Tuerie d’automne !

Avec le retour de l’automne, l’un de mes desserts favoris –en général, je mange peu de sucre, mais, de temps à autre, je ne refuse pas un dessert, même si, en la matière, j’ai des goûts peu variés : tiramisu, café liégeois et, donc, cette chose légère et savoureuse, connue sous d’autres contrées sous le nom de Mont-Blanc et, localement enrichi, dégusté sous le vocable de torche aux marrons-.

Depuis quelques jours, on en retrouve, enfin, en pâtisserie et, ce matin, j’ai craqué et en ai achetés de quoi en manger tout le week-end –je ne cuisine quasiment aucun dessert moi-même, hors quelques tartes de saison– ! Accompagné d’une composée de mandarines, c’est absolument goûteux !

C’est beau, c’est gros, c’est bio…

The CookingCat achète chaque semaine les légumes qu’on mange –surtout elle, parce qu’elle ramène des trucs exotiques du genre topinambour, qui servit naguère à faire de carburant et qu’il est vain de vouloir me faire manger…– chez un producteur  local « Bio ». Achats que je me sens régulièrement obligé de compléter par des choses plus traditionnelles comestibles trouvées ailleurs, pour le coup…

Hier, elle a ramené cette drôle de chose, assez énorme et pesant un bon poids –sachant qu’elle est posée sur un verre pouvant facilement contenir 33cl de bière, sans compte la mousse, je vous laisse imaginer la taille de l’engin-.
Il paraît que ce serait une aubergine… c’est du moins comme cela qu’elle me l’a présentée, mais j’ai comme un doute ! Mais sa couleur est jolie, bien que différente celle a priori attendue pour une aubergine, du moins dans mon esprit !
Cliquer sur l’image pour a voir en plus grand, ce qui vous donnera une petite idée de la chose et sera toujours trois fois plus petit que la réalité…-.

A voir si j’en mangerai, je n’éprouve pas de grande passion pour ce légume…

Le « Contr’Hamburger de la forêt »

Recette du jour, simple et assez rapide… Un faux hamburger qui ne se mange pas à la main…

• Cuisson
– Tu pèles et tu éminces deux oignons
– Tu en fais revenir la moitié avec un peu de beurre pendant quelques minutes : ils ne doivent pas brunir ! Tu réserves ces oignons revenus.
– Tu fais ensuite revenir tes filets mignons de chaque côté puis tu les laisses cuire à feu très doux pendant quelques minutes -pas plus de dix-.
– Tu réincorpores les oignons revenus et tu poursuis la cuisson pendant 5 minutes, en assaisonnant à ton goût. Tu réserves.
– Tu déroules les deux pâtes feuilletées que tu peux acheter toute prête dans le commerce, il y en a de très bonnes !
– Tu déposes sur chaque pâte feuilletée une tranche de jambon et du gruyère râpé –environ 75-100 grammes-. Tu assaisonnes modérément.
– Tu déposes sur chaque pâte garnie ton filet mignon revenu avec ses oignons.
– Tu enveloppes délicatement ce filet mignon de la pâte feuilletée garnie et tu soudes les bords avec un peu de jeune d’oeuf.
– Tu mets à cuir au four –180 à 200 degrés, 45 minutes-.
– Pendant cette cuisson, tu fais revenir des champignons –il existe d’excellents mélanges surgelés dans le commerce-, à feu très vif, puis très doux : attention, les champignons contenant énormément d’eau, il faut en mettre beaucoup pour en récupérer un peu !!!
– Dans une autre casserole, tu fais revenir avec un peu de beurre l’autre moitié des oignons pelés et émincés tout au début ! Tu peux les laisser revenir assez longtemps à feu très doux, l’ensemble doit devenir moelleux et fondant, sans que les oignons brunissent. En fin de cuisson, tu rajoutes du piment d’Espelette, un peu de Cheddar coupé en petits morceaux qui va apporter une saveur un peu plus relevée et de l’onctuosité, une généreuse cuillère à soupe de moutarde fine et 25 cl de crème fraîche « fluide-épaisse ».

• Montage
-Tu découpes délicatement de fines tranches de filet mignon en croûte.
– Dans un cercle de cuisine, tu en déposes une à la base du dispositif, que tu recouvres de champignons poêlés.
– Tu redéposes au-dessus des champignons une seconde tranche de filet mignon en croûte.
– Tu décercles l’ensemble précautionneusement et tu le nappes de sauce oignon-crème fraîche-moutarde.

