Playlist « Mozart autrement »

Précison-le tout de suite : d’une part, Mozart, les lecteurs réguliers de ce blog le savent, n’est pas ma tasse de thé favorite; d’autre part, on joue très régulièrement Mozart ainsi, de nos jours, à savoir dans cette optique « HIP », voire même plus radicalement encore. Mais, eu égard à mes standards d’écoute de ces oeuvres et de mes goûts habituels en la matière –Comment ? Certains ont dit « datés ! » ?-, c’est pour moi une playlist « Mozart autrement ». –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

D’ailleurs, j’aurais dû l’entamer légèrement plus tard que très tôt ce matin, parce qu’une écoute un peu en sourdine ne rend pas totalement justice à ces très beaux et intéressants disques, fort bien captés de surcroît.

Les concerti pour piano sont très réussis dans leur optique, avec un pianiste jouant sur un piano ayant appartenu au compositeur, au volume sonore très ténu et parfois légèrement recouvert par l’orchestre, qui n’est pourtant pas exagérément fourni. C’est très beau, même si loin de mon idéal en la matière –pour les 20èmes et 23èmes concerti, j’ai une vraie affection pour les disques anciens d’Annie Fischer, c’est vous dire…-.

Les opéras, s’ils ne présentent pas de grandes stars vocales –mais ces voix relativement légères s’expriment très joliment dans ce contexte-, sont également très intéressants à écouter, avec une vraie gravité qui pèse un rien et un orchestre magnifique, vif, acéré mais très chantant. Rythmiquement, c’est absolument remarquable et conduit de main de maître –Le nozze di Figaro en profitent d’ailleurs grandement : cliquer sur l’extrait pour vous en faire une idée, puis essayez de comparer avec le même air que je vous proposais il y a quelques temps, dans une optique très différente– !

Devinette : charisme

De son vivant, il était l’un des héros d’une série TV dont je ne suis pas sûr qu’elle ait jamais été diffusée en France.
Depuis son décès, en 2011, deux films relatant sa personnalité charismatique mais assez peu amène ont connu un succès très relatif, en France ou à l’étranger. Il a également eu droit à une immense statuette en bronze en exposition permanente au parc des sciences de Budapest.
Et voici désormais qu’à Santa Fe, un opéra du compositeur américain Mason Bates, qui lui est consacré sur un livret de Mark Campbell, sera the prochainement créé.

De qui donc s’agit-il ? Comme toujours, le premier à apporter la bonne réponse gagnera une jolie récompense !

Playlist estivale de rigueur

L’été débute cette année par une vraie canicule, ici comme ailleurs, et pour trouver un peu de fraîcheur, il faut se lever de très bonne heure et ouvrir toutes les fenêtres, même si en ville, le béton rayonne la chaleur même la nuit !
Donc : dès 5h30, j’ai réussi à faire baisser la température de la maison de 27,5° à 24°, ce qui n’est pas rien, mais un peu vain puisqu’elle remontera tout au long de la journée… Vivement vendredi, jour de fin programmée de cet épisode éprouvant !

Je profite de cette journée pour me faire ma petite fête de la musique à moi tout seul, en écoutant quatre versions –dont une toute neuve : la première– de l’été des « Quatre saisons » selon des perspectives assez dissemblables. Très agréable pour commencer la journée ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand et sur l’extrait sonore pour en écouter un petit bout-.

 

Le « Contr’Hamburger de la forêt »

Recette du jour, simple et assez rapide… Un faux hamburger qui ne se mange pas à la main…

• Cuisson
– Tu pèles et tu éminces deux oignons
– Tu en fais revenir la moitié avec un peu de beurre pendant quelques minutes : ils ne doivent pas brunir ! Tu réserves ces oignons revenus.
– Tu fais ensuite revenir tes filets mignons de chaque côté puis tu les laisses cuire à feu très doux pendant quelques minutes -pas plus de dix-.
– Tu réincorpores les oignons revenus et tu poursuis la cuisson pendant 5 minutes, en assaisonnant à ton goût. Tu réserves.
– Tu déroules les deux pâtes feuilletées que tu peux acheter toute prête dans le commerce, il y en a de très bonnes !
– Tu déposes sur chaque pâte feuilletée une tranche de jambon et du gruyère râpé –environ 75-100 grammes-. Tu assaisonnes modérément.
– Tu déposes sur chaque pâte garnie ton filet mignon revenu avec ses oignons.
– Tu enveloppes délicatement ce filet mignon de la pâte feuilletée garnie et tu soudes les bords avec un peu de jeune d’oeuf.
– Tu mets à cuir au four –180 à 200 degrés, 45 minutes-.
– Pendant cette cuisson, tu fais revenir des champignons –il existe d’excellents mélanges surgelés dans le commerce-, à feu très vif, puis très doux : attention, les champignons contenant énormément d’eau, il faut en mettre beaucoup pour en récupérer un peu !!!
– Dans une autre casserole, tu fais revenir avec un peu de beurre l’autre moitié des oignons pelés et émincés tout au début ! Tu peux les laisser revenir assez longtemps à feu très doux, l’ensemble doit devenir moelleux et fondant, sans que les oignons brunissent. En fin de cuisson, tu rajoutes du piment d’Espelette, un peu de Cheddar coupé en petits morceaux qui va apporter une saveur un peu plus relevée et de l’onctuosité, une généreuse cuillère à soupe de moutarde fine et 25 cl de crème fraîche « fluide-épaisse ».

