De choses et d’autres : considérations inessentielles !

Finalement, contrairement à ce que j’indiquais hier, nous partirons quelques jours –même pas une pleine petite semaine– à la mer, face aux côtes anglaises, puisque j’ai réussi à trouver un lieu d’accueil a priori sympathique via une plate-forme en ligne bien connue et qui s’est fortement développée depuis quelques années, tant et si bien qu’une loi de régulation porte son nom… Un peu de changement d’air et de paysages, voilà qui devrait nous ravir après une année bien chargée !

Juste avant ce départ, il nous faudra aider au déménagement de la fille aînée de TheCookingCat, qui part pour une année comme assistante dans une université américaine : une longue expérience de la chose sera propice aux conseils avisés en matière de chargement et de transport, et je lui ai même trouvé des bras secourables pour le déplacement des objets lourds –à savoir, essentiellement, une machine à laver– ! Et, au retour de notre court périple, il faudra la conduire à l’aéroport de Bâle, d’où décollera son avion.

Hier, j’ai « rentabilisé » mon compte « Prime » de la célèbre boutique en ligne : ils « offrent » un espace de stockage des photos illimité en taille, j’ai donc exporté une centaine de Go dans le nuage, ce qui m’a pris près de deux pleines heures quand même… L’interface en ligne est assez lisible et offre même quelques possibilités de retouche que je n’ai pas testées à cette heure –et cela m’étonnerait, d’ailleurs, que je le fasse, je dispose de bons outils locaux à cette fin-.
MiniNain, pour en avoir discuté avec lui hier soir, restait assez dubitatif sur le modèle économique prôné, se demandant s’il était viable : à mon avis, oui, les choses doivent largement s’équilibrer entre ceux qui profitent des opportunités liées à ce type de compte et ceux qui n’en tirent guère profit : autour de moi, ceux qui en disposent n’utilisent guère les outils en ligne, sauf pour regarder des films.

By the way, notre couloir est fini ! Le peintre a mis plus de temps que prévu, il a même fait venir un collègue pour l’aider tant la tâche était rude ! Après deux jours, ils avaient juste fini de retirer les restes de papier peint et fixé un durcisseur sur le mur. Les trois jours restants, ils ont enduit, lissé, poncé, reponcé, tapissé puis peint et repeint ! A la fin, le résultat est très réussi : les murs et le plafond sont parfaitement lisses et propres ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Ci-dessous, un extrait de l’album qui a accompagné la rédaction de cette notule ! Très chouette, même si le volume d’écoute forcément modéré à une heure très matinale n’aide pas vraiment à en profiter aussi pleinement que je le souhaiterais ! Il fait partie d’une série de trois disques que ce grand chef consacra avec « son » orchestre de San Francisco puis avec celui du Gewandhaus de Leipzig, entre 1987 et 1997, à la musique de cet immense compositeur sans doute trop méconnu de nos jours, et que j’apprécie tout particulièrement, dans tous les domaines qu’il a abordés. –Cliquer sur l’image de la pochette pour la voir en plus grand-.

Playlist « Filiation naturelle »

Un grand-père presqu’oublié, un parrain qui a traversé le temps, des rejetons turbulents et désormais assagis, des cousins au premier degré sonores et bruyants…
A vous d’associer ces qualificatifs, selon votre appréciations, avec les différents artistes de la playlist de ce jour, destinée à lutter contre la canicule annoncée. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

En prime, deux chouettes extraits pour vous aider à entamer cette chaude journée agréablement !

Pour compléter cette courte notule, une petite devinette estivale : il manque sans doute au moins un groupe incontournable, selon moi, pour compléter la famille –non, il ne s’agit pas des Bluesbreakers, ce serait trop facile ! – : je vous laisse le soin de le retrouver !
A priori, ce n’est pas si difficile que ça…

Poupées déjantées en concert !

Grâce à l’abonnement provisoirement offert « suite à l’achat « de matériel audio de qualité » dont je vous parlais l’autre jour, je découvre parfois de bonnes surprises : des choses qui sont à peu près introuvables dans nos contrées, et que je n’ai donc pas spontanément la patience de chercher, mais que je trouve avec bonheur au gré de mes navigations. J’ai ainsi trouvé quelques inédit des Real Kids, groupe de Boston à la dicographie éparpillée entre des éditeurs aujourd’hui disparus, et réédités un peu n’importe comment, mais, en revanche, rien concernant les Vietnam Veterans, que j’aurais aimé pouvoir écouter dans d’excellentes conditions techniques…

C’est le cas aujourd’hui avec ce jouissif album live des New York Dolls, groupe proto-punk qui ne perça pas tout-à-fait du temps très réduit de son activité, mais commença à devenir culte à la fin des années 70 et au début des années 80. Des albums live du groupe, j’en ai quelques-uns, tous assez calamiteux techniquement, malheureusement.
Ici, ils sont au sommet de leur gloire, jouent remarquablement bien –la guitare de Johnny Thunders est en feu, et c’est un vrai plaisir d’entendre ce guitariste bourré de talent dans de si bonnes conditions techniques et musicales– et avec beaucoup d’énergie le coeur de leur répertoire qui fut toujours restreint et le son est étonnamment bon ! Comme ils présentent parfois leur chanson dans un français très approximatif, une partie de ces bandes doit provenir de concerts enregistrés en France : je me pencherai sur cette question un autre jour !