• Service
– Tu sers accompagné d’une galette de légumes et de salade verte et tu dégustes tranquillement accompagné d’un vin rouge léger -un bon Beaujolais- ou d’un vin blanc d’Alsace un peu sec –tu penses à consommer ces deux liquides avec modération, cela va sans dire…-.

Et voilà ! Léger –si si– simple et goûteux ! De quoi égayer toutes les papilles en ce dimanche de fête des pères ! Ça marche aussi à Noël, avec des marrons et des abricots confits ajoutés aux champignons, par exemple…

Les surprises de l’Avent. 2016.2

surpriseaventChaque week-end nous rapproche un peu plus de Noël… La surprise de ce deuxième week-end de l’Avent devrait vous aider à patienter dans la joie et la bonne humeur. Elle est désormais disponible.

Dans le même temps, cette période d’attente est pavée d’une consommation modérée de vin chaud, pour réchauffer le corps, qui en a autant besoin que l’esprit : hier, avec quelques collègues, c’est un vin blanc chaud qui fut à l’honneur, très agréablement épicé et vraiment bon –si vous essayez la recette livrée dans le lien, un seul conseil : remplacez le sucre par deux grandes cuillères de miel, c’est bien meilleur ! Plus généralementc’est beaucoup plus doux qu’avec du vin rouge-, sur un petit marché de Noël local, dont c’était la seule échoppe qui a retenu notre attention  :mrgreen: … Le week-end prochain, ce sera de la cervoise tiède –si si, ça existe…– !

Flammekueche Party !

C’était hier soir et c’était bon ! Tu allumes le four à bois, tu y déposes une à une tes flammekueche, tu laisses la flamme lécher le bord de la tarte, tu sors et tu dégustes !

Flammekueche_Party

Pour la recette, rien de plus simple :

  • tu fais une pâte à pain sans levain, que tu étales fin fin fin –c’est le seul aspect un peu sportif de la chose, ta pâte étalée doit être de l’ordre du millimètre…-.
  • tu y dépose ton appareil –mélange crème – fromage blanc et un peu d’huile de colza, plus sel et poivre– que tu recouvres de lardons et d’oignons émincés fin fin fin eux aussi;
  • tu déposes dans le four chaud chaud chaud pendant très peu de temps : quand les bords commencent à noircir, tu sors ta tarte et tu la manges, mais pas n’importe comment : les couverts sont bannis, et tu enroules sur elle-même ta part de tarte pour qu’elle reste chaude !
  • tu savoures avec une bière –pour les plébéiens– ou, bien mieux, avec un verre d’Edelzwicker !

Trève des confiseurs et Fab Four pushing

Depuis l’arrivée des Fab Four sur les plateformes de streaming, ma boîte à spam est inondée de pubs me signalant cette arrivée ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

BeatlesPushing

Je suis donc, en consommateur informé, allé voir sur place ce qu’il en était : rien d’extraordinaire, à savoir que voilà, c’est leur discographie dans de bonnes conditions de remastering qui est proposée, et uniquement en versions stéréo, sauf erreur de mézigue.

BeatlesJeuEt puis cette pub est mensongère, quoi qu’il en soit, parce que « All I need pour Noël, ce n’est pas The Beatles ! ».  :mrgreen:
Même mon quotidien du matin préféré s’y est mis : j’ai donc fait leur petit jeu, n’espérant pas grand-chose en terme de score, puisque, d’une part, je n’aime pas outre mesure le groupe, et d’autre part, je n’ai jamais cherché à approfondir très avant leurs productions. Au final, agréable surprise pourtant, avec un score qui n’est pas trop ridicule –alors que certaines questions le frisent, justement 😉 !-. Vous pouvez encore, si vous le souhaitez, participer à ce petit jeu pour vous en rendre compte par vous-même.

Hier, pour le dernier repas de Noël, c’était moi qui me collais à la cuisine : boeuf bourguignon aux épices de Noël –3 kg de viande, 1 kg de lard, longuement marinés, cuits 3 heures puis recuits 4 heures– oignons et carottes glacés à l’armagnac et au miel : rudement bon, mais après déjà deux jours d’agapes, personne n’avait grand-faim, et nous avons donc des restes jusqu’au prochain réveillon !!!

Playlist spéciale Saint-Nicolas

MaenneleAujourd’hui, 6 décembre oblige, l’événement, ce sont les élections régionales comme partout ailleurs, d’ailleurs, c’est fait : j’ai déjà voté ! c’est la Saint-Nicolas, événement relativement limité à l’Alsace et à la Lorraine si on reste dans les frontières hexagonales.
La tradition veut donc que Saint-Nicolas remplisse les souliers des enfants de quelques gourmandises, en échange de la carotte déposée dans lesdits souliers, laquelle est destinée à nourrir son âne. Les jours de classe, Saint-Nicolas, accompagné du Père Fouettard qui punit les méchants et fait très dur aux jeunes enfants, se rend également dans les écoles, où il distribue des mannele –mannala pour les Haut-Rhinois, maennele selon certaines prononciations– , qui sont des petits pains briochés en forme de bonhomme, agrémentés parfois de pépites de chocolat pour les yeux et le nombril –cliquer sur l’image pour voir en plus grand à quoi ça peut ressembler quand c’était fait à la maison, du temps où les nains étaient encore tout jeunes-.

Evidemment, pas question de faillir à cette tradition, qui est restée très vivace en nos riantes contrées : petits, les nains participaient chaque année au défilé de Saint-Nicolas et se montraient invariablement plus attirés par l’âne, qu’ils avaient le droit de nourrir et de caresser,  que par toute autre considération ! Et même maintenant qu’ils sont devenus grands, pas question de ne pas en manger chaque 6 décembre !

La playlist de la matinée, entre cuisine et bureau de vote : le « Sacre du printemps » y apparaît deux fois, dont une une version pour deux pianos plutôt réussie.

Playlist06122015

Maigret m’a emmené dans la cuisine

Comme je vous l’avais indiqué plus avant, mon défi-lecture doit me conduire à lire l’intégrale Maigret avant le 31 décembre 2015.

A mon avis, c’est mal barré, j’en suis à 16, mais je commence un peu à me lasser : à force, tout cela se ressemble un peu, et son caractère vaguement monolithique fait que cela en devient prévisible. Mais c’est très bien néanmoins, juste pas fait pour être lu en série à aussi haute dose –et l’écriture de la séries s’est déroulée sur une trentaine d’année, au moins…-. On va donc dire que j’ai perdu mon pari afin de conserver le plaisir de la lecture…

ChouChoucroutePar contre, à force de le voir entrer et sortir de table, ça m’a donné envie de refaire un peu de « cuisine de bistrot ». Hier soir, donc, confection d’une mega-choucrouteon entre à peine dans la saison, mais la vente de choucroute nouvelle a débuté il y a quelques jours– : bon, un plat de 4 kilos tout compris, ça va faire quelques restes pour la semaine, mais ce fut diablement bon ! Et, aujourd’hui, j’ai passé une partie de la matinée à mettre un petit bourguignon à mitonner, ce qu’il continue à faire à cette heure, parfumant toute la maison… Me reste plus qu’à bougonner à qui-mieux-mieux, et Maigret aura totalement déteint sur moi !

Les romans et nouvelles lus cette semaine sont juste en-dessous –cliquer sur les images pour les voir en grand-.

MaigretS3

Retour de vacances

Et voilà, pour cette année, les vacances c’est déjà du passé ! Restent les souvenirs, excellents, et un plein de photos dont quelques-unes sont d’ores-et-déjà en ligne, ici.

Biere-DiablotinLes locaux sont très gentils, ils m’avaient réservé un accueil festif digne d’un diablotin en vacances, comme le montre cette petite photo –cliquer sur l’image pour la voir en grand-. La plus forte est vraiment trop forte à mon goût –près de 12° pour une bière, ça commence à faire beaucoup…-, mais la première, en boîte noire, est vraiment très bonne !

Sinon, petite maison accueillante, avec vue sur la mer –de loin-, bonne visibilité des côtes anglaises certains jours, gastronomie locale un peu roborative mais goûteuse, météo idéale : bref, de vraies vacances.

On a eu droit, en prime, à une mini-tempête, mais également à de gros coefficients de marée –jusqu’à 110-, permettant de découvrir de magnifiques et très étendues plages de sable fin, avec tous leurs coquillages et leurs jolis bateaux et même leurs cerfs-volants…

CoucherSoleil

Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand