Albums en série, part 8

8 albums pour découvrir mes années 70 !

La liste proposée pour découvrir les années 80 était arbitraire et partielle, celle-ci, consacrée à ma vision des années 70, l’est encore plus, du fait d’une sélection encore plus sélective : limiter les années 70 à 10 albums s’avère en fait extrêmement compliqué et, en définitive, nettement trop limité. Je pourrais facilement l’abonder d’une seconde liste tout aussi essentielle… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.


J’aime beaucoup chacun des albums présentés ici, qui ont tous contribué, à leur manière, à forger mes goûts et mon éducation musicale depuis leur découverte, qui date d’il y a très longtemps. On y retrouve d’éminents classiques, comme « Led Zeppelin IV » ou « Who’s Next« , « Never Mind The Bollocks » ou « Breakfast In America« , qui marquèrent chacun l’époque de leur empreinte, et des choses plus rares, comme le premier EP des Cramps et l’album de Starshooter, groupe lyonnais concurrent de Téléphone à la fin des 70’s. « Berlin » a rejoint la liste des albums mythiques alors qu’il fut vilipendé à sa sortie, et « Van Halen I » fit entendre, à sa parution, de tout nouveaux sons de guitare.
Que du bonheur dans cette liste, à mes oreilles au moins !

Playlist « Post-débat – retour en adolescence »

Hier soir, il y avait un truc à la télé qu’ils avaient appelé « Grand débat », et dont je n’ai vu que la fin. L’ensemble consistait en une suite de monologues au format twitter : parole contrainte, peu de temps pour exposer des idées, encore moins pour les développer, et, donc, nécessité d’émettre des formules-chocs de préférence –désormais, on dit des « punchlines »-… Pas édifiant, mais pas éclairant non plus , pour ceux, nombreux paraît-il, qui auraient encore besoin d’être éclairés -ce qui n’est pas mon cas, mon choix est déjà fait depuis un moment…-. En même temps, rien que l’affiche proposée laissait envisager l’austérité un peu bancale de ce « débat ».

Ça m’a quand même rappelé qu’avant, l’exercice était limité au seul second tour, et, depuis l’adolescence, j’ai vu a avec plus ou moins d’intérêt –les noms sont cités dans l’ordre alphabétique– : Giscard – Mitterrand 1981, Chirac – Mitterrand 1988, Chirac – Jospin 1995, et Hollande – Sarkozy 2012. En 2002, il n’y eut point de « duel télévisé » et j’avais zappé Royal – Sarkozy en 2007, n’attendant à peu rien ni de l’une, ni de l’autre !

Ce retour vers l’adolescence m’a conduit à me tourner, ce soir, vers une playlist de ce que j’écoutais « en ce temps-là ». –Cliquer sur ‘image pour la voir en plus grand-.

Des choses qui connurent un modeste succès mais presqu’oubliées désormais –The Lords of the new church– de l’absolument déjanté Stiv Bator-; mais également un groupe anglais qui ne perça pas complètement dans son pays d’origine mais connut un succès d’estime dans les pays du nord de l’Europe –Allemagne, Pays-Bas, Danemark et Suède notamment– : Fischer-Z, une espèce de new wave énervée et assez engagée, mais mélodieuse, avec d’excellentes lignes de basse –cf. l’extrait ci-dessous-; enfin, le premier album d’AC/DC est passé à la postérité, notamment pour « It’s a long way to the top », sans doute le seul morceau connu de gros blues rock proposant des cornemuses !

Playlist valeurs sûres

Après mon périple poitevin express –façon de parler…-, mes oreilles étaient avides d’un peu de musique, mais ayant assez à faire par ailleurs, il me fallait une playlist composée de musiques suffisamment connues pour que je puis les écouter « presqu’en passant ». D’où ce repli vers des valeurs sûres. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

J’ai été content de retrouver la chanson proposée en extrait ci-dessous, ça faisait bien longtemps que je ne l’avais plus écoutée et je l’ai toujours appréciée –et c’est elle qui, en France, installa définitivement la popularité du groupe, à la toute fin des années 70 !

Pendant ce temps, j’ai procédé à de multiples mises à jour, demandées par mon ordinateur, ce qui a pris un peu de temps. Il me souvient d’une époque où les mises à jour étaient mensuellement fournies sur les CD Rom des revues que l’on achetait. Désormais, tout passe par internet, et je me félicite d’avoir opté pour la fibre, parce que plus de 2Go à télécharger pour ces mises à jour, ça pèse, mais ça arrive en moins de cinq minutes…

Et maintenant, il est temps de s’attaquer au premier barbecue de l’année : le printemps semble vouloir s’installer durablement !

Black playlist

Qu’on ne s’y trompe pas, la playlist de ce jour, malgré les apparences –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, n’est pas conçue pour porter le deuil des illusions de nos amis d’Outre-Atlantique : elle a été composée hier soir, avant de connaître les résultats des élections qui se sont déroulées là-bas !

playlist08112016

Je concède cependant tout-à-fait volontiers que Joy Division convient parfaitement à un enterrement de première classe… Il n’empêche qu’il s’agit d’un album remarquable. Back in black, d’AC/DC, est également propice aux cérémonies de deuil et le premier album de Van Halen est peut-être bien leur meilleur –cliquer sur l’extrait musical ci-dessous pour prendre connaissance des pyrotechnies guitaristiques propres au groupe…-. A contrario, il ne faut pas revenir trop souvent à l’album consacré aux oeuvres de Philip Glass, au risque de l’indigestion et malgré le joli minois de la pianiste…

Playlist hétéroclite -et drôle de nouvelle-

Il pleuviote –pluviote, pleuvote !?!– et une partie des rues alentours est bloquée pour la matinée,  en raison d’une course à pieds à travers la ville ! Ce qui ne pousse pas à sortir… Hier déjà, mon projet de sortie a été avorté… De plus, les motards bloquaient la ville, occasionnant quelques gros bouchons !

DD2016

Pour affronter ces éléments contraires, une playlist hétéroclite fera parfaitement l’affaire : on y trouve notamment la version originale du concerto pour violon de Sibelius –c’est grosso modo semblable à la version finale, le compositeur ayant simplement procédé tardivement à quelques coupures plutôt bienvenues-, qui reste l’un des plus beaux du répertoire à mes oreilles.

Playlist17042016

Edit tardif : drôle de nouvelle lue ce matin ! J’en connais un qui a intérêt à se chauffer la voix et à rester sobre, sinon, il va à la catastrophe… Quoi qu’il en soit, et m^me dans ces conditions, je ne suis pas sûr que ça fonctionne !

Le rock fort rend sourd, ou dément, au choix !

BJohnsonOn savait déjà qu’un gros bout d’AC/DC, groupe de hard blues ayant peu à peu investi un hard rock beaucoup moins intéressant, avait dû être arraché au groupe, pour cause de démence incompatible avec la vie en tournée et le son poussé très très fort ! Voici qu’on en arrache un deuxième gros morceau, puisque cette fois-ci, c’est Brian Johnson, le hurleur de service, qui est atteint de quasi-surdité et se trouve donc remercié par ses petits camarades de jeu à la va-vite, et pas très proprement semble-t-il… Après plus 35 ans de bons et loyaux services quand même !

Bref, le rock fort rend dément, ou sourd, au choix, mais sûrement pas très charitable ! Pour garder un souvenir de ce fou hurlant à la voix à peu près unique en son genre, un petit extrait s’impose !

Playlist en rouge et noir

C’est dimanche, et j’aborde la discothèque par couleurs, sans envie précise ou plus particulière, la pile des nouveautés étant en bonne voie d’épuisement… J’ai quand même, outre la playlist affichée ci-dessous –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, découvert quelques oeuvres symphoniques des fils Bach : rien d’inoubliable, mais ça s’écoute agréablement.

Playlist13032016

Ce matin, l’IA s’est montrée faillible, et après quatre heures de lutte acharnée, l’homme a vaincu, dans une situation à nouveau fort complexe ! l’honneur est sauf, et on a même, déjà, trouvé un nouveau candidat au suicide ! La victime en cours tenait exactement le même discours il y a quelques semaines…

Playlist bruyante, ou pas

C’est une playlist bien contrastée qui a accompagné ce début de journée ! –Cliquer sur l’image pour la voir en grand-.

Playlist20092015

Première surprise : le Bruckner en formation de chambre est une vraie réussite ! L’oeuvre supporte ce traitement sans rien y perdre, l’ensemble fonctionne parfaitement et l’écoute est des plus agréable. Un CD chaudement recommandé !

Je ne suis pas très fan de l’album d’AC/DC : non pas qu’il soit mauvais dans l’absolu, mais il s’avère bien trop long et surtout trop monolithique pour soutenir l’attention durablement, la même recette étant peu ou prou appliquée depuis plus de 40 ans : c’est, en fait, le problème majeur de bien des groupes, de nos jours. La durée des albums a changé depuis l’apparition du CD, et aux 40 minutes des LP à deux faces ont succédé des disques dont la durée approche, voire dépasse, une heure, soit la durée d’un double LP des années 60-70.

Evidemment, la matière ne suit pas toujours, et il me semble que les albums conçus après les années 90 comportent bien plus de remplissage qu’autrefois : le mieux est souvent l’ennemi du bien ! Après tout, si on y réfléchit, très peu de double-albums ont été vraiment des réussites majeures –de mémoire : Blonde On Blonde; All things must pass; Exile on Main Street; London Calling; The Wall; Kiss Me Kiss Me Kiss Me; quelques live ou des compilations, mais leur cas est différent…-. J’en oublie évidemment quelques-uns, mais la liste n’est pas si longue…