The lost recordings : miraculeux !

C’est un magnifique colis qui est arrivé dans ma boîte aux lettres, hier, contenant notamment le superbe coffret objet de cette notule.

A Amsterdam, ville qu’il chérissait et où il joua très souvent, Emil Gilels donna, tout au long de sa carrière, des récitals où il livrait à un public de connaisseurs le coeur de son répertoire : beaucoup de Beethoven, presqu’autant de Brahms, de Liszt, de Prokofiev et de Chopin, à peine moins de Mozart ou de Scriabin, Ravel, Bach et quelques pièces de circonstance venant en bis à la fin des récitals.
A priori, il n’en restait guère de traces, jusqu’à la parution de ce merveilleux coffret –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-, il y a peu de temps : 5 récitals pour piano enregistrés dans la salle du Concertgebouw d’Amsterdam, à l’acoustique remarquable. Les bandes ont été retrouvé récemment et nettoyées avant de sortir sous la dénomination « The Unreleased Récitals… » .

Dès sa sortie, le coffret a trusté les prix de la presse spécialisée européenne, et il ne serait guère étonnant qu’il obtienne le Ballon d’Or 2018 Gramophone Award 2018 section « Récital historique » ! Le contenant est superbe –coffret très joliment présenté, livret plutôt abondant, comportant des photos rares et de très bons textes tant sur le pianiste que sur les oeuvres-, le travail de remastering de bandes radios un peu anciennes est si remarquable qu’on a peine à croire qu’il s’agit d’enregistrements datant de 40 ans environ –à peine un peu de souffle analogique à très haut niveau, mais alors, on dépasse très largement le cadre d’une écoute domestique-.

Quant au contenu, on se situe au plus haut niveau, y compris en mesurant le pianiste à lui-même ! Tous les concerts datent d’avant sa grave crise cardiaque de 1981, qui le laissa amoindri physiquement : les concerts plus tardifs proposent la même énergie, la même beauté de sonorité, la même envergure intellectuelle, mais comportent parfois quelques scories techniques –pas très graves, ni importantes, au demeurant-. ici, on a tout ce qui singularise ce prodigieux pianiste, la virtuosité encore vertigineuse en plus !

Bref : que du bonheur ! Et, un bonheur ne venant jamais tout seul, le colis comportait un autre petit miracle, dont je vous entretiendrai plus tard !

Playlist « Cuisine au beurre du Tour de France »

Sous ce titre étrange se cache une playlist où la cuisine au beurre et la pédalecelle su piano, pas celle du vélo, mais enfin, on est en juillet et le Tour de France commence demain– tiennent un rôle important.

Pourquoi, me direz-vous ? Poulenc est plutôt réputé pour une certaine forme de finesse que pour son embonpoint musical ! Oui, sans doute, mais Poulenc était également un amoureux de la pédale et souhaitait qu’on en mette abondamment dans sa musique !

Dans son langage clair et précis, volontiers gouailleur, il affirmait : « Parfois, lorsque j’entends certains pianistes m’interpréter, j’ai envie de leur crier : Mettez du beurre dans la sauce ! Qu’est-ce que c’est que ce jeu de régime » !

Lundi soir avec Johann Sebastian

C’est lundi et, pour une fois, je suis rentré raisonnablement tôt du travail, suffisamment en tout cas pour me constituer une petite playlist dont je pourrai profiter aisément avant même de regarder le match de foot de ce soir s’il est intéressant –vérification faite, ce sera Belgique – Japon : a priori bof bof bof…-.

Playlist constituée uniquement de CD consacrés à Johann Sebastian Bach, ce qui est excessivement rare chez moi, puisque le côté « machine à coudre contrapuntique » -Ciel : quel sacrilège ! Parler ainsi de Bach !!!– du compositeur a tendance à me lasser assez vite en général. C’est pourquoi j’ai retenu des interprétations plutôt colorées –Concertos brandebourgeois dans une version qui a bien résisté au temps, Art de la fugue proposé dans une version pour orchestre très séduisante– ou jouées de manière contrastée –les albums pour piano de Pogorelich et d’Argerich, très bon dans leur genre, même si éloignés des préceptes les plus « HIP »-. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Les plus sagaces de mes lecteurs relèveront que « Tiens, pour une fois, pas de Variations Goldberg ! »… A ces insolents, je propose d’écouter le petit extrait ci-dessous : pas mal non plus, non ?

