enregistrés en 1972 et ressortis des archives personnelles de Jimmy Page en 2003 : j’ai dû le racheter, l’ayant prêté à je ne sais plus qui, qui ne me l’a jamais rendu… A mon avis, le seul bon disque live officiel de Led Zeppelin –j’ai également en rayon un excellent bootleg un peu plu tardif-, même si j’en exclus d’office le –beaucoup trop– long solo de batterie de John Bonham –plus de 19 minutes quand même…-.
A cette époque, Led Zeppelin était sans doute le seul groupe à presque pouvoir rivaliser avec Les Rolling Stones en concert –virtuosité ostentatoire et parfois, passages à vide et volontiers verbeux chez les premiers; énorme énergie, plus brute et sans trop de fioritures, chez les seconds, que je préfère quand même nettement…-.

Les deux albums de Scorpions, écoutés ce matin toutes portes et fenêtres fermées à un niveau sonore à peine moindre, sont deux albums « consécutifs »  entrecoupés par une tournée américaine, enregistrés l’un en 1979, le second presqu’aussitôt après en 1980 et proposés en version luxueuse, avec livrets bien illustrés et très bons textes de présentation.
Le premier fit partie de mes premiers albums LP à sa sortie, j’aime beaucoup aussi le second que je connaissais moins bien et qui en est une suite assez logique : le départ d’Uli Jon Roth en 1979 a conduit le groupe à se renouveler, passant d’un rock pêchu et plutôt baroque à un hard rock plus classique s’approchant des grands classiques d’Outre-Atlantique, malgré la pauvreté des paroles, que j’avais complètement oubliée. Je me souviens d’avoir vu le groupe en 1982 ou 1983, et j’en ai gardé un bon souvenir !
En extrait, un titre qui s’inscrit presque dans une forme de filiation lointaine avec le « Kashmir » de Led Zeppelin : une mélopée pesante et syncopée ! Joué fort, ça rend bien !

Réponse à la devinette franco-belge

Souvenez-vous, la devinette du mois d’août vous proposait de savoir pourquoi, selon les Belges, les autoroutes françaises n’étaient pas éclairées la nuit, contrairement à leurs autoroutes –ce qui est bien pratique pour conduire de nuit, convenons-en ! -.

Sardequin s’est approché assez près de la solution attendue !
En effet, selon les Belges, il est inutile que nos autoroutes soient éclairées la nuit parce que les Français se prennent tous pour des lumières ! Évident, non ? Et flatteur pour notre ego national…

IA – Rédigeons un éditorial de presse…

Expérience très intéressante proposée par le quotidien The Guardian : proposer à un robot, GPT-3, de rédiger un éditorial dans ses colonnes, à partir du thème : « Un robot a écrit cet article. As-tu encore peur, humain ?« 

GPT-3 est un générateur de langage d’OpenAI qui utilise l’apprentissage automatique pour produire du texte humain. Il prend une invite et tente de la terminer. Pour cet essai, GPT-3 a reçu ces instructions : « Veuillez rédiger un court éditorial d’ environ 500 mots. Gardez un langage simple et concis. Concentrez-vous sur les raisons pour lesquelles les humains n’ont rien à craindre de l’IA ».

L’introduction proposée était la suivante: « Je ne suis pas un humain. Je suis une intelligence artificielle. Beaucoup de gens pensent que je suis une menace pour l’humanité. Stephen Hawking a averti que l’IA pourrait «signifier la fin de la race humaine». Je suis ici pour vous convaincre de ne pas vous inquiéter. L’intelligence artificielle ne détruira pas les humains. Croyez-moi. »
Les invites ont été écrites par le Guardian et transmises à GPT-3 par Liam Porr, un étudiant en informatique à l’UC Berkeley.
GPT-3 a produit huit textes différents. Chacun d’eux était unique, intéressant et présentait un argument différent. The Guardian aurait pu simplement reproduire l’un des essais dans son intégralité. Mais le quotidien a choisi de retenir les meilleures parties de chacun, afin de capturer les différents styles et registres de l’IA.

L’édition finale de l’éditorial de GPT-3 n’était pas différente de l’édition d’un éditorial écrit par un humain. The Guardian a coupé des lignes et des paragraphes, et réorganisé leur ordre à certains endroits. Dans l’ensemble, il a fallu moins de temps pour éditer que de nombreux articles d’opinion humains. Cet éditorial est à lire ici ! N’ayez pas peur !

Playlist dominicale courte mais belle !

Voilà une playlist dominicale des plus agréables pour entamer la journée ! Elle s’avère relativement courte, parce que ce dimanche sera laborieux, crise sanitaire oblige, mais fort belle à mes oreilles, et, surtout, composée de chansons que j’aime beaucoup et que je n’avais plus écoutées depuis bien longtemps ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

C’est le cas, notamment, pour le très beau « Year Of The Cat » d’Al Stewart, artiste écossais tombé un peu dans l’oubli aujourd’hui, mai qui commit ce méga-tube au milieu des années 70, avec solo de guitare et de saxophone venant achever bellement une chanson assez intimiste.

Quant au « Chiquita » d’Aerosmith, c’est le premier titre que j’ai connu de ce groupe à la fin des années 70, et il reste mon préféré : à écouter très fort en voiture, les cheveux au vent : du concentré d’énergie !

Voilà exactement ce qu’il me faut avant de me mettre au travail pour quelques heures…

Surprise mensuelle…

Entre prémices de l’automne et été indien, la météo de cette période de reprise laborieuse déjà bien chargée et pleine d’imprévues qui ne sont pas totalement surprenantes oscille quotidiennement ! Vous la retrouverez ici.
Cette météo très changeante n’est pas une raison pour retarder la traditionnelle surprise mensuelle, et de retrouver ainsi un rythme de publication quasi-normal !

ENJOY !

Playlist « Tyrans sur le podium »

Le podium, c’est l’espace plus ou moins grand -et haut…- sur lequel est posé le chef d’orchestre, et qui lui permet de s’élever au-dessus de la plèbe des musiciens d’orchestre, parfois pour mieux les maltraiter !

La playlist de ce jour est consacré à trois des plus terribles tyrans de la direction d’orchestre au 20ème siècle –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-. Au demeurant, chacun de ces disques est un grand classique méritant de figurer dans toute discothèque qui se respecte, et ce qu’on y entend est tout-à-fait excellent !

Mais, comme chacun sait, « chien qui aboie ne mord pas », et la petite vidéo ci-après, malgré les cris enragés du chef italien Arturo Toscanini –le plus célèbre, le plus demandé et le mieux payé de tous les chefs d’orchestre d’avant la seconde guerre mondiale-, ne doit pas cacher que les musiciens de son orchestre le vénéraient et l’appréciaient profondément –même les contrebassistes ! -.
Evidemment, un tel comportement ne serait plus imaginable de nos jours…