Lentement, mais sûrement…

… les travaux se poursuivent !

On ne dirait pas, comme ça, mais ça avance, et les différents corps de métier se succèdent régulièrement !
• le faux-plafond la une cloison de séparation prévues sont posés;
• l’électricité est mise aux normes –tous les nouveaux câbles sont tirés– et l’éclairage est d’ores-et-déjà intégré au fond-plafond;
• l’ensemble des arrivées sanitaires est en place et l’emplacement des douche italienne est installé et imperméabilisé;
• tous les murs et sols sont désormais prêts à recevoir le carrelage.

Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Dernière fois ?

Nous avions été sondés à l’échelle européenne –c’était sur le site du Parlement européen, et TheCookingcat et moi y avions participé…– il y a un ou deux ans à ce sujet, et les Français, comme la majorité des Européens, s’étaient exprimés très largement en faveur d’un arrêt du traditionnel changement horaire, chaque printemps et chaque automne, pour passer à l’heure d’été ou à l’heure d’hiver… Cette nuit, pourtant, nous repasserons à l’heure d’hiver.

Et, à mon avis, ce ne sera pas la dernière fois… Le nécessaire consensus européen est loin d’être trouvé en la matière : grosso modo, les « pays du sud », dont la France, souhaitent que l’heure d’été soit désormais celle de rigueur tout au long de l’année. A contrario, les « pays du nord » souhaitent ne conserver que l’heure d’hiver –qui est la plus proche de l’horaire universel-… Bref, c’est pas gagné, et d’autant moins que les députés européens semblent avoir actuellement d’autres chats à fouetter !
En attendant, cette nuit, on dormira une heure de plus… Pour la dernière fois ?

Ceci deviendra une salle de bain…

… même si ça n’y ressemble pas -encore- beaucoup !

A cette heure et en cette quasi-fin de première semaine de travaux : tous les éléments sanitaires ont été retirés, le sol et les murs sont remis à niveau pour la pose à venir d’un nouveau carrelage, la plomberie a été refaite pour les nouvelles arrivées d’eau, les saignées creusées pour le passage du nouveau réseau électrique –pose aujourd’hui-et la structure du faux-plafond et d’une cloison murale est posée. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

La semaine prochaine : carrelage, installation des éléments sanitaires et des meubles… Si tout va bien, nous aurons une nouvelle salle de bain fonctionnelle le week-end prochain !

Petits bonheurs du jour !

Alors que je viens d’enrichir, aujourd’hui, ma collection de balais, j’en profite pour écouter ce délicieux double album dédié à une fantastique compilation des Yardbirds, groupe quasi-mythique du milieu des années 60, notamment pour avoir vu passer dans ses rangs trois des très grands guitaristes de l’histoire de la Rock-Music : Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page, pas moins ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Je n’avais dans mon ancienne collection de LP, il y a bien longtemps, que leur excellent album « Five Live », témoignage d’un concert enregistré aussi tôt qu’en 1964, avec Eric Clapton, qui y débutait quasiment sa carrière de bluesman –avant même son entrée dans les Bluesbreakers de John Mayall-; de même, la scène du film « Blow Up » où le groupe interpréte avec une sauvagerie consommée le fameux « Stroll On » –solistes: Jeff Beck et Jimmy Page, rien de moins ! – était l’une des plus marquantes de cet excellent film-culte, qui symbolise parfaitement le Swinging London.

Bref, cette compilation, plutôt copieuse, mériterait bien de figurer dans la liste des albums-clés des années 60, que je vous proposais il y a peu de temps, non seulement pour la qualité de la musique, mais également pour l’importance historique de ce groupe dans l’évolution de la Rock-Music, puisqu’il donna quasiment naissance, quelques mois plus tard, à Led Zeppelin.

PDA : qui s’en souvient encore ?

En tous cas, pas les moins de 16 ans –Trésor-de-Janvier m’a demandé ce que ça pouvait bien être quand elle a vu la photo-… Je me souviens qu’au début du millénaire, ces objets, dénommés « assistants personnels portables » faisaient passer leurs possesseurs pour des geeks absolus ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Il en existait deux types : à stylet ou à clavier, et, évidemment, les différents OS et formats de fichiers de ces petites machines n’étaient pas compatibles entre eux. L’avantage du modèle présenté et que j’avais retenu à l’époque, était double : d’une part, il était compatible Mac, et je pouvais synchroniser mon agenda aisément –selon les standards de l’époque, parce que ce n’était évidemment pas aussi aisé que de nos jours-; d’autre part, il était d’un tarif modéré par rapport à la concurrence, notamment à cause de son écran monochrome.
Évidemment, il s’est trouvé assez rapidement démodé avec l’arrivée des premiers smartphones, mais c’est depuis ce temps que je gère mes agendas électriquement et que je partage mon agenda professionnel, même si j’ai abandonné l’engin depuis longtemps !

Souvenir, souvenirs…

Redécouvrons de vieux classiques…

Je profite de cette dernière journée « tranquille » avant longtemps –les travaux de rénovation de salle de bains, qui commencent demain, forcément bruyants et peu propices à des écoutes un peu attentives et sereines, vont s’étaler sur au moins deux à trois semaines…– pour me plonger dans la « redécouverte » de vieux classiques, à savoir les sonates de Beethoven par Friedrich Gulda –troisième intégrale dudit pianiste, cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Cela me confirme qu’il s’agit, après la quasi-intégrale des mêmes oeuvres par Emil Gilels –et dans une optique très différente-, de ma version préférée, parmi toutes celles qui peuplent ma discothèque. Elle a l’avantage dans cette édition très économique, de bénéficier d’une remarquable remastérisation, nonobstant la laideur de sa pochette et l’absence de livret informatif…

Si je devais effectuer un classement, exercice toujours un peu vain et forcément tributaire de mes goûts –sachant que toutes ces versions sont malgré tout un magnifique aboutissement artistique pour chacun de ces pianistes-, il se présenterait ainsi :
Gilels*
Gulda III
Backhaus – A. Fischher – Gulda I – Kempff I – Kovacevich – Schnabel – Solomon*
Arrau I – Barenboim II – Brendel I – Grinberg -Kempff II – Levit – Lewis
Barenboim I – Bavouzet – Brendel II – Heidsieck – Jando – Nat – Pollini
Les * signalent des intégrales inachevées, pour cause de décès de l’artiste –Gilels– ou de maladie invalidante –Solomon-.

Playlist hebdomadaire pour travailleur acharné !

Cette semaine, du fait d’un labeur relativement acharné, ma playlist est très réduite et constituée de relativement « vieilles choses » bien connues rassemblées n’importe comment ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Généralement, en ces périodes un peu chargées, je profite de l’écoute d’un album très tôt le matin, à volume sonore relativement réduit donc, ce qui ne permet pas toujours de le savourer totalement. Et, comme très bientôt, nous allons partir pour effectuer quelques emplettes Outre-Rhin, ce n’est pas en ce début de week-end que je vais pouvoir allonger cette playlist !

On verra écoutera demain !

Dopons un iMac !

Comme annoncé lors de l’achat de l’Imac 27’ à la fin de l’été, je lui ai rajouté 2 barrettes de 8 Go de RAM –à des tarifs très éloignés de ceux pratiqués par la marque à la pomme-, portant ainsi le total à 24 Go2×4+2×8 Go-. L’opération est très aisée, pas besoin du moindre outil la réaliser ! 

La retouche-photo notamment, grosse consommatrice de mémoire lors des opérations de dématriçage des fichiers RAW, est désormais fluide et rapide : un pur bonheur ! Cependant, quand on y pense, on peut rester dubitatif devant cette inflation : mon premier ordinateur contenait uniquement 4Mo de RAM, mais c’était il y a bien longtemps !

Et, un bonheur ne venant jamais seul, j’en ai profité pour acheter un chouette clavier à pavé numérique dont la caractéristique principale est que l’on peut également le connecter à quatre périphériques Bluetooth supplémentaires de manière totalement indépendante les uns des autres : iPhone, iPad… La saisie de SMS et autres MMS un peu longs –ça m ’arrive dans le cadre du travail…– s’en trouve grandement simplifiée !