Playlist fourre-tout multicolore

Entamée dès l’aube, cette playlist aux jolies couleurs devait nécessairement commencer par de la musique calme et écoutille à volume modéré, dimanche matin oblige ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Deux heures durant, donc, c’est Erik Satie et JJ Cale qui ont commencé par tourner sur ma platine : dans une version princeps, mélodies simples et dépouillées portées par un pianisme sans grands contrastes dynamiques pour l’un, musique « laid back » très agréable et apaisée pour le second.

Ce qui m’a conduit à la première pause café de la matinée, avant de poursuivre désormais avec deux albums plus remuants. L’album des Cure comprend en fait un « album bonus » par lequel, à cette heure encore précoce de la journée, je vais entamer l’écoute : les mêmes chansons, mais en versions acoustiques : pas totalement dépaysant, mais de belles adaptations avec un instrumentarium relativement varié.
Passé 9 heures, il sera temps d’attaquer « Dirty Works » des Rolling Stones : assez largement décrié lors de sa sortie, du fait notamment d’une production ratée et d’un mixage parfaitement atroce qui met la batterie très en avant comme on aimait le faire dans les années 80, l’album a cependant assez bien vieilli et certains titres s’écoutent avec plaisir.

La Passion de Theresa

C’était hier, à Salzburg, et Theresa a vécu sa Passion : des moments difficiles –et presque cruels pour elle-, son intervention en conférence de presse la voyant apparaître totalement rincée, volontiers grincheuse et absolument dans le déni de ce qui lui arrivait alors… Une humiliation en live, assez pénible à vivre sans doute !

La photo montre bien à quel point le continent est isolé du Royaume-Uni !

Playlist « Nuits blanches »

Parti en séminaire durant les trois derniers jours de la semaine, j’ai passé deux nuits quasi-blanches qui m’ont permis de réviser quelques classiques présents sur mon iPad pour passer le temps et, éventuellement, trouver de quoi me bercer pour m’endormir –ça n’a pas marché pour ce qui est du sommeil, mais j’y ai trouvé quelques satisfactions auditive quand même ! -.
Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand : les grands noms côtoient les grands noms  et le tout s’écoute avec un plaisir certain ! -.

Comme j’étais parti très tôt mercredi matin, ça fait près de 60 heures quasiment sans dormir : ce qui n’est plus raisonnable à mon âge vénérable, et je suis donc revenu à la maison hier soir avec un gros mal de crâne à peu près dissipé ce matin ! Même si je suis généralement un « petit dormeur », je n’étais pas malheureux de retrouver mon lit hier soir !
Nonobstant, ce séminaire a vu le meilleur côtoyer le pire, comme c’est souvent le cas en ces occasions, et il aurait pu être raccourci d’une journée –et donc d’une nuit où j’aurais pu dormir…-, mais ça reste surtout l’occasion de revoir des collègues venus de toutes les régions pour parler d’autre chose que du travail !

Au bonheur de mon dos !

En tout début d’après-midi, le fauteuil ergonomique que j’ai commandé pour mon bureau est arrivé, précédé samedi, dans un colis séparé, des roues « spéciales parquet » dont je voulais l’équiper et qui s’avèrent remarquablement silencieuses et performantes en matière de « roulement » ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Il faut dire que l’ancien, que j’ai eu pendant plus de 10 ans, était bien usé et ne nous avait pas accompagné lors de notre déménagement. Depuis, donc, j’étais installé sur une chaise de salle à manger, ce qui n’était pas du dernier pratique, ni, surtout, très confortable pour des sessions un peu prolongées devant l’ordinateur !
Néanmoins, vu les prix assez astronomiques de ce genre d’objets dès lors qu’ils sont estampillés « Ergonomique », j’avais longtemps cherché pour en trouver un en soldes : il est donc arrivé, assez rapidement, directement d’Allemagne dans un énorme colis, aujourd’hui, et son montage a nécessité quelques minutes seulement.

Ce nouveau fauteuil est réellement très confortable –assise et dos– et, grâce aux roulettes que j’y ai adaptées, sera bon pour mon dos et, cerise sur le gâteau, bon pour le parquet !

L’énigme du jour : nouvel appartement !

Alors que les travaux de rénovation sont désormais quasiment achevés et que nos activités de rangement sont en bonne voie d’avancement, il était temps que je vous propose une photo de notre nouvel appartement : une vraie maison de diablotin, non ? –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand : malheureusement une photo en petit format ne rendra jamais compte de la beauté de notre nouvel intérieur 😉 !

Devinette du jour : qui a aussi magnifiquement dépeint notre nouvel intérieur ?
Il s’agit là de l’un de mes tableaux préférés, dont l’auteur –un artiste énigmatique qui avait parfois quatre mains !– n’est pas très connu. L’oeuvre, en réalité, est d’assez grand format –175×113– et foisonne de petits détails presque surréalistes, bien qu’elle date du début du 17ème siècle.
On peut la voir au Musée des Beaux-Arts de Besançon, où elle est en exposition permanente, et ça vaut vraiment le coup d’oeil !

Petit périple européen…

• France, Boulogne-Sur-Mer. On connaissait déjà, pour avoir rapidement fait le tour ces derniers années et nous être promenés sur les remparts en 2010, mais on n’y avait encore jamais logé. C’est chose faire cette année, via la célèbre plateforme de réservation en ligne entre particuliers, qui s’avère redoutablement efficace pour trouver rapidement un lieu de villégiature !
La ville n’est pas si jolie que ça, alternant de belles maisons typiques et des immeubles très vilains, qui se côtoient sans grand souci esthétique. Le centre ville, en revanche est assez beau, beaucoup de marbre un peu partout, mais aussi des voitures qui circulent jusque dans l’extrême-centre historique, ce que je déteste ! Surtout, la ville n’est absolument pas faite pour les cyclistes : elle est construite sur deux collines qui surplombent la mer, les rues sont donc en très fortes pentes –de 7% à 10% pour les connaisseurs, qui se succèdent en enfilades– : on aura vu un seul courageux durant notre court séjour !
J’avais visité la basilique en 2006, elle semblait presqu’en ruine, depuis, elle a été très bien rénovée et il ne pleut plus à l’intérieur. La visite est agrémentée de nombreuses panneaux pédagogiques plutôt bien réalisés et très informatifs. –Cliquer sur les images pour les voir en plus grand-.

• Traversée de la Belgique et du Luxembourg. Les autoroutes sont assez bien entretenues malgré leur gratuité, et le personnel -parfaitement multilingue- est réellement très affable sur les aires de repos –très fréquentées au Luxembourg, où les cigarettes sont moitié moins chères qu’en France : c’est donc un lieu de passage obligé ! -. Evidemment, le maillage territorial très dense de la Belgique rend le trajet moins ennuyeux que la traversée des Ardennes et de la Meuse côté français. Ici, on va de ville en ville –Arlon, Namur, Charleroi, Mons, Tournai– que l’on contourne de plus ou moins près. Ça donne envie de faire quelques visites dans les temps à venir : après tout, ce n’est pas si loin !

• Gastronomie. Déjà, cette année, j’ai mangé les meilleures frites de ma vie ! Je ne raffole pas excessivement de ce plat d’accompagnement, et, en général, je ne finis jamais ma « portion » : là, elles étaient simplement parfaites ! Je suis aussi tombé sur un magnifique « Potje de la mer » : trois poissons –lotte, dorade et saumon– cuits lentement à basse température et servis froid en gelée citronnée, c’est absolument délicieux et frais, d’autant plus appréciable par temps de forte chaleur ! J’ai dévoré avec intérêt, passé le temps de la découverte, une copieuse marmite de moules au sablé de Wissant –fromage local– : un accord a priori bizarre mais très réussi !

• Suisse. A peine de retour, nous avons repris la route pour rejoindre la Suisse, le temps de déposer la fille de TheCookingCat à l’aéroport : pour nous, c’est encore moins loin que la Belgique, et Bâle par ailleurs bénéficie d’un magnifique musée. la circulation en ville est assez particulière, du fait d’une remarquable extension du réseau de tramway, dont on croise ou longe les rails très fréquemment. Tout y respire une certaine opulence typiquement suisse –et les prix de tout y sont en conséquence ! -…

Gastronomie estivale

L’article, succulent, est à lire ici ! Et répond de manière argumentée à une question vraiment fondamentale, en cette période estivale propice à la pratique de la chose !
En ces temps caniculaires et pour éviter le mal de tête, un petit rosé léger agrémenté de quelques glaçons –sacrilège, ou pas ? C’est à lire ici– devrait parfaitement accompagner ce repas…

Nouveau particularisme local…

Les nombreux parcs adjacents à notre nouvel appartement, comme la majorité des parcs publics strasbourgeois, sont frappés d’un particularisme qui s’inscrit complètement en marge du fameux « statut local », mais n’en est pas moins, à ce jour, complètement unique pour une « grande ville » française. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

C’est étonnamment très bien respecté, semble-t-il : la mesure a été assez peu commentée dans les médias locaux et il y a sans doute eu des râleurs, que je n’ai pas entendus, mais, lors de nos quelques balades dans deux des plus grands parcs strasbourgeois, nous n’avons pas croisé de fumeurs actifs, et ceux-ci se réunissent, en cas de besoin, autour des cendriers mis à disposition aux entrées desdits parcs.

A partir de 2019, les contrevenants seront mis à l’amende… C’est peut-être à ce moment-là que les râleurs se réveilleront !