Auscultons le bestiau…

J’aime bien ouvrir mes appareils Hifi pour voir ce qu’on y trouve à l’intérieur ! Ce matin, pour m’occuper en attendant la fin d’une belle averse, j’ai ouvert l’ampli dont je vous parlais l’autre jouret dont le prix a inexplicablement et assez considérablement augmenté depuis son achat…-, parce que si je savais qu’il contenait un ventilateur, je ne l’avais encore jamais entendu fonctionner. jusqu’à hier, donc, où il s’est mis en marche, musique écoutée un peu fort et température extérieure élevée aidant.

Le bestiau est assez rempli ! Outre le confortable transformateur toroïdal et des condensateurs de filtrage de bonne taille –mes rapides recherches laissent apparaître que la marque anglaise fut la toute première à utiliser ce type de transformateur dans un ampli, et ce dès 1968 : depuis, la pratique s’est répandue dans les amplis de gamme moyenne ou élevée, surtout en Angleterre ou aux Etas-Unis-, on trouve un radiateur conséquent sur lequel est branché ce fameux ventilateur. On aperçoit aussi les quatre transistors de puissance –une paire par canal– et les modules numériques. Le tout semble assez propre, mais je me suis contenté d’observer sans rien bouger… –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Aux mesures, l’appareil se révèle très convenable, et les spécifiés du constructeur sont respectées ou dépassées : la puissance sous 8 ohms est de 2×110 watts et celle sous 4 ohms de 2×190 watts –le fait de quasiment doubler cette puissance en divisant l’impédance de moitié est un excellent signe, plus rare qu’il n’y paraît alors que cela devrait théoriquement toujours être la norme-.

Du coup, l’averse est passée, le soleil s’installe gentiment et je vais remplir le frigo !

Playlist aux couleurs vives

Au terme d’une nouvelle semaine encore assez harassante, j’ai réussi à rentrer un peu plus tôt aujourd’hui, ce qui va me rallonger de quelques heures ce week-end déjà rallongé. Juin commence comme mai s’est terminé : avec un pont ! Et je ne vais pas m’en plaindre.

La bonne nouvelle, pour moi du moins, c’est que mardi, les restaurants ouvriront à nouveau leur porte. TheCookingCat s’en fiche un peu, mais je vais d’ores-et-déjà prospecter pour réserver une table pour mardi soir !

Heureuse surprise en retrait, j’ai trouvé sur ma boîte aux lettres le colis que j’avais commandé il y a trois semaine à Glasgow –produit introuvable sous cette forme en France– : du câble HP pré-monté sur-mesure –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– qui a surtout la particularité d’être esthétiquement beaucoup plus présentable que celui que j’utilisais actuellement –ce n’est pas très difficile– et d’être très correctement fini –le câble est serti sous vide dans les fiches bananes-.
Le paquet était resté confiné par mesure sanitaire cinq jours à la frontière : il semble que ce soit la norme pour les produits venant d’Outre-Manche, et je ne l’attendais plus avant le week-end…

Profitant d’être encore seul dans la maison, j’écoute « un peu fort » cette playlist sans queue ni tête, retenue pour l’éclat des pochettes des albums, plus colorées les unes que les autres. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Autre heureuse surprise, l’album consacré au dernier concert berlinois du chef italien Claudio Abbado est bien meilleur que le souvenir que j’en avais gardé, avec, notamment, un Mendelssohn d’une élégance folle qui lui sied à ravir. Belle entrée en matière pour ce week-end prolongé !

Serveur musical avec un seul câble !

Je me suis enfin penché sur la réalisation d’un serveur musical pratique, efficace et relativement performant, hier, profitant du temps plutôt pluvieux et d’un week-end qui m’a offert un peu de répit sur le plan professionnel. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

J’ai donc :
recyclé un vieil iPad2 de 2012, qui ne sert qu’à cela : une interface en WiFi entre ma musique stockée dans le cloud –abonnement annuel : 24,99€-et la borne Airport Express;
investi moins de 10€ dans un câble Toslink –fibre optique– qui permet de brancher la borne Airport Express sur le DAC de l’ampli dont je vous parlais l’autre jour. Du coup, je peux profiter de la sortie numérique de ladite borne, qui est tout-à-fait excellente de ce point de vue –et bien meilleure qu’en sortie analogique-. Et c’est le seul câble de ce petit serveur musical !

J’avais essayé auparavant une toute bête connexion bluetooth entre l’iPad et l’ampli : évidemment, c’est encore plus simple et ça fonctionne parfaitement et dans aucune coupure, mais, soniquement parlant, cette solution est un peu moins performante que celle que j’ai adoptée, notamment pour e la musique classique.

Du coup, j’en ai profité hier après-midi pour écouter un peu fort cette playlist qui mérite bien un volume sonore élevé ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Playlist simple, vive et directe !

Hier, j’ai pu écouter « un peu fort » cette playlist relativement abondante, composée des quatre premières symphonies de Mahler, dans les versions tout récemment achetées –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

• 1er verdict, technique : le remastering est excellent, bien meilleure que n’importe quelle édition LP ou que les rééditions antérieures en CD que je connaissais ! Comme j’avais déjà pu le constater sur des rééditions antérieures, le Bluray Audio HD apporte un petit surcroît d’ouverture dans le médium-aigu et un soupçon de dynamique supplémentaire –on s’en rend mieux compte à volume sonore élevé pour ce denier point-.

• 2nd verdict, musical : je connaissais bien, il y a longtemps, ces versions. Depuis, j’en ai écouté tant d’autres que j’ai été content de retrouver ces lectures simples, vives, directes, sans trop d’arrière-plans métaphysiques. L’orchestre est très bon, et le chef ne cherche pas à cacher la crudité de certains timbres ou alliances de timbres. Une vision très musicale, qui ancre  Mahler dans le romantisme finissant.
Evidemment, d’autres lectures sont tout aussi passionnantes et complémentaires : Abbado pour la virtuosité orchestrale, Haitink ou Zinman pour leur probité, Sinopoli pour son expressionnisme exacerbé… D’autres que moi raffolent même de Bernstein : comme quoi, avec Mahler, tout est possible !

Playlist « Confiné en haute définition » !

Point de surprenantes découvertes, aujourd’hui, mais une playlist « audiophile » en haute définition ! Si si, je vous assure, ça existe, et le format permet, en outre, de gagner énormément de place –sauf que comme il faisait partie des gros coffrets dont je vous ai déjà parlé plus avant, ce gain de place ne se remarque pas du tout…– ! Pensez donc : tous les quatuors / sonates / symphonies de Beethoven ou le Ring de Wagner sur un seul support et selon des conditions techniques à la pointe de la technologie numérique ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

• Où trouver des Bluray « Pure Audio » ? Je ne m’en étais à vrai dire jamais préoccupé auparavant, le tout petit nombre de Bluray Audio dans ma discothèque faisant partie de coffrets de rééditions d’intégrales : chez certains éditeurs, ils sont désormais systématiquement « offerts » avec le coffret. Dans cette perspective, ils sont très intéressants.

• Est-ce que ça marche mieux ? D’abord, il a fallu que je branche un lecteur Bluray bénéficiant des sorties adéquates pour le brancher sur l’ampli Hifi -la majorité des lecteurs actuels ne possèdent généralement qu’une sortie HDMI-, mais il se trouve que j’en avais un sous la main –sans le savoir a priori, puisque je n’avais jamais eu l’idée d’en avoir cet usage– parmi le lot des appareils récupérés ici ou là et plus réputé, d’ailleurs, pour ses capacités de lecture audio que vidéo d’après ce que j’ai pu en lire.

• Et, au final, donc ? Les derniers remasterings CD de chacun des ces documents sonores, qui font partie, chacun à leur manière, des sommets de l’histoire de la musique enregistrée, étaient déjà de très grande qualité et bénéficiaient d’une réédition haute définition, mais « réduite » à la fréquence d’échantillonnage du CD. Les résultats étaient déjà, dans la plupart des cas, excellents.
En haute définition, on gagne une toute petite aération supplémentaire dans le medium-aigu, une spatialisation un peu plus précise et, surtout, le confort de ne pas avoir besoin de changer de disque pour écouter tout un corpus. Il s’agit donc plus d’une question de confort d’utilisation que de confort sonore, mais il faut dire que les progrès réalisés depuis une quinzaine d’années en matière de rééditions –au moins dans le domaine de la musique classique– sont tels qu’il paraît désormais difficile d’aller beaucoup plus loin, surtout si l’on tient compte de la date initiale de ces enregistrements, qui traversent les années 60. Pour des enregistrements très récents, l’apport par rapport à un SACD ne me semble pas aussi évident.

COVID-19 : devinette belge -et autres considérations-

Les cabaretiers belges n’ont pas perdu leur sens de l’humour, malgré la propagation du Coronavirus-19 un peu partout en Europe… Ainsi, pour la consommation de deux pintes de la marque CORONA, ils vous offrent une troisième pinte d’une marque différente : l’objet de la devinette est, justement de trouver la marque de cette autre bière, assez logique somme toute ! Evidemment, un engorgement des toilettes est à prévoir… Mais c’est un moindre mal !

Sinon, afin de maîtriser parfaitement l’impédance assez basse de mes enceintes et d’en profiter dans les meilleures conditions possibles, je me suis offert ce joli joujouen importation directe d’Angleterre et à prix défiant toute concurrence par rapport à ceux pratiqués en France, avant l’entrée en vigueur effective du Brexit…-, très agréable aux oreilles de surcroît ! Puissance –pour elles– et plaisir –pour moi– accrus ! Un bonheur n’arrivant jamais seul, TheCookingCat le trouve très joli, dans sa livrée « Lunar Grey » ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Raison vaut mieux que passion…

Je suis parfois trop raisonnable ! Hier, en faisant un peu le tour des boutiques climatisées pour prospecter en vue de l’achat d’un nouveau frigo, j’aurais pu m’acheter cela –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-. C’est assez joli, et un peu collector, non ?

Le problème, c’est que je n’aurais pas vraiment su quoi en faire et que pour un objet de décoration, ça fait un peu cher quand même ! De toute manière, dans le pire des cas et si la passion devait l’emporter, elle devrait encore être disponible dans les prochaines semaines…

Vente des bijoux de famille

RadioFrance vend régulièrement aux enchères du matériel ayant servi à équiper les studios : le catalogue des objets vendus cette année –à partir de demain– propose quelques appareils très alléchants à des prix a priori attractifs –beaux amplis et lecteurs CD professionnels, quelques paires d’enceinte de monitoring de très grande qualité…-, vous pouvez le découvrir ici.

Malheureusement, il semble que même si on achète en ligne, il faudra se rendre sur place retirer le matériel… 

Arsenal sonore…

La palette tant attendue est arrivée en fin d’après-midi, en milieu de semaine : 79,8 kg, qu’il a fallu transporter ensuite tant bien que mal dans l’appartement, en démontant au préalable les deux énormes colis de la palette, qui ne passait pas la porte d’entrée !

Opération déballage réalisée sans grande difficulté, après avoir observé le sens d’orientation des cartons… Extirpation de chaque enceinte de son carton sans abimer icelui, au cas où… J’ai pris la précaution de poser chaque enceinte sur une épaisse couche de serviettes avant de les sortir de leur feutrine de protection, ce qui par permis de les faire glisser facilement jusqu’à leur emplacement à peu près idéal.

Auparavant, j’avais prévu tout le câblage vers l’ampli, où le borner m’a causé du fil à retordre –c’est le cas de le dire…-. J’avais encore de vieux câbles en 4 mm carrés –pour les haut-parleurs graves– et d’autres en 2,5 mm carrés –pour les haut-parleurs médium et aigu– : comme les enceintes possèdent un double-bornier pour le bi-cablage, les 6,5 mm carrés n’entraient plus dans le bornier de l’ampli, et j’ai donc dû ressortir des fiches bananes pour cabler tout cela !

L’installation des pointes et contrepointes s’est déroulée sans grande difficulté, malgré les 35 kg de chaque pièce, au moyen d’une clé de 14 et sans faire le moindre trou dans le parquet ! Bingo !!! Un petit passage au niveau pour mettre tout cela d’aplomb via quelques quarts-de-tours de clé, et me voilà prêt !

Les premières écoutes sont réellement enthousiasmantes : le niveau de grave se montre abyssal à l’occasion, mais sans jamais traîner, et les contrebasses ont un poids que je n’avais encore jamais connu dans aucun de mes systèmes précédents. L’orchestre trouve donc une bien meilleure assise qu’auparavant, et, pour le coup, c’est l’ensemble du spectre sonore qui se trouve modifié : moins brillant et beaucoup plus large. Tous les styles musicaux passent très bien, et les très bonnes prises de son mieux encore ! Sur du piano, c’est un véritable bonheur, sur de la musique de chambre et de l’opéra aussi, grâce à une scène sonore à la fois large et profonde. Bref, mes oreilles sont comblées.

Nouvel instrument de plaisir pour oreilles

Hier, j’ai commandé une paire de ça, largement encensé par la presse spécialisée à sa sortie –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– : une fin de série qui a vu son prix diminuer par 2,91, selon ma calculette –autrement dit : avec une réduction de l’ordre de 65%-, depuis son entrée sur le marché, il y a une dizaine d’années… 1,20m de haut et un peu plus de 32kg par bestiau –prévoir un pourboire pour le livreur pour qu’il les dépose directement dans la pièce adéquate…-, le tout devrait arriver sur une palette de presque 80 kilos très prochainement, et cela devrait parfaitement meubler la pièce où j’écoute de la musique !
TheCookingCat a eu le droit de choisir la couleur : bois clair ou noir, et, évidemment, elle a choisi le noir –je le savais avant même de lui demander !-.

Ma « chambre à musique » étant assez peu amortie acoustiquement et les plafonds y étant aussi hauts qu’ailleurs –3 mètres donc-, je cherchais une paire d’enceintes un peu plus chaleureuses que celles que j’ai actuellement, qui vont filer dans le salon, sur l’ampli home-cinema.

De bien belles heures à venir ! Je suis en train de constituer une longue playlist d’enregistrements réputés pour leur qualité sonore –cliquer sur l’image ci-dessous pour en voir le contenu– pour les découvrir petit à petit, et à enregistrer une longue plage de bruit rose et de bruit blanc, qui tournera la nuit, pour assouplir un peu les suspensions des deux grands haut-parleurs de grave.