Playlist de la miniature à la grande forme

Pour entamer cette semaine précédant des échéances électorales aux résultats quelque peu illisible –une telle incertitude, c’est assez rare-, c’est une playlist assez éclectique à laquelle je me suis adonné aujourd’hui, avec, dans tous les cas, des prises de son de qualité, ce qui ne gâte rien ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Elle couvre près de trois siècles et de multiples formes musicales, allant des miniatures pour piano de Satie, très aimables dans leur genre –et encore plus dans cette excellente interprétation– à la grande forme –encore une fort belle version, pour la dernière symphonie achevée de Mahler, qui représente pour moi un pris de décomposition de la Vienne d’avant la première guerre mondiale, puissamment dépressive dans son expressivité presqu’exacerbée-.

Pour suivre ce monument, que je n’écoute pas si souvent que ça, une belle version des quatre saisons de Vivaldi, agrémentée de compléments bienvenus et disparates, s’imposait ! Contraste et rayons de soleil assurés ! Pour finir un détour par l’Espagne de Granados et Albeniz, à travers leurs oeuvres pour piano les plus connues, qui sont de belle et bonne facture –cf. le petit extrait ci-dessous-.

Playlist « concerts du dimanche »

En ce début de dimanche matin, je vais au concert aux quatre coins du monde avec cette playlist plutôt disparate ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

La neuvième symphonie de Mahler par Herbert Von Karajan est l’un de ses rares albums officiels –à savoir : publié du vivant du chef et avec son accord– enregistré en concert : c’est une très belle version, l’un des sommets de la discographie de cette oeuvre. L’orchestre, dans cette oeuvre difficile, est d’une beauté exceptionnelle –surtout si on compare sa prestation avec celle de Bernstein, dans la même oeuvre, quelques mois auparavant-.
De même, l’autre album consacré à un concert de Karajan à Salzbourg le 13 août 1972, propose la meilleure version de la quatrième symphonie de Schumann, une oeuvre que j’aime tout particulièrement, qu’il m’ait été donné d’entendre. Elle date de l’époque de la très courte collaboration du chef avec la Staatskapelle de Dresde, l’un des tout meilleurs orchestre au monde.
A son décès, l’éditeur à l’étiquette jaune sortit sporadiquement quelques documents d’archives consacrés à des concerts du chef, qui sont autant de trésors à thésauriser, tant ces événements apportent un supplément d’âme par rapport aux enregistrements de studio –mais attestent aussi que la beauté légendaire des timbres qu’il obtenait en studio n’était pas un artifice : la sonorité est exceptionnellement belle au concert aussi-.

L’album des Clash est une compilation de bandes enregistrées lors de concerts assez tardifs dans la courte carrière du groupe, et nous promène de l’Angleterre à divers stades des USA, où ils « ouvraient » les concerts des Who. De l’énergie à revendre, comme vous pourrez l’entendre sur l’extrait proposé ci-dessous, retenu notamment pour sa ligne de basse simple mais redoutablement efficace !

Enfin, l’abum de Canned Heat est constitué de bons vieux boogie-blues entraînants et tout-à-fait classiques. c’est un peu monolithique que la durée, mais, de temps à autre, c’est bienvenu et facile d’approche et d’écoute. Il fut enregistré en 1979, lors d’un festival célébrant les dix ans du festival de Woodstock, auquel le groupe avait déjà participé, peu de temps après sa naissance.

Playlist vieilles versions de vieux classiques

Profitant du grand calme régnant dans la maison, j’ai écouté « un peu fort », ce matin, quelques symphonies –3, 4, 5, 6, 7, 8– de Beethoven, classiques d’entre les classiques, dans de « vieilles » versions, après avoir écouté, en préalable, un disque relativement récent des mêmes oeuvres par l’une des stars de la direction d’orchestre actuelles, le jeune chef vénézuélien Gustavo Dudamel –cliquer sur l’imagette de droite pour la voir en plus grand-.

Education de l’oreille oblige et goûts personnels assez marqués dans ces oeuvres, j’ai très nettement préféré toutes les « antiquités » écoutées –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– à cette version bien plus récente.

Elles datent toutes des années 50 et sont généralement bardées de distinctions nombreuses, quand l’interprétation de ces oeuvres étaient assez nettement répartie selon deux grandes options : une ligne claire et « objective « défendue par Arturo Toscanini -« Quand je dirige le premier mouvement de l’Eroica, c’est écrit Allegro, et pas Napoléon Bonaparte »- et Erich Kleiber, et une ligne plu subjective et lente illustrée ici par Eugen Jochum, dans la lignée de Furtwângler. Le jeune Karajan est à part –extrait ci-dessous, absolument formidable !-, conciliant ces deux approches –vivacité des tempi et clarté des lignes, mais souplesse des phrasés– et s’inspirant du grand Felix Weingartner, qui avait codifié l’interprétation des symphonies de Beethoven au début du 20ème siècle, notamment en matière de tempo.

Personnellement, j’ai toujours préféré ces approches relativement « objectives » à celles plus « romantisantes » inspirées par Furtwängler, pour lesquelles j’ai quelque peine à me passionner, malgré leur prestige. Une bien belle matinée, quoi qu’il en soit !

Playlist pour aborder les fêtes

C’est un peu une playlist de fainéant que je propose à mes oreilles pour entrer dans la période des fêtes, entre deux achats et quelques recherches pour améliorer le menu du Réveillon –les courses sont faites quant aux victuailles, les idées d’accommodement de tout cela commencent à émerger !-. Donc, entre ces diverses occupations, agréables mais un peu chronophage avec la foule, j’écoute des choses un peu légères et propices à la fête, dans les versions les plus immédiatement accessibles –je sais exactement où les trouver sur les étagères, sans avoir à trop fouiller…-. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

L’ouverture de la « Cavalerie légère » de Franz Von Suppé n’a de légère que son nom –cliquer sur l’extrait pour vous rendre compte que vous connaissiez sans peut-être le savoir !-…

Les autres ouvertures du compositeur s’écoutent très aisément, sans avoir besoin qu’on y prête une attention trop grande, l’ensemble étant aimable mais sans prétention. Il en va de même pour les ouvertures de différentes opérettes d’Offenbach, de belle qualité, dans une interprétation plutôt vilipendée en France mais louée à l’étranger au moment de sa sortie, pour la beauté de l’orchestre et des phrasés notamment. Le chef, en revanche, est dans son meilleur répertoire avec les valses des Strauss, qu’il enregistra régulièrement, et régulièrement avec bonheur, tout au long de sa carrière.

Enfin, le disque consacré à des concerti de Noël du baroque italien me rappelle les Noëls de mon enfance : avant l’émergence du courant HIP –baroqueux pour les intimes-, ces version faisaient fureur dans les chaumières –il s’agit de l’une des meilleures ventes de Karajan, qui vendit beaucoup, comme chacun sait– et il tourna régulièrement sur la platine paternelle chaque fin d’année.

Playlist « La première est la dernière »

beeth_kgoldJe vous parle ici d’un temps que les moins de 33 ans ne peuvent pas connaître… Au sortir de l’adolescence, j’entrais dans la vie active avec l’enviable statut d’étudiant salarié et avais donc quelques sous à consacrer à l’achat de disques : beaucoup de 33T à cette époque, mais je commençais également à acheter les tout premiers Compact Disc.

A cette époque, donc, le CD fit son apparition, d’abord très discrète, dans les étalages des disquaires. On ne pouvait pas encore parler de rayons ou de bacs, tant ils étaient en petit nombre –et l’offre donc très restreinte-. Chez « l’agitateur culturel » –à l’époque, le slogan lui allait assez bien, depuis…-, on n’avait même pas accès à la chose : une photocopie de la pochette sous plexiglass servait à choisir son CD, et un vendeur vous accompagnait à la caisse avec l’objet : il ne vous était pas remis avant passage à ladite caisse ! Chez mon revendeur préféré, qui restait encore pour une très courte période « le premier disquaire de France » –mais le CD contribua paradoxalement à sa perte-, j’avais le droit d’en écouter quelques-uns dont les boîtiers étaient déjà descellés –parce que le vendeuses, pour faire leur travail de conseil, étaient tenues de les écouter auparavant : ce temps-là a également disparu : désormais, les vendeurs remplissent vident les rayons…-.

portr_beeth_1804C’est à cette époque qu’Herbert Von Karajan commença à enregistrer, pour une nouvelle postérité, sa dernière intégrale des symphonies de Beethoven –mais aussi de larges pans de son répertoire avec une boulimie frénétique, malgré la maladie et les relations dégradées avec son orchestre berlinois-, qui fut donc la première disponible en CD.