• Montage
-Tu découpes délicatement de fines tranches de filet mignon en croûte.
– Dans un cercle de cuisine, tu en déposes une à la base du dispositif, que tu recouvres de champignons poêlés.
– Tu redéposes au-dessus des champignons une seconde tranche de filet mignon en croûte.
– Tu décercles l’ensemble précautionneusement et tu le nappes de sauce oignon-crème fraîche-moutarde.

• Service
– Tu sers accompagné d’une galette de légumes et de salade verte et tu dégustes tranquillement accompagné d’un vin rouge léger -un bon Beaujolais- ou d’un vin blanc d’Alsace un peu sec –tu penses à consommer ces deux liquides avec modération, cela va sans dire…-.

Et voilà ! Léger –si si– simple et goûteux ! De quoi égayer toutes les papilles en ce dimanche de fête des pères ! Ça marche aussi à Noël, avec des marrons et des abricots confits ajoutés aux champignons, par exemple…

Les matinales de Diablotin

Ma période de stakhanoviste désigné s’achève avec la semaine ! Comme je vous l’avais annoncé plus avant, elle m’a laissé très peu d’occasions d’agrémenter mes oreilles, sachant qu’en voiture, où je passe un temps certain, je n’aime pas écouter de musique classique, qui supporte mal ce traitement malgré un auto-radio plutôt performant, et que je me contente des infos radios, voire, surtout, du bavardage de mes compères de covoiturage.

Néanmoins, chaque matin très tôt, de 5h45  à 7h, j’ai écouté un album quand même ! De la musique de chambre, donc, à volume très modéré pour ne pas troubler la quiétude des dormeurs, encore nombreux à cette heure ! Mais de rien belles choses, cependant ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Playlist de légende -à ce qu’il paraît…-

Ce matin, entre élections et cuisine, j’ai écouté « un album de légende » à propos duquel la presse, spécialisée ou non, fait tout un foin en ce moment, parce qu’il est paru il y a cinquante ans ce mois et qu’il a, paraît-il, marqué son époque, et bien au-delà.

Sauf que, cinquante ans après, je connais une bonne poignée d’albums qui sont parus la même année et que je situe bien plus haut dans mon panthéon personnel… Parce que franchement, « Sgt. Peppers Lonely Hearts Club Band », personnellement, je ne trouve pas cela aussi fabuleux que ça : très bien produit –pléthore d’instruments variés, beaucoup de petit détails sonores un peu partout, des traficotages électroniques dans tous les sens-, quelques jolies compositions un peu niaises, mais aussi pas mal de remplissage sans grand intérêt à mes oreilles.

De cette année sans doute importante pour l’évolution de la musique traditionnellement appelée « Pop-Rock », je préfère quantité d’albums, qui se retrouvent dans la playlist ci-dessous –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– : ma playlist de légende à moi !

Playlist sonore mais pas toujours

Ce matin, tôt, j’ai entamé une playlist qui s’est égrenée tout au long de la jnournée entre d’autres choses à faire, dont un très agréable repas en terrasse sur les bords de l’Ill où se construit –depuis quelques années et pour quelques années encore– un nouvel éco-quartier abritant le nouveau conservatoire national et proposant une très spacieuse et très belle médiathèque, le plus grand complexe cinéma d’Europe –avec pop-corn dans des seaux énormes modèle « famille nombreuse »– et des tours élancées, les trois « Black Swans » –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Bref, une belle journée ensoleillée, égayée par un chouette album des Rolling Stonesmalgré la date tardive, je l’aime assez, il propose quelques titres bien calibrés-, les versions originelles des chansons des Sex Pistols que l’on retrouvera plus tard sur « Never Mind the Bollocks », et qui font comprendre bien mieux ce qu’était l’esprit punk que les versions que l’on entend sur leur album officiel –cf. extrait ci-dessous-.

Les sonates de Schubert par Kempff sont intéressantes pour les plus courtes d’entre elles, où le pianiste se montre très à l’aise dans la maîtrise de la petite forme, et où, plus poète qu’orateur, il n’a pas besoin de dérouler un discours savamment articulé. Les plus ambitieuses de ses oeuvres pianistiques me séduisent nettement moins, quelle que soit la version envisagée d’ailleurs ! Enfin, l’album de Tveitt est très agréable à écouter, et très bien enregistré de surcroît ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.