Playlist « The American Way ToThe Concerto »

A la fin des années 50, trois fabuleux pianistes émergèrent, presqu’en même temps, des Etats-Unis et connurent des carrières de météorites d’une dizaine d’années, consacrées par quelques enregistrements de très haute volée, pour les firmes américaines RCA, Mercury ou CBS. Leurs points communs : des mains immenses, des doigts longilignes, une formation technique exceptionnelle, belle sonorité. Il s’agit de :
Leon Fleisher, qui enregistra une formidable série de concertos du grand répertoire avec l’orchestre de Cleveland et George Szell –Beethoven, Brahms, Grieg, Mozart, Schumann-, avant de devoir réorienter sa carrière vers l’enseignement –beaucoup– et la direction d’orchestre –un peu-, suite à une paralysie de la main droite;
Byron Janis, qui enregistra rapidement les concertos romantiques les plus célèbres ainsi que quelques magnifiques albums de musique pour piano seul. Lui aussi cessa sa carrière relativement rapidement, une arthrose des mains le plongeant dans une dépression dont il ne sortit que très tardivement;
Van Cliburnnom de scène pour Harvey Lavan Cliburn-, premier lauréat du concours international de piano Tchaikovsky en pleine guerre froide devant un jury essentiellement soviétique, et qui ne confirma jamais au-delà de ses albums de jeunesse son immense talent.

Tous ces albums –cliquer sur l’image pour la voir en plus grand– sont marqués par des prises de son exceptionnelles pour l’époque, un engagement puissant des artistes dans des interprétations « objectives » mais brillantes et un accompagnement généralement soigné des chefs les accompagnant. Ils se vendirent tous remarquablement –le disque de Van Cliburn fut le premier disque de musique classique à dépasser le million d’exemplaires des ventes, chiffre énorme en musique classique– bien et contribuèrent à populariser ces oeuvres aux Etats-Unis, d’une art, et à me constituer une fort belle playlist d’autre part ! L’extrait pris au hasard devrait ravir vos oreilles…

Playlist du petit matin

Il est encore tôt et la maisonnée dort, ce qui ne m’empêche pas de profiter de cette playlist plutôt variée, même si elle ne comprend guère d’oeuvre rare ou sortant un peu de l’ordinaire. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Quelque sonates de Beethoven pour prolonger un peu Noël, avec la suite de la (re)découverte du très beau coffret entamée dans le jours qui suivirent le Réveillon. Et je reste toujours aussi enthousiaste et agréablement surpris par le remixage qui apporte un peu de corps supplémentaire à des prises de son qui semblaient en manquer lors des rééditions précédentes, et qui me font apprécier d’autant de magnifiques interprétations. Les sonates « médianes écoutées ce matin à volume modéré permettent d’entamer de bien belle manière cette journée !

De même, la symphonie n°3 de Beethoven dans cette version était assez ingrate, en termes sonores, dans la quasi-totalité des éditions précédentes, tant la prise de son originelle est mate. Dans cette réédition à partir des bandes-mères de la radio américaine, on retrouve un peu d’air et d’espace tout-à-fait bienvenus : cela ne nuit pas à la lisibilité extrême voulue par le chef ni au jaillissement rythmique ou à l’approche « objective »qu’il privilégiait dans Beethoven, et qui fit, à une certaine époque, référence dans de nombreux pays, au moment même où les versions studio de Furtwängler étaient vouées aux gémonies.

Le disque consacré à des concerti pour instruments divers de Vivaldi est tout-à-fait satisfaisant pour démentir l’adage selon lequel le musicien aurait écrit « 650 fois le même concerto ». Selon les derniers « standards du moment », elle est un peu sage et s’inscrit dans un courant « HIP modéré », mais le travail sur les timbres, les rythmes et la beauté des sonorités rend cette version d’une écoute réellement agréable ! –cf. extrait ci-dessous-.

Enfin, j’ai gardé la bonne bouche pour la fin : avant même les sonates de Beethoven, j’ai débuté la journée avec une formidable version des « Variations Engima » d’Elgar –une de mes oeuvres de chevet– dans cette excellente version, qui doit être l’une des toute premières enregistrée en studio par un chef non anglais –il existe une non moins excellente version enregistrée en live par Arturo Toscanini et l’orchestre de la BBC dans les années 30 lors de sa première venue en Angleterre, mais, durant très longtemps, Elgar fut un musicien très « local » supporté quasi-exclusivement par les chefs anglais: Boult, Sargent, Beecham…Ce n’est que vers la fin des années 60 qu’il s’exporta vers le-s continent-s-.
La version du jour est, quoi qu’il en soit, vraiment très belle, par son refus des effets tapageurs et le soin apporté aux lignes mélodiques et aux contrechants, pour une musique qui demande une certaine sobriété, au risque de tomber dans la faute de goût !

Playlist « Touches d’ivoire »

Pour achever ce mois de janvier où j’aurai eu fort peu de temps à consacrer au sain entretien de mes oreilles, une playlist d’oeuvres pour piano variées m’a semblé tout-à-fait adaptée. Rien de bien original, mais de belles pièces dans de belles versions et de bonnes prises de son, de quoi embellir agréablement  l’atmosphère de la maison ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Les deux séries d’ « Impromptus » de Schubert, archi-connues, sont ici livrées de fort belle manière, sans « chichis expressifs un peu torturés » alla Brendel. Ces oeuvres aimables dénotent une jolie maîtrise de la « petite forme » de la part du compositeur, qui m’y semble bien plus à l’aise que dans ses généralement trop longues et un peu bavardes sonates pour piano.

Je n’ai pas écouté, loin de là, l’ensemble du coffret consacré aux oeuvres pour piano de Debussy : d’une part, je n’aurais pas eu temps si je l’avais voulu; d’autre part, ce n’est pas ma tasse de thé préférée, j’ai toujours eu beaucoup de mal avec ce compositeur, qui ne me parle pas énormément, même si, ponctuellement, je prends plaisir à l’écouter. Ce sont en tout cas de fort belles versions, très bien enregistrées.

De même, et bien que Mendelssohn s’inscrive très haut dans mon panthéon personnel, ses pièces pour piano peinent à me convaincre sur la durée. En revanche, ce disque, qui propose de courts extraits des « Romances sans paroles », entrecoupés d’autres oeuvres un peu moins célèbres, est absolument formidable et, là encore, très bien enregistré ! –Cliquer sur l’extrait pour vous en faire une idée-.

Enfin, l’album d’Ivo Pogorelich consacré à Ravel et Prokofiev est admirable en tous points ! Belle prise de son, interprétations certes très personnelles mais engagées, contrastées, et admirablement virtuose, dans des oeuvres qui demandent une vraie maîtrise technique. Pianiste iconoclaste, Pogorelich avait assez longuement interrompu sa carrière après la parution de ses disques chez Deutsche Grammophon : il a repris les concerts depuis plusieurs années, mais n’enregistre plus guère désormais.

Playlist pour le piano

A divers degrés et malgré la variété du répertoire de cette playlist entamée tôt ce matin, c’est bien le piano qui y est mis à l’honneur, aujourd’hui ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

L’album de Supertramp, « Even In The Quietest Moments », met le piano à l’honneur sur une pochette restée fameuse, mais également dans la musique qu’il contient : des chansons pop très bien construites, fondées sur des mélodies entêtantes et des textes qui vont du relativement convenu au plus original et, effectivement, une utilisation assez massive du piano –grand piano de concert et/ou piano électrique, cf. extrait 1-. L’album n’a pas tout-à-fait connu la gloire de son successeur « Breakfast In America », mais ces deux-là constituent le sommet de la discographie d’un groupe qui connut un succès phénoménal à la fin des années 70 et au début des années 80, avant une éclipse finalement très rapide…

Rachmaninov, pour beaucoup de « mélomanes avancés », d’enseignants en musicologie –au moins celle dont j’ai suivi sporadiquement les cours il y a longtemps, mais je sais que c’est aussi le cas de bien d’autres…– ou de chroniqueurs de la presse un peu spécialisée, jouit d’une appréciation assez peu favorable : on lui reproche généralement trop de « sentimentalisme » et une oeuvre tournée vers le passé plutôt qu’inscrite dans son époque. Mal joué, on peut effectivement tomber dans ces clichés, mais, pourtant, ses concertos pour piano, quand ils sont bien interprétés, comme c’est le cas dans ces disques ou le pianiste espagnol Rafael Orozco –qui fit une carrière de météorite et enregistra, à ma connaissance, assez peu– est très bien accompagné par le jeune –à l’époque– chef néerlandais Edo De Waart, ils s’écoutent avec beaucoup de plaisir non coupable !

Diana Krall est une pianiste-chanteuse –ou une chanteuse-pianiste ?– proposant un répertoire assez proche du jazz sans en être tout-à-fait… Elle joue superbement du piano, et sa voix légèrement voilée et rauque convient vraiment bien au répertoire abordé. Très agréable à écouter au petit matin !

Enfin, cette playlist s’achève sur un répertoire remarquablement virtuose : « Les années de pèlerinage » de Franz Liszt est un cycle de pièces pour piano relativement tardif dans la production du prodige hongrois, assez éloigné des productions de jeunesse. Etonnamment, au disque, on retrouve finalement assez peu couramment ce cycle rassemblé intégralement : cette version, formidablement enregistrée, est exceptionnelle de maîtrise et d’engagement, dans des oeuvres difficiles pour le pianiste et d’approche parfois complexe pour l’auditeur –cf.extrait 2– !

Je l’ai perdue -???- et ce n’est pas grave…

Aujourd’hui, histoire de rire un peu, j’ai voulu écouter quelques sonates de Beethoven par « Herr Professor Doktor » Alfred Brendel –l’une des rares intégrales de ces oeuvres que je n’aime pas du tout– : impossible de remettre la main dessus ! Or, je suis sûr de ne pas l’avoir vendue –cela m’arrive excessivement rarement– ou donnée à une médiathèque, sort généralement réservé aux doublons, justement parce que ce n’était pas un doublon…

J’ai donc dû la prêter, mais je ne sais plus ni quand, ni à qui… Partie de rigolade remise à plus tard –ou à jamais ?-, donc ! Au demeurant, vu que dans mon souvenir, c’était vraiment très mauvais, ça ne me désole pas plus que ça… Et je ne peux même plus vérifier si j’avais tort, ou non, dans mon appréciation –sachant que par ailleurs, de nombreuses revues spécialisées, en France, en ont toujours pensé et dit le plus grand bien…-.

Une discothèque. Bilan 2017. Les découvertes.

Quelques très jolies découvertes, cette année, sont venues abonder ma discothèque. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

• On trouve d’abord des « découvertes absolues » : musiciens et oeuvres que je ne connaissais pas du tout, sauf très vaguement de nom… Il y a dans cette catégorie Maximilian Steinberg, compositeur russe, comme son nom ne l’indique pas, gendre de Rimsky-Korsakov et professeur de Chostakovich. Très réputé au début de sa carrière dans son pays, il s’est cantonné à un style post-romantique qui l’a peu à peu fait sombrer dans l’oubli. Ses deux symphonies, néanmoins, sont tout-à-fait estimables. Kurt Atterberg est un musicien suédois grosso modo contemporain de Sibelius, qui produisit notamment 9 symphonies –comme Beethoven, Bruckner ou Mahler…-, là encore dans une veine post-romantique assez affirmée, où l’on peut trouver une belle verve mélodique : c’est souvent très bien, rarement exceptionnel –cf. extrait 1-. Jon Leifs est presque son exact contemporain : islandais, sa musique est nettement plus hardie et évoque, par moments, de la bonne musique de film. Une belle découverte !

• Quant aux autres, il s’agit de « découvertes relatives » : les oeuvres pour piano d’Einojuhani Rautavaara gagneraient à être mieux enregistrées, sans doute, que dans cette version où le piano peine à s’exprimer –la firme, à très petit prix, n’a jamais été réputée pour ses prises de son de piano, opaques, réverbérées et un peu brouillonnes-. Le meilleur y côtoie le moins intéressant, on passe d’un piano statique et réflexif à des passages plus sonores et presque clinquants –cf. extrait 2-. Telemann et Purcell ne m’étaient bien évidemment pas inconnus, mais, en définitive, je les connais assez mal, notamment le second, et l’écoute de ce disque m’a réservé de jolies surprises. Enfin, Ticho Parly, grand ténor wagnérien, bénéficiait d’une belle aura auprès des amateurs du compositeur, mais ses enregistrements étaient quasiment introuvables, avant cette réédition, dans une très belle collection : la découverte est à la hauteur de mon attente et de sa réputation !

Un sapin en noir et blanc

Au pied du sapin m’attendaient, cette année, deux magnifiques albums de piano ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

J’ai déjà fini d’écouter le Chopin, jouée avec rigueur et puissance, ce qui change un peu des traditionnelles versions un peu salonnardes que l’on peut entendre ici ou là… Emil Gilels dans Chopin, j’ai toujours aimé ça, mais les enregistrements que j’en avais étaient anciens et soviétiques, loin des standards de qualité sonique que l’on pouvait attendre… Point de cela ici, mais, au contraire, une architecture très maîtrisée et une sonorité magnifique. Chopin n’est pas un musicien que j’apprécie outre mesure, mais,  lorsqu’il est joué ainsi, j’en redemande !

Quant aux sonates de Beethoven par Gulda, je vous en ai déjà parlé ailleurs : ma première intégrale en 33 tours, ruinée par un pressage médiocre, du souffle de bande, un son maigrelet et des saturations… Tout cela a disparu dans cet excellent remastering et je la redécouvre avec un plaisir intact : une version virile, très rapide et virtuose, un jeu incisif et, enfin, un équilibre entre les deux mains qu’on ne faisait que deviner dans la version 33T. Cerise sur ce beau gâteau : les concerti pour piano dans une version que je n’avais jamais entendue !