Disons-le tout de suite : elle n’a pas eu aussi bonne réputation que les précédentes –les deux premiers albums du coffret, soit 5+6 et 9 furent cependant largement primés, en France et en Allemagne, par la presse spécialisée : l’appréciation fut donc largement positive, mais un peu plus nuancée que pour les deux intégrales précédentes– et ne bénéficie pas de l’aura mythique de ses devancières –surtout celle de 1962-. La prise de son, mate et compacte, reste le principal obstacle à une découverte de ce corpus dans de bonnes conditions : on était encore au début de l’enregistrement digital chez l’éditeur jaune.

Quelques années plus tard, un nouveau remastering parut, selon le procédé « Original Image Bit-Processing », qui permit enfin d’en profiter dans de meilleures conditions –et de revendre, dans ce son largement amélioré, mais loin d’être idéal pour autant, les mêmes CD à prix fort-. C’est donc cette édition qui est l’objet de la playlist de ce jour.

beeth_56_kgoldDepuis l’achat de ce qui fut mon premier CD de musique classique –symphonies 5 et 6, la neuvième fut acquise la semaine suivante. Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, bien de l’eau a coulé sous les ponts de l’Ill et du Rhin… Au bilan de cette intégrale : je reste très attaché à la symphonie Pastorale, extrêmement bien jouée, avec des timbres magnifiques et un clair-obscur saisissant qui lui sied à ravir –cf; l’extrait ci-dessous-.
Je reviens souvent avec beaucoup de plaisir vers le dernier mouvement de la Troisième –le reste de la symphonie est très bien aussi, mais pas aussi excellent-, qui coule avec puissance et naturel. La Cinquième est puissante –et le dernier mouvement très sonore !– mais je préfère d’autres versions du chef, ce qui vaut également pour la Neuvième. La Quatrième et la Septième sont celles qui souffrent le plus de la prise de son, la Huitième est moins réussie qu’auparavant, et j’écoute très rarement la première et la Deuxième, dans quelque version que ce soit.

Playlist presque « contemporaine »

Il fut un temps où l’on appelait la musique contenue dans la playlist de ce jour « Musique contemporaine » et, pour certaines oeuvres, l’appellation a tendance à perdurer, du fait qu’elles sont « atonales ». –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

playlist23092016

Cette playlist du jour reste néanmoins très agréable à écouter et n’est pas si difficile d’accès que le nom des compositeurs pourrait le laisser supposer. Les deux premiers albums, de surcroît, donnent à voir des pochette parmi les plus belles que je connaisse : le plaisir des yeux rejoint le plaisir des oreilles !  L’interprétation des oeuvres de Schönberg, Berg et Webernqui ont toutes, grosso modo, été composée entre les deux guerres mondiales-s’avère par ailleurs très réussie, dans une veine postromantique qui leur sied admirablement, et ne constitue pas un contresens.

L’illustration de l’album de Hindemith est, à l’inverse, à peu près aussi austère que sa musique –c’est néanmoins l’un de mes compositeurs préférés du « premier » vingtième siècle : l’essentiel de sa production date des années 30 et 40, même ‘il est mort en 1963– et celle du disque de Ketèlbey, compositeur anglais comme son nom ne l’indique pas vraiment, s’avère aussi colorée que sa musique, très légère de surcroît : les anglais appellent ces bluettes des « Light Classics », écrites entre 1910 et 1930 pour la plupart.

Bref, une très jolie playlist pour aborder le week-end, qui s’avère estival en ce début d’automne.

En écoutant l’extrait suivant, vous trouverez par ailleurs trace d’une chanson de l’un des grands auteurs-compositeurs français : saurez-vous l’identifier ? C’est assez facile, car la chanson est rentrée dans le répertoire courant.

 

Playlist en mode décadence

Allez, pour la détente des oreilles après deux journées de labeur, quelques grosses machines pour gros orchestres –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, comme je les aime parfois, et qui caractérisent la plupart des oeuvres qui composent cette playlist, et qui ont toutes été composées dans le premier tiers du vingtième siècle –sauf la 11ème symphonie de Shostakovich, plus récente-.

Playlist06092016

La troisième symphonie de Glière, l’une des plus longues du répertoire classique, est donnée ici dans une version raccourcie –les deux versions dans ma discothèque ont subi ce traitement, sans que je puisse dire que j’en souffre réellement : ça semble très équilibré ainsi– : il s’agit d’une oeuvre à programme, fondée sur la vie légendaire du bogatyr Ilya Mouromets. C’est assez réussi dans son genre, sans rien de révolutionnaire ou de novateur, mais avec quelques envolées mélodiques très efficaces, de beaux cuivres sonores et éclatants et de nombreux contrastes tout au long de l’oeuvre –cliquer sur l’extrait sonore pour découvrir à quoi ça peut ressembler– !