Quoi qu’il en soit, vous pouvez découvrir des extraits de cet album à l’énergie bouillante et communicative ici.

Playlist 70’s

La playlist de ce matin est consacrée à des albums parus au cours des années 70, décennie marquée par de fortes évolutions des courants musicaux ayant émergé durant les années 60 et une certaine « spécialisation et classification des genres » –il serait souhaitable qu’un Linné ou un Whittaker s’attaque un jour à formaliser tout cela, si c’est possible, afin qu’on puisse s’y retrouver un peu : même si mes goûts en la matière sont assez arrêtés, cela resterait très intéressant à titre informatif…-.
Conséquence de ce préambule : il n’y a pas de fil directeur à cette playlist –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– autre que le plaisir auditif qu’elle peut procurer à cet instant, et c’est déjà beaucoup !

On trouvera donc :

le meilleur album live des Rolling Stones et de l’histoire du Rock 1973-, bien que pas tout-à-fait officiel, et que les lecteurs réguliers de ce blog doivent connaître;

un très chouette album de « Soul Music » –Stevie Wonder, 1976-, genre que je fréquente peu généralement, mais que j’apprécie d’autant plus à petite dose : lignes de basse dodues et bondissantes, mélodies faciles, très beaux arrangements… Vraiment très agréable ! –Cliquer sur l’extrait ci-dessous pour découvrir ou redécouvrir-;

• un album aux accents grandiloquents mais éloquents de Queen1975-, et comportant le tube « Bohemian Rhapsody ». Belle voix, belles envolées guitaristiques, production efficace. Une nuit à l’opéra atypique !

• l’album sans doute le plus « dur » de Pink Floyd1977-, déjà très pessimiste dans le fond, mais moins grandiloquent, pour le coup, que celui qui lui succédera –The Wall-. Très beau jeu de guitare de David Gilmour, là encore, et, peut-être, mon album préféré du groupe !

The lost recordings : miraculeux !

C’est un magnifique colis qui est arrivé dans ma boîte aux lettres, hier, contenant notamment le superbe coffret objet de cette notule.

A Amsterdam, ville qu’il chérissait et où il joua très souvent, Emil Gilels donna, tout au long de sa carrière, des récitals où il livrait à un public de connaisseurs le coeur de son répertoire : beaucoup de Beethoven, presqu’autant de Brahms, de Liszt, de Prokofiev et de Chopin, à peine moins de Mozart ou de Scriabin, Ravel, Bach et quelques pièces de circonstance venant en bis à la fin des récitals.
A priori, il n’en restait guère de traces, jusqu’à la parution de ce merveilleux coffret –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, il y a peu de temps : 5 récitals pour piano enregistrés dans la salle du Concertgebouw d’Amsterdam, à l’acoustique remarquable. Les bandes ont été retrouvé récemment et nettoyées avant de sortir sous la dénomination « The Unreleased Récitals… » .

Dès sa sortie, le coffret a trusté les prix de la presse spécialisée européenne, et il ne serait guère étonnant qu’il obtienne le Ballon d’Or 2018 Gramophone Award 2018 section « Récital historique » ! Le contenant est superbe –coffret très joliment présenté, livret plutôt abondant, comportant des photos rares et de très bons textes tant sur le pianiste que sur les oeuvres-, le travail de remastering de bandes radios un peu anciennes est si remarquable qu’on a peine à croire qu’il s’agit d’enregistrements datant de 40 ans environ –à peine un peu de souffle analogique à très haut niveau, mais alors, on dépasse très largement le cadre d’une écoute domestique-.

Quant au contenu, on se situe au plus haut niveau, y compris en mesurant le pianiste à lui-même ! Tous les concerts datent d’avant sa grave crise cardiaque de 1981, qui le laissa amoindri physiquement : les concerts plus tardifs proposent la même énergie, la même beauté de sonorité, la même envergure intellectuelle, mais comportent parfois quelques scories techniques –pas très graves, ni importantes, au demeurant-. ici, on a tout ce qui singularise ce prodigieux pianiste, la virtuosité encore vertigineuse en plus !

Bref : que du bonheur ! Et, un bonheur ne venant jamais tout seul, le colis comportait un autre petit miracle, dont je vous entretiendrai plus tard !

Playlist « Déboulonnons de vieilles statues » !

