La découverte plaisante du jour

Aujourd’hui, profitant d’une petite pause bienvenue dans mes activités un peu frénétiques de ces derniers jours, je me suis offert une belle découverte, d’un compositeur suédois assez peu connu dans nos contrées, Kurt ATTENBERG1887 – 1974-. Prudemment moderniste dans son écriture, qui s’inscrit, globalement, dans un courant post-romantique tardif avec quelques hardiesses tonales ponctuelles, il a notamment composé neuf symphonies, toutes intéressantes et vaguement folkloristes, très joliment orchestrées et plutôt riches thématiquement –on pense parfois au premier Sibelius, à Tchaïkovsky ou à Dvorak-.

L’oeuvre qui m’a occupé ce jour est un poème symphonique vraiment remarquable, intitulé « Älven, från fjällen till havet« , soit, en français, « Le fleuve, des montagnes à la mer« . –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.
Composée en 1929, cette très belle pièce écrite pour un orchestre conséquent est merveilleusement descriptive : en quelque sorte, vous entendez « La Moldau », célèbre poème symphonique de Smetana, réorchestrée par Richard Strauss dans ses plus brillantes productions pour orchestre.
Vraiment, une très heureuse découverte, dont, magnanime, je vous propose un petit extrait ci-dessous.

Petit bonheur du petit matin !

Ce qui fait mon bonheur depuis ce matin, c’est cette aimable marche, toute simple mais réjouissante à mes oreilles.

D’habitude, je l’aime beaucoup, mais j’en raffole dans cette interprétation menée tambour battant, sur un tempo qui, je trouve, lui sied admirablement, légèrement plus vif que les versions que l’on entend généralement –cf. extrait ci-dessous : quel effet cet entrain bonhomme produira-t-il sur vous ? -.

Remarquablement frais et vivifiant, non ? De quoi me mettre de bonne humeur pour le reste de la semaine !

Présents pour accompagner le temps qui passe…

TheCookingCat, qui me connaît bien, m’aide ponctuellement à abonder ma discothèque pour accompagner le temps qui passe. Cette année encore, elle a tapé en plein dans le mille, avec ces trois très jolis coffrets, annonciateurs de bien des plaisirs à venir, tout en remarquant que, pour une fois, il n’y avait que des interprétations récentes –à l’aune de certaines antiquités qu’il me plaît d’écouter– ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Ainsi, depuis ce matin, ce sont les quatuors de Mendelssohn qui rythment le début de cette journée pluvieuse, dans cette excellente version très bien enregistrée. Et les heures à venir ne seront pas moins passionnantes !

Août, mois des vieilles choses !

Souvenez-vous : l’an dernier, à la même époque, je vous entretenais d’un petit coffret acheté pour un prix complètement ridicule ! Cette année, pour un peu plus cher, mais toujours à bas coût, j’ai trouvé cet excellent petit coffret comportant des enregistrements pionniers des oeuvres de Sibelius.

A dire vrai, j’avais déjà les symphonies enregistrées par le chef finlandais Robert Kajanus, qui fit tant pour la diffusion des oeuvres du compositeur, mais rien d’autre de ce qui compose cet élégant objet, malheureusement peu mis en valeur par un livret au contenu plutôt anecdotique. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Contrairement à la réédition dont je vous parlais l’an dernier, très qualitative en matière sonore, ici, je serai un peu plus dubitatif : l’édition des quelques symphonies par Kajanus que j’ai par ailleurs bénéficie, me semble-t-il, de meilleures conditions sonores –au moins dans mon souvenir, il faudra que je vérifie-.
Nonobstant, certains enregistrements étaient devenus difficilement accessibles et cet effort de compilation et de présentation est vraiment bienvenu pour comprendre l’évolution de l’interprétation et de la compréhension des oeuvres de Sibelius depuis près d’un siècle : à croire qu’aucune tradition interprétative n’a été réellement installée en la matière, notamment par ses compatriotes : on ne saurait trouver plus de différences qu’entre Kajanus ou Vänskä, par exemple !

A côté de ces enregistrements parfois très anciens, c’est un coffret très récent qui accompagnait celui-ci dans le petit colis : la Passion selon Saint Matthieu de Bach dans la nouvelle version enregistrée par John Eliot Gardiner : le livret en est très beau et bien documenté, vraiment intéressant à lire !
De surcroît, c’est une très belle version –le Montervedi Choir reste un ensemble de tout premier ordre, comme le laisse entendre l’extrait proposé ci-après-, enregistrée en concert et bénéficiant d’une prise de son tout-à-fait avenante –très globale cependant, enregistrement live oblige, mais bien timbrée et dans une belle perspective spatiale-.

Playlist contrastée !

Sur la lancée du pogo d’hier soir, j’ai enchaîné au terme de cette première journée réellement laborieuse –et les deux à venir s’annoncent non moins chargées…-, avec une drôle de playlist sans trop de logique qui se déroule dans mon bureau. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

On trouve, d’abord, le premier album live des Ramonesle groupe en a sorti 3, qui permettent de constater qu’au fil des ans, il jouaient leur musique rapide de plus en plus rapidement, mais celui-ci est vraisemblablement le meilleur : ici, les 28 titres sont joués en 55 minutes, sans aucune fioriture et avec une belle énergie-.

Après cette débauche de décibels et de guitare simpliste et sonore, je me suis tourné vers l’excellentissime « Let It Bleed » des Rolling Stones, où l’on peut entendre un Keith Richards au sommet de son art, puisqu’à cette date –1969-, il occupe presque tout seul toutes les parties de guitare, Brian Jones étant quasiment parti/exclus et Mick Taylor pas encore complètement intégré au groupe. Plus que dans tout autre album du groupe, le guitariste mérite son surnom de « Keef The Riff », il se montre très inventif et parfois vraiment brillant –cf. le petit bijou ci-dessous, où la section rythmique, de surcroît, est tout-à-fait idéale : play it loud ! -.

L’album de blues qui suit s’avère plus reposant, et permet de retrouver deux guitar-heroes au sommet de leur talent –et l’on peut y entendre que Mick Taylor, en définitive, est à la fois plus inventif et a un feeling blues bien plus avéré que son plus célèbre collègue d’un soir-.

Enfin, dans un tout autre genre, j’ai réussi à trouver à pas très cher ce disque de Sibelius que je convoitais depuis longtemps : assez controversé par les critiques à sa sortie –globalement : il y a ceux qui adorent, et ceux dont les attentes sont déçues-. Il est extrait de la seconde intégrale des symphonies de Sibelius par ce chef finlandais -sa première intégrale avait « fait un tabac » à sa sortie-, qui joue ici avec « son » orchestre américain. Si je fais assez peu de cas de la première symphonie du compositeur, très bien mais pas exceptionnelle, sa quatrième est l’une de mes toute préférées de l’entier répertoire, et, à mes oreilles, trouve ici une très belle interprétation, profonde, grave et puissante, très creusée, dans une prise de son de démonstration –il faut écouter fort pour se rendre compte des petits détails qui fourmillent tout au long de cette magnifique version-.

Playlist « Vieux rogatons »

Aujourd’hui, ce ne sont que de très anciens enregistrements qui ont résonné à travers la maison, mais qui restent encore assez largement audibles de nos jours pour des oreilles un peu exercées à la chose, et même appréciables pour leurs qualités, au-delà de l’aspect purement documentaire…

Le plus ancien, consacré au concerto pour violon de Sibelius, date de 1929, c’est d’ailleurs le tout premier enregistrement consacré à cette oeuvre.
Elgar dirigeant ses propres oeuvres –cf. extrait en fin de notule– officia à la tête de multiples orchestres anglais durant presqu’une décénnie –1926-1935– pour réenregistrer une partie de ses oeuvres –les premiers enregistrements, acoustiques, et non électriques comme ceux écoutés ce jour, sont nettement plus difficiles à supporter, et les enregistrement se passaient selon des conditions vraisemblablement assez acrobatiques, comme le montre l’imagette de droite…-.
Le Tchaïkovsky de deux des musiciens les plus célèbres –Toscanini et Horowitz– est un peu plus récent –1941– et, pour finir, le très beau concerto pour violon de Mendelssohn a été enregistré par Decca en « full frequency range recording » en 1949 et bénéficie d’une prise de son nettement plus « moderne » : de la bonne mono. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Tous trois émigrés aux Etats-Unis, Heifetz, Horowitz et Toscanini firent des carrières stratosphériques et ont été les musiciens les mieux payés avant-guerre, avec des cachets que l’on jugerait indécents de nos jours. Seul Karajan, après-guerre, bénéficia de la même carrière de premier plan.

Si chacun des solistes s’inscrirait encore, de nos jours, parmi le gratin des solistes de la scène classique, il est curieux d’entendre, outre l’évolution stylistique –portamentos nombreux, intonations parfois un peu douteuses sur les trait les plus difficiles, cohésion d’ensemble parfois imparfaite…– les énormes progrès réalisés par les orchestres depuis cette époque pas si lointaine. N’importe quel orchestre « provincial » serait au moins au niveau des orchestres bien plus prestigieux d’avant-guerre – du fait, principalement, d’une élévation du niveau de formation des musiciens d’orchestre, d’une part, et d’une connaissance sans cesse approfondie des répertoires abordés d’autre part-.

Playlist disparate

Pour finir avril, après une semaine bien remplie et avant de chasser le muguet de mai, c’est une playlist disparate que je vous propose de découvrir aujourd’hui. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Ça commence avec un drôle d’album de Tom Waits, qui reste très facile d’accès –ce n’est pas toujours le cas avec les productions de cet étrange artiste, difficile à cerner– et contient quelques jolies perles, dont certaines presque proche d’un « proto-blues rural » assez avenantes. Keith Richards participa à certaines chansons –guitare et choeurs-, lui qui traînait souvent dans les parages de l’artiste à cette époque –1985-.

Les quatuors de Felix Mendelssohn sont d’une beauté poignante : les plus beaux, peut-être, dans une veine mélodique et lyrique, écrits après Beethoven. L’intérêt de l’album du jour, c’est de présenter, également, un quatuor de sa grande soeur Fannycf. extrait ci-dessous-. Ils se vénéraient mutuellement et furent tous deux des talents très précoces.
Elle n’eut pas, cependant, l’occasion de « faire carrière » suite aux « recommandations » paternelles: « La musique deviendra peut-être un métier pour Félix, alors que pour toi elle doit rester seulement un agrément mais en aucun cas la base de ta vie et de tes actes. (…) Ta joie sincère devant les louanges dont bénéficie Félix démontre qu’à sa place tu en aurais mérité autant. Reste fidèle à ces sentiments et à cette conduite car ils sont féminins, et seul ce qui est féminin peut être un attrait pour ton sexe. ». Mais Fanny Mendelssohn resta toujours très présente dans l »intelligentsia allemande de l’époque et compta un grand nombre de pièces diverses, que l’on commence à découvrir. Accablé de chagrin à la mort de sa soeur qu’il adorait, Felix Mendelssohn lui survécut 6 mois : l’un et l’autre décédèrent très jeunes.

Le disque suivant est une vaste plaisanterie tout-à-fait propice à la détente des oreilles –il contient notamment l’inénarrable tube Wooly Bully– avant d’aborder le dernier : une version satisfaisante de la deuxième symphonie de Sibelius, très équilibrée et aux sonorités soignées, mais de loin pas ma préférée au sein d’une discothèque très fournie en la matière !

Albums en série, part 6 !

1 coffret pour découvrir Sibelius

Ici, vous pourrez dire que je triche, parce que je vous propose un coffret : mais ce bel objet est une série en soi, puisque le coffret comporte 14 CD regroupés thématiquement et un joli livret –pour polyglottes uniquement : il est en anglais et en allemand seulement, les textes en finlandais sont traduits en anglais, mais l’ensemble est intéressant à lire-. Et, cependant, c’est peut-être, pour le néophyte désireux d’aller au-delà des seules symphonies du compositeur, le meilleur moyen de l’approcher. –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Guère de controverse ici : les interprétations retenues vont du bon à l’excellent, dans des prises de son très convenables –le remastering est soigné-. On retrouve donc des grands noms –Karajan, Bernstein, Mutter, Quatuor Emerson…-, des oeuvres très célèbres –les symphonies, le concerto pour violon, certains poèmes symphoniques– et des choses plus rares mais pourtant très agréables à l’oreille –des Lieder, de la musique de chambre– et que l’on n’a guère l’occasion d’écouter par ailleurs.

C’est donc tout l’intérêt de coffret d’anthologie, qui permet d’apprécier la globalité de l’oeuvre de Sibelius dans de fort bonnes conditions. Si vous êtes un peu plus argenté, l’anthologie parue chez BIS, en 15 CD, est un peu plus complète et encore plus désirable, mais elle est aussi –un peu– plus chère, quoi que, les prix étant très fluctuants, il peut être sage de vérifier –et n’oubliez pas que la boutique en ligne italienne est toujours moins chère que celle installée en France…-.

Playlist « raretés »

Plein de choses rares dans la playlist de ce jour ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

D’abord, cette belle musique de scène de Jean Sibelius, « Jokamies », destinée à accompagner la pièce de théâtre « Jedermann » de Hugo Von Hofmansthal. La partition date de 1916 et fut fort peu populaire depuis sa création, il fallut ce disque pour réhabiliter cette magnifique oeuvre, qui outre un grand orchestre, mobilise également un piano, un orgue et un choeur mixte.
Pourtant, malgré cet effectif important, l’ensemble s’avère souvent très intimiste. Seize numéros de durée très variable se succèdent, et l’ensemble dure une quarantaine de minutes. A connaître, assurément ! Pour vous allécher, je vous en propose un court extrait ci-dessous.

Les trois autres albums sont d’un tout autre genre, et dans des prises de son très variables, de surcroît : le remastering amateur de « Beggars Banquet » des Rolling Stones, complété de quelques inédits –chutes de studio, répétitions…– vaut un coup d’oreille pour le vrai travail de remisage proposé, très réussi –cf. extrait ci-dessous-.

Le live du groupe, issu de leur plus formidable tournée –USA 1972– souffre d’un son pas terrible, de même que l’album très bluesy de Mick Taylor, où intervient en « guest tsar » Snowy White.

Playlist venue du nord…

… comme le froid qui s’abat actuellement en nos contrées : depuis hier soir, chutes de neige plus ou moins abondantes, qui laissent un tapis blanc et glissant sur le sol ! Rien de mieux, donc, que de prolonger ces paysages hivernaux par des paysages sonores quelque peu identiques, tout en retenant à cette fin des oeuvres plus ou moins rares ! –Cliquer sur l’image pour la voir en plus grand-.

Evidemment, Jean Sibelius, l’un de mes absolus chouchous, est présent dans cette playlist, dans une interprétation que j’avais laissée de côté depuis longtemps –déjà parce que j’avais prêté ces disques depuis plusieurs mois, et qu’on vient de me les rendre– : elle m’était à vrai dire totalement sortie de l’oreille, mais sa dernière écoute remonte à un temps où j’écoutais nettement moins le compositeur –je ne fréquente assidument que depuis trois ans-. La cinquième écoutée ce matin est très belle et la prise de son est formidable !

Les trois autres compositeurs sont beaucoup moins connus, voire quasiment inconnus. Mais ils restent très intéressants, chacun à sa manière : Frantz Berwald, suédois d’origine allemande (1796-1868), est un contemporain de Mendelssohn et de Schumann : c’est de la belle musique, avec quelques jolies trouvailles mélodiques émergeant d’un discours par ailleurs plus convenu mais toujours agréable –extrait1-. Il en va de même pour Charlies Villiers Stanford, irlandais formé en Allemagne (1852-1924) : une musique relativement raffinée, un genre de Mendelssohn d’Outre-Manche à l’époque victorienne –rappelons que Mendelssohn était le compositeur favori de la reine Victoria-. Enfin, Carl Nielsen, danois et contemporain (1968-1931) de Mahler et Sibelius, n’a pas connu la même gloire posthume que ces deux derniers –extrait2-.
Comme Berwald, il a donné des noms très caractéristiques à ces symphonies. Chez Berwald, elle sont parées des titres suivants : « Sérieuse » pour la première, « Capricieuse » pour la deuxième, « Singulière » pour la troisième et « Naïve » pour la quatrième; chez Nielsen, les titres suivants apparaissent pour certaines de ses symphonies : Symphonie no 2, « Les quatre tempéraments »; Symphonie no 3, « Expansive »; Symphonie no 4, « Inextinguible »; Symphonie no 6, « Semplice ».
Tout un programme de lutte contre grand froid –en s’échauffant les oreilles– !