A l’écoute, on se rend compte de la récupération qu’ont pu en faire certains compositeurs de musique de films –il en va d’ailleurs de même pour certains passages très évocateurs des Planètes de Gustav Holst, compositeur anglais comme son nom ne l’indique pas-.

Playlist « cohérence visuelle »

Au début des années 60, et jusqu’à au milieu de cette décennie, Herbert Von Karajan devint pour quelques années «artiste exclusif» pour la firme Deutsche Grammophon et enregistra avec «son» orchestre philharmonique de Berlin, dont il avait été nommé chef à vie –la seule condition qu’il posa pour accepter le poste– quantité de disques qu’il vendait comme des petits pains.

A cette époque, la firme entreprit, pour une dizaine d’albums, de donner une forme d’unité visuelle aux productions du maestro –et sans aucune photo d’icelui-, pour mieux souligner sans doute le caractère idiosyncrasique qui commençait à poindre dans son approche des oeuvres enregistrées : un genre de clair-obscur prenant appui sur un sens exacerbé de la ligne mélodique et les cordes graves de l’orchestre, mais aussi sur une rigueur rythmique affirmée.

Playlist30032016

Cela nous vaut de bien jolies pochettes –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, certes, mais, surtout, un Sibelius épatant, un Debussy – Ravel à peine moins impressionnant –ce disque a toujours eu une côté remarquablement élevée à l’étranger, où on le considère comme l’un des absolus fleurons de la discographie de Debussy, beaucoup moins en France, où, c’est bien connu, on n’y connaît rien quant à la musique française…-, un Berlioz aux timbres impressionnants, mais très éloigné de cette fameuse french touch, et un Stravinsky à la sauvagerie raffinée –il fera mieux dix ans plus tard-.

Playlist en rouge et noir

C’est dimanche, et j’aborde la discothèque par couleurs, sans envie précise ou plus particulière, la pile des nouveautés étant en bonne voie d’épuisement… J’ai quand même, outre la playlist affichée ci-dessous –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, découvert quelques oeuvres symphoniques des fils Bach : rien d’inoubliable, mais ça s’écoute agréablement.

Playlist13032016

Ce matin, l’IA s’est montrée faillible, et après quatre heures de lutte acharnée, l’homme a vaincu, dans une situation à nouveau fort complexe ! l’honneur est sauf, et on a même, déjà, trouvé un nouveau candidat au suicide ! La victime en cours tenait exactement le même discours il y a quelques semaines…

Cadeau somptueux

Sibelius_EdtionC’est un cadeau somptueux que m’a offert Compagne-à-moi pour le dernier anniversaire de ma cinquième décennie –si si, c’est juste, vous pouvez vérifier sur vos doigts…-. Elle a dû se rendre compte que je lorgnais sur l’objet depuis plusieurs semaines, et que ça figurait dans ma wishlist.

 L’objet est donc beau –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, très joliment présenté avec quelque photos un peu inédites, pas trop épais –ce qui compte quand on a de moins en moins de place pour le rangement…– et plein de belle musique, dont certaine peu connue, bien que pas tout-à-fait rare. Nombreuses sont les interprétations qui furent primées en l’une ou l’autre occasion. Cerise sur le gâteau, les textes des lieder et autres musiques de scène sont présents, et traduits en anglais, ce qui aide à leur bonne compréhension.

Le seul regret, mineur, c’est l’absence des pochettes originelles, mais,  internet aidant, ça se retrouve assez facilement –cliquer sur l’image ci-dessous pour avoir un aperçu de quelques-une d’entre elles, très anciennes, en plus grand– !

CasqueAudioOn retrouve donc les 7 symphonies selon 3 chefs, de la musique de chambre, une très belle version du concerto pour violon –l’une des plus belles de cette oeuvre, qui en a connu de nombreuses-, des lieder par deux grandes figures du chant lyrique et de la musique de scène et des poèmes symphonique par un  chef que je n’avais encore jamais entendus –Jussi Jalas, qui fut par ailleurs gendre du compositeur-.

Bref, 14 CD pour de nombreuses heures de belle et bonne musique, pour voyager très agréablement au coeur de la Finlande, de ses lacs et de ses forêts !

Deux cerises sur un gâteau, c’est presque trop, mais j’ai également profité de l’occasion pour, enfin, m’acheter un casque audio de qualité, afin de profiter de cela en toute discrétion !

Sibelius_PochOrigine