Lorsque j’ai commencé à écouter de la musique classique, il y a plus de 40 ans, il était de bon ton de recommander comme solution quasi idéale les versions tardives du « Commandeur » Bruno Walter pour découvrir les dernières symphonies de Mozart –on recommandait aussi Böhm pour l’intégrale desdites symphonies, et j’en n’y ai jamais beaucoup accroché-. Comme je ne chérissais pas ces oeuvres, je n’avais jamais fait cette expérience, et ma discothèque en compte fort peu de versions, et des très typées et pas forcément très « mozartiennes » qui plus est. –Cliquer sur l’image pour la voir ne plus grand-.

L’autre jour, je suis tombé sur un « petit coffret à pas cher » comme les éditeurs savent en faire maintenant pour les rééeditions –mais je vous offre quand même la pochette d’origine, bien plus attrayante– de ces versions, de Bruno Walter, qui datent de la fin des années 50 et du tout début des années 60.

Verdict : je n’ai pas beaucoup aimé cette espèce de mollesse générale qui s’en dégage, une atonie très chantante mais une atonie quand même, un genre de mélancolie un peu surannée. De plus, l’orchestre n’est pas très beau et la prise de son d’origine semble assez terne, même si le remastering est très soigné. –Cliquer sur l’extrait pour vous en faire une idée vous-même-.

Bref, pour moi, ça reste Pinnock dans une optique HIP, Klemperer et Karajan EMI ou, surtout, Karajan Decca pour le couple 40+41 !

Agréable cadeau -temporaire-

Grâce à l’achat, l’autre jour, de l’ampli dont je vous parlais un peu, je me suis vu offrir trois mois d’abonnement gratuit à un service de musique en ligne –sachant que comme ils sont malins, ils relèvent quand même mon numéro de CB et que je dois annuler moi-même l’abonnement à la fin des trois mois, sans quoi il devient payant…-.


Avant ce week-end, je n’avais guère eu le temps d’en profiter ni même de faire le tour de la question… Je connaissais ce service, qui a la réputation d’être performant pour ce qui concerne la musique classique et d’offrir des écoutes bénéficiant d’une excellente qualité sonore : après examen de la question ce matin, je peux confirmer que cette réputation n’est usurpée ni dans un cas –j’ai notamment pu écouter les valses de Strauss par Clemens Krauss que je cherchais un peu en vain ces dernières années-, ni dans l’autre, et que l’application maison, installée sur zoliMac uniquement pour le moment, bénéficie même d’une interface Airplay très décente, ce qui ne gâte rien !

Playlist « Cuisine au beurre du Tour de France »

Sous ce titre étrange se cache une playlist où la cuisine au beurre et la pédalecelle su piano, pas celle du vélo, mais enfin, on est en juillet et le Tour de France commence demain– tiennent un rôle important.

Pourquoi, me direz-vous ? Poulenc est plutôt réputé pour une certaine forme de finesse que pour son embonpoint musical ! Oui, sans doute, mais Poulenc était également un amoureux de la pédale et souhaitait qu’on en mette abondamment dans sa musique !

Dans son langage clair et précis, volontiers gouailleur, il affirmait : « Parfois, lorsque j’entends certains pianistes m’interpréter, j’ai envie de leur crier : Mettez du beurre dans la sauce ! Qu’est-ce que c’est que ce jeu de régime » !

Playlist « Champagne du petit matin »

Et hop ! Une playlist matinale, entamée juste avant 6:00 et écoutée en sourdine pour préserver les dormeurs du petit matin –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand : vous y trouverez de jolies choses pour bien débuter la journée !-.
La musique couvre cependant le chant des oiseaux qui s’en donnent à coeur-joie depuis l’aube ! 

Tout en la dégustant avec mon café, je fais le tour de la presse matinale, trouvant decidelà de quoi nourrir ma curiosité, parfois avec un petit temps de retard sur l’actualité très actuelle…

Après les 1/8 de finale, les bookmakers parient désormais sur une finale France – Croatie : et vous ?

Lundi soir avec Johann Sebastian

C’est lundi et, pour une fois, je suis rentré raisonnablement tôt du travail, suffisamment en tout cas pour me constituer une petite playlist dont je pourrai profiter aisément avant même de regarder le match de foot de ce soir s’il est intéressant –vérification faite, ce sera Belgique – Japon : a priori bof bof bof…-.

Playlist constituée uniquement de CD consacrés à Johann Sebastian Bach, ce qui est excessivement rare chez moi, puisque le côté « machine à coudre contrapuntique » -Ciel : quel sacrilège ! Parler ainsi de Bach !!!– du compositeur a tendance à me lasser assez vite en général. C’est pourquoi j’ai retenu des interprétations plutôt colorées –Concertos brandebourgeois dans une version qui a bien résisté au temps, Art de la fugue proposé dans une version pour orchestre très séduisante– ou jouées de manière contrastée –les albums pour piano de Pogorelich et d’Argerich, très bon dans leur genre, même si éloignés des préceptes les plus « HIP »-. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Les plus sagaces de mes lecteurs relèveront que « Tiens, pour une fois, pas de Variations Goldberg ! »… A ces insolents, je propose d’écouter le petit extrait ci-dessous : pas mal non plus